Création d’entreprise et promotion des PMES : l’Anapi formalise les projets innovants des jeunes entrepreneurs

Création d’entreprise et promotion des PMES : l’Anapi formalise les projets innovants des jeunes entrepreneurs

This post has already been read 444 times!

La RD. Congo se veut un pays émergent à l’horizon 2030. C’est dans cette optique que l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements se déploie, à cor et à cri, pour rendre palpable ce rêve. Dans la matinée du mardi 7 août 2018, en son siège à Gombe, elle a organisé, de mains de maître, une journée d’échanges à l’intention des jeunes entrepreneurs dans le cadre de la promotion des PMEs. C’était en collaboration avec DELLIONS, qui est une plateforme d’accompagnement des jeunes. Cette activité s’inscrit dans la continuité des objectifs à atteindre que s’était fixé l’ANAPI, par l’organisation des journées portes ouvertes, en collaboration avec toutes les structures réformatrices. En présence des acteurs publics et privés impliqués dans la promotion de l’entrepreneuriat, cette matinée riche en couleurs aura été scellée par un mérite de satisfecit de la nouvelle crème des crèmes.

Les objectifs poursuivis sont, en fait, comme l’a souligné M. Anthony Nkinzo, le Directeur général de l’Anapi, d’informer sur les multiples incitations accordées, sensibiliser les PMEs, toutes et particulièrement celles créées par les jeunes entrepreneurs, sur les réformes initiées relatives à l’indicateur Création d’entreprise. Toutefois, la formalisation des entreprises et le renforcement de capacités ont marqué cet évènement.

Le sens de cette journée est tout simplement la réalisation d’un rêve. Celui de booster les PMEs de manière à créer une vraie classe moyenne et aboutir à l’émergence de la RD. Congo à l’horizon 2030. Mais, faut-il simplement rester sur le droit, l’économie ou la médecine ? Du côté de l’Anapi, plusieurs efforts sont actuellement consentis pour promouvoir les écoles des filières de métiers en vue de la formation des maçons, menuisiers, peintres, etc., qui, normalement, devraient être développées. Les investisseurs sont là certes, mais pour cela, ‘’la politique en terme d’éducation universitaire doit être claire, définie et accessible‘’, a déclaré le DG.

Les jeunes à l’honneur

L’investissement est générateur d’emplois et de bien-être de la population. Il est moteur de la croissance économique inclusive et du développement durable. Mais également facteur de stabilisation des prix des biens et services. Ainsi, la diversification vers le secteur productif s’avère indispensable pour créer de la valeur ajoutée. Quoi de mieux que de faciliter aux PME/PMI l’accès aux crédits bancaires et les assister à développer des actions de partenariat avec des entreprises étrangères, pour y parvenir.

Cependant, l’Anapi en tant que structure technique gouvernementale dédiée à l’assainissement du climat des affaires et à la promotion des investissements, accorde, en effet, une place de choix à la promotion des PMEs. Particulièrement, celles de jeunes entrepreneurs. C’est ainsi que Dellions, l’un des acteurs ayant palpé du doigt l’effectivité de la réforme sur l’indicateur Création d’entreprise a décidé de formaliser les projets innovants sélectionnés à travers l’incubateur KOLISSA.

Le Directeur général de Dellions, M. Michel Kahasha, a insisté sur le fait que ‘’bien au-delà de ces 15 projets, la réflexion de Dellions va plus loin. Et nous pensons que ce premier ballon d’essai va nous permettre, dans les semaines à venir, de lancer un autre concours qui va permettre d’identifier 25 meilleurs projets de jeunes à travers toute la ville de Kinshasa‘’.

Il s’agira également de booster l’entreprenariat féminin ainsi que les séniors et pré-retraités. Aujourd’hui, l’accent n’est pas assez mis sur les capacités de ces personnes à avoir accumulé de l’expérience et de l’expertise.

Pour cela, les jeunes doivent, avant tout, se former et s’informer suffisamment, développer l’esprit associatif, de patience et une pensée visionnaire et intuitive. Ensuite, avoir de la détermination et le goût d’affronter les risques liés aux investissements et disposer d’un plan d’affaires.

Contexte

Le Chef de l’Etat a fait de la promotion de l’entreprenariat des jeunes une priorité. Et surtout le Ministre d’Etat en charge du Plan qui se consacre avec détermination au processus de réformes mis en œuvre par le Gouvernement avec l’espoir de voir la RDC atteindre le cap de l’émergence et du développement. Et même de devenir l’une des meilleures destinations des investisseurs au monde.

Le but est d’annihiler ce paradoxe qui existe entre d’énormes ressources potentielles dans divers secteurs d’activités et un taux d’investissement encore très faible, une prédominance des activités de négoce en lieu et place des investissements productifs. La jeunesse représente aujourd’hui 60% de l’ensemble de la population de par son poids démographique. Malheureusement, elle est en déroute et est composée des sans-emplois de toutes les catégories.

A ce jour, le Gouvernement a un œil tourné vers des axes stratégiques notamment, le renforcement du cadre institutionnel et l’amélioration du climat des affaires des PME, la facilitation de l’accès aux services non financier ainsi que la formation, l’éducation et la recherche au profit des PME. Cependant, la RDC s’est engagée dans la voie des réformes structurelles visant l’amélioration du climat des affaires en vue de faire du secteur privé un puissant moteur de la croissance économique inclusive dans le processus de l’émergence du pays.

L’objectif étant de lancer, chaque année, une centaine d’entreprise à travers le pays. ‘’Ce que nous avons fait aujourd’hui n’est qu’une étape. Notre voyage vers l’entreprenariat ne se matérialise pas ici‘’, a laissé entendre le Directeur général d’EquityBanq. Les jeunes sont donc appelés, jusqu’à la fin du programme d’incubation à la fin du mois de septembre, à maintenir le focus qu’ils ont montré durant leur formation, ainsi que l’esprit de créativité qui les a toujours animé. Loin des 15 qui ont été présentés, un long travail est en cours. Ceux-ci vont ainsi donner de l’expérience à d’autres jeunes entrepreneurs qui veulent se lancer dans le même domaine. ‘’Je crois que nous avons là un groupe assez représentatif qui peut jouer ce rôle-là et permettre à ce mouvement qui a été lancé de pouvoir transformer la manière dont les entrepreneurs sont traités et accompagnés dans ce pays‘’.

Loin de ce que l’on attribue très souvent comme rôle à la banque, c’est-à-dire, octroyer des crédits, Equity Bank martèle, elle, sur l’accompagnement avec l’expertise qu’elle a dans la gestion des projets et des transactions. Mais aussi donner accès au financement pour investir, transformer et surtout se déployer à travers la République. Ils mettent en relation ceux qui sont en capacité à un besoin de financement pour transformer l’environnement immédiat dans lequel ‘’Nous mettons à disposition de ces entrepreneurs toute notre batterie de conseillers pour leur montrer comment ils peuvent travailler avec les institutions financières, leur clientèle et apporter de la valeur ajoutée au niveau de la société‘’. Le crédit est plutôt le dernier élément intervenant dans la relation avec un partenaire. Ainsi, à travers les activités que nous faisons, donc permettre aux entrepreneurs de pouvoir réaliser leur rêve.

Ici, l’Etat est appelé à adapter le système éducatif à l’entrepreneuriat. Pas seulement. Aussi à entamer un processus de création d’un fonds spécial pour l’entreprenariat et l’emploi des jeunes, à favoriser l’apprentissage par la création des écoles de métier à travers toutes les provinces de la République, ainsi qu’à implanter des incubateurs  en faveur des jeunes potentiels promoteurs des projets.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com