Un 1er août de tristesse au cimetière de Kintambo : les familles déplorent le désordre !

Un 1er août de tristesse au cimetière de Kintambo : les familles déplorent le désordre !

This post has already been read 588 times!

Le 1er août de chaque année est la date déclarée pour la fête officielle des parents. Vifs ou morts, ces géniteurs marquent à tout jamais les leurs. Cette raison qui peut paraître insignifiante pour certains, poussent les plus touchés à honorer leurs parents, dans tous les sens du terme. Cependant, descendu en prospection de ce qu’il en était de cette journée, les journalistes du quotidien “La Prospérité” ont touvé des familles venues s’incliner devant les tombes des leurs, déplorer le foisonnement de tombes dans le cimetière de la commune de Kintambo, et donc le désordre.

C’est une journée que la RDC célèbre tous les 1er du mois d’août. Quelques familles profitent de cette occasion pour se rendre dans les cimetières où reposent les corps des leurs, afin de nettoyer voire s’incliner devant les dernières demeures des êtres qui leur ont été chers. Sur ce, le Quotidien “La Prospérité” a dépêché ses journalistes au cimetière de kintambo pour recuieillir le son de cloche des familles éprouvées en perte. Cette descente a produit des étonnements lorsqu’une démoiselle trouvée sur le lieu, exprime sa remarque : «Il y a de cela trois mois que j’ai perdu ma très chère mère, et c’est ici qu’elle a été enterrée. Mais, nous remarquons autour de son tombeau, on ensevelit d’autres corps. Il n’y a donc plus assez d’espace dans cette concession. Le Gouvernement ne fait absolument rien, et pourtant en mon sens, il devait veiller sur l’état de ce cimetière comme de celui de tant d’autres. A chaque fois que des gens viennent ici, ils ont dû mal à retrouver les tombes des leurs. Il y a une surabondance incroyable de sépultures qui crée du désordre à tel point que plusieurs autres familles qui viennent voir ce qu’il en reste des leurs, quittent le lieu sans s’être réellement retrouvé», explique Jessica, visiblement dérangée par cette réalité.

Dans ce registre, la demoiselle lance le message au bourgmestre qui, selon elle, sera en mesure de mettre un terme à cette situation. «Nous demandons à notre bourgmetstre de visiter dans pareilles occasions le cimetière, pour s’impregner réellement du problème. Car, poursuit-elle, à ce rythme, la valeur de cette dernière demeure ne trouve plus sa place, lors des enterrements».

«Nous sommes là aujourd’hui, parce que c’est un jour où tous les autres membres de la famille sont disponibles, étant un jour férié, mais surtout parce que, c’est la fête des parents. Et, c’est d’ailleurs la raison majeure qui nous pousse à reclamer un bon traitement de ce cimetière, dans lequel reposent les corps de beaucoup de gens que nombreuses familles viennent visiter.

Perside Aïsce

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com