Présidentielle 2018 : Tryphon Kin-kiey prend ses responsabilités !

Présidentielle 2018 : Tryphon Kin-kiey prend ses responsabilités !

This post has already been read 539 times!

Surprise! Qu’est-ce qui se passe? Alors que personne ne s’y attendait, voilà  qu’a surgi Kin-kiey Mulumba  à la course de la présidentielle du 23 décembre 2018. C’est comme un cheveu tombé dans la sauce pour la MP.

Qui pouvait croire  que l’initiateur autrefois de Kabila désire pouvait surprendre sa famille politique et avec tout le monde? S’agit-il d’une fissure au sein de la famille  politique (FCC comme MP) du  président Kabila ou s’agit-il d’un coup calculé sur l’échiquier politique? Les réponses  à ces interrogations font retenir le souffle alors qu’à Kingakati les grand-messes n’ont pas encore produit de fumée blanche. Mystère et surprise vont donc ensemble présentement.

Au sortir de ce geste de haute importance politique, Kin-kiey Mulumba a livré à la presse quelques lignes du fond de sa pensée. Sur les ondes de la Radio France Internationale -Rfi-, ce candidat président de la République dit ne pas croire beaucoup dans le Front Commun du Congo, FCC. Et, qu’il ne voit pas ce que les nouvelles personnalités apportent à la MP. Elles ne sont pas crédibles, tranche-t-il. L’initiateur  de Kabila désire explique la création de ce projet qu’il y a trois ans, c’est parce qu’il croyait voir une envie de Kabila. Qu’il avait fait appel à sa famille politique de s’unir autour de cette idée mais celle-ci a refusé. Dans la même  optique, Tryphon Kin-kiey Mulumba officialise la création d’un nouveau mouvement dénommé Entendre, Apprendre, Comprendre et Entreprendre- ENACE-.  L’élu de Masimanimba justifie la création de cette structure par le fait que beaucoup de projets de développement ont été combattus de manière farouche ou ont manqué de pertinence. Le constat est que l’action a manqué d’être partagée et portée par le Peuple. Les plus fortes actions de contestation et d’affaiblissement sont venues du sein de la classe politique au pouvoir qui a littéralement refusé paradoxalement d’accompagner l’action et lui, aujourd’hui, s’assume, éclaire-t-il. Par ailleurs, Kin-Kiey dénonce l’élargissement “mathématique” de la majorité autour du président Kabila car, dit-il, cela pose la question de la crédibilité de l’offre et de la cohésion. De ce fait, le gap de cohésion a atteint un tel niveau d’ahurissement qu’il a littéralement anéanti le rythme, la cohérence et la puissance de l’action publique. Il faut recréer un consensus fort pour conduire l’action publique et ce dernier devrait passer  incontestablement par l’écoute et l’explication, lance-t-il. Ce n’est pas d’une révolution revancharde et destructrice effaçant ce qui a été mené dont le pays a besoin. Le pays a besoin d’un réveil nouveau, d’une évolution forte, d’un engagement puissant et d’un soutien massif de l’action publique menée, ajoute-t-il sans toutefois mentionner s’il soutiendrait toujours ou pas le président Joseph Kabila.

Lambert Saïdi

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com