Attrape-minette… ?

Attrape-minette… ?

This post has already been read 28128 times!

Et si ça n’était que du bluff ? Après une si longue période d’attente, n’est-il pas vrai, que des suivis devraient s’imposer, pour tenter d’asseoir une fois pour toute, cette problématique qui aura usé comme il se devait du temps précieux dont disposaient les institutions congolaises, pour organiser dans le temps, ces élections dont les batailles, pour une belle et sobre tournure ont désormais changé de cap ? Tant de questions, pour tant de réponses.

Dire que personne ne s’y attendait, serait se mentir soi-même. La vérité est telle que le monde s’y attendait peu, voire, très peu.

Actuellement, le débat sur le sexe du dauphin que vient de révéler, il y a 48 heures le Chef de l’Etat Joseph Kabila fait partie du passé. Le temps est, il faut se le dire, à des choses beaucoup plus sérieuses, à l’exemple des exigences de l’accord de la Saint Sylvestre, laissées pendantes, d’un côté par les autorités casquettées de la majorité, et par la frange opposante, trop occupée à courir derrière Kabila, laissant pourtant filer la Kabilie qu’il a systématiquement et stratégiquement pondu.

Le comment faire après la récente révélation, devra à ce lieu, se conjuguer. Si des acclamations officielles sont venues de tous les coins du monde exclusivement pour l’autorité morale du FCC, il y a encore de quoi se triturer les méninges, mieux, cogiter au point de se lasser pour trouver d’issue responsable, pour tenter d’exorciser la RDC de tous les maux que les diablotins ont réussi à enfuir dans les détails.

Résoudre les problèmes qui tendent à barrer le chemin aux élections prévues en décembre par la Ceni semble vraisemblablement vouloir prendre du temps. Il faudra donc faire vite pour palier aux prochains combats de la crédibilité du processus, de la fiabilité des résultats, passant par la légitimité, s’il ne faut que parler de ça.

S’il est de nature des autorités congolaises de barrer le chemin à quiconque veut mettre un terme à la politique chrysogène, pour permettre au pays de souffrir aussi longtemps que possible d’une maladie digne d’un véritable chrysogène, concept qui explique le mieux, les richesses que regorgent le sol et le sous-sol de ce scandale géologique, il sera difficile, voire presqu’impossible de voir à l’interne s’organiser d’ici décembre, des élections crédibles.

Car, l’accord de la Saint Sylvestre pas respecté jusqu’à ce jour, laisse courir les congolais derrière la recherche de l’abandon de la machine à voter par une Ceni qui jure d’une manière sine qua non par elle. D’un autre côté, le fichier demeure non corrigé, la Ceni non redynamisée tout comme le CSAC et pire, l’espace politique, reste sous les geôles d’une crispation palpable.

Si comme la commission le dit, les élections auront bel et bien lieu, il faudra veiller sur son impartialité dans ces scrutins de tous les enjeux. Car, les sonnettes d’une alternance démocratique telles que déclenchées par le choix d’un dauphin par le Président de la République, donne accès à une suite beaucoup plus éclairée que l’enfer vécu par Katumbi Moïse empêché, voire interdit de retour sur ses terres.

Du soulèvement contre un énième mandat, le pays se voit déboucher sur une bataille qui s’annonçait avant même qu’elle ne soit évidente. Que faire pour alterner en toute démocratie, est la question actuelle. La pression serait une solution pour arriver à ce type de fin, mais à qui mettre actuellement la pression ? Bluff ou réalité ? Le vrai problème semble demeurer, mieux, il semble sortir à peine de son terrier. Cet attrape-couillon dans lequel sont plongés une multitude ne sera plus de nature à continuer de bluffer le monde, si bien évidement l’on combat le vrai combat

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com