Elections 2018. Gizenga-Muzito : le marquage à la culotte

Elections 2018. Gizenga-Muzito : le marquage à la culotte

This post has already been read 844 times!

La bataille sera rude et sans merci, pour arriver à coiffer le sommet de la nation. Dans cette chiée de candidatures dont le nombre s’élève à 26, tous engagés donc dans cette course à la magistrature suprême, certains semblent être opposés de la plus directe des manières à d’autres. Le passé tout frais et récent qu’il est, et additionné du dépôt dans les dernières heures de la candidature du patriarche du Palu, donne un heur de marquage à la culotte, que ferait le propulseur au propulsé. A ce niveau, utile les sera à eux deux, de lutter pour ne pas voir leurs voix finir dans la boue puisque l’un, dépourvu de moyens de jeu, pour tenter de réussir comme aux dernières élections de finir à un poste majeur dans le gouvernement, et l’autre, bien que fort d’un talent accumulé après plusieurs années dans l’exercice du métier, ne pourra pas, semble-t-il, tel que marqué à la culotte, amasser un nombre important de voix, dans cette lutte acharnée.

Suspendu une fois de plus, il y a peu, Adolphe Muzito avait pourtant déjà d’autres projets en tête. Loin d’en faire une belle ou agréable habitude, après la suspension reçue de concert avec Lugi Gizenga, l’homme des tribunes avait vraisemblablement la tête ailleurs, pour ne pas dire, les yeux spirituels rivés vers le futur.

Le prophète, comme le considèrent certains, pour avoir prédit à la lettre les trois plans du pouvoir à l’égard du processus électoral, a justement déposé sa candidature pour espérer magner, comme bon lui semblera, l’appareil étatique, si le bonheur arrivait à toquer à son seuil. Ce qui est justement rude à faire, observant seulement la taille qu’a pris dans les tous derniers moments, l’audience de la Ceni, avec 26 candidats au finish.

Avec l’entrée en lisse tardive du patriarche Gizenga Antoine, il y a de quoi penser que pour son ancien protégé, le marquage à la culotte sera certain. Car, actuellement, il lui sera difficile de lier l’essentiel des voix qu’il pouvait amonceler auprès des ceux qui pouvaient encore croire en lui au Parti Lumumbiste Unifié avec l’agréable que lui proposeraient certains partis et regroupements qu’il aurait réussi à séduire, durant sa période de suspension au Palu.

Les finalités de ces types de querelles qu’ils se livrent officieusement auraient tout intérêt de déboucher à une suite de coalition avec d’autres partis, pour espérer de cogner fort, et être parmi les deux premiers à cette course à la présidentielle.

Si pour Gizenga des bouches fouilles-merdes révèlent que la possibilité d’emboîter les pas vers la majorité serait un besoin pressant, il va donc de soi que Gizenga accepte de prendre le sens opposé, c’est-à-dire, s’allier aux partis phares de l’opposition.

L’important est là, l’utile lui, est de nature à se laisser prendre d’assaut. Il faut donc se démarquer.

Marco Mongolu

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com