L’Homélie !

L’Homélie !

This post has already been read 9315 times!

Au commencement était la parole. La parole était avec Dieu, et, la parole était Dieu. Il n’y a pas d’embrouille à se faire, lorsque l’on use d’une petite illustration qui, à elle seule, a su mettre d’accord tout le peuple de Dieu que les continents sur cette planète, se partagent. Cette semaine n’est pas une semaine sainte que les catholiques observent avant la cérémonie de pâques. Néanmoins, elle porte la casquette comparative à cette dernière, depuis que l’homme au milieu du village institutionnel, a rendu officiellement public, les listes définitives de candidats à la provinciale.

Après l’entame de son homélie à laquelle une seule partie prenante à ces élections semble vouloir dire vraisemblablement amen à tous les niveaux, Nangaa poursuivra son sermon ce 24 août, comme il l’a, du reste, programmé. Cependant, avec un peu de recule et plus de sagesse, le prêtre Corneille, devra cogiter minutieusement sur le comment publier ces listes provisoires de prétendants à la nationale, et ceux qui rêvent de succéder à Joseph Kabila ? D’ailleurs, le président de l’ECC le lui avait conseillé la semaine dernière lors du 140ème anniversaire de sa branche chrétienne. D’où, tout l’intérêt de marcher sur le fil de la sagesse d’un oint de Dieu.

Tout ceci, parce que justement, la particularité présidentielle, est celle qui risque, à coup sûr, de renvoyer certains sur les rues pour soit, manifester à haute voix leur mécontentement selon que le résultat de ces listes sera de nature à déranger ; soit, tout simplement boycotter ces scrutins houleux et emmener la CENI vers des projections de juillet 2019.

Difficile d’imaginer l’après 24 août, même si elle ne sera que la date de la sortie des listes provisoires.

Si les opposants parvenaient à suivre à la lettre les recommandations de JC Vuemba, c’est-à-dire que Bemba, Fatshi, Matungulu et Cie, tiennent tête au Gouvernement pour que Katumbi revienne au pays, afin qu’ils en finissent avec ce sujet de candidature commune de l’opposition, il ira de soi de dire que Nangaa n’aura pas de quoi anticiper le geste. Si dans un tout autre cas, les partis phares de l’opposition prenaient au sérieux l’appel de Kiakwama, ils auront en ce moment-là, de quoi revendiquer au cas où le 24 août ne leur était pas propice.

L’heure est grave n’est pas cette phrase novice à qui que ce soit à l’heure actuelle. Car, l’on tend à emprunter la route de l’impossible en ce qui concerne la tenue des élections en décembre. Le décor politique en est la vraie preuve. A moins que les opposants ne jouent au même jeu que la Majorité, les élections en décembre seront cette illusion que se font depuis un laps de temps, tous ceux qui se donnent du mouron, pour apprendre à manier comme ils le peuvent la fameuse machine à voter.

Les 24 heures qui empêchent la CENI de dévoiler les listes provisoires de ce vendredi, sont en tout cas, les jumeaux de ces moments de réflexions que prend Corneille Nangaa, depuis qu’il est à la tête de cette commission d’exercice indépendant.

Si après avoir bravé toutes les tempêtes qui cherchaient à rendre caduc, la sortie d’abord du calendrier électoral, l’on arrive à ne pas organiser ces scrutins, l’échec sera certes, de la CENI, mais l’irresponsabilité sera entièrement cette œuvre du gouvernement congolais qui s’amène avec des dossiers fâcheux à quelques courbures de ce corps à corps entre politiques.

Quelques heures donc, puis Nangaa continuera son homélie, que tous espère suivre avec concupiscence pour se préparer au verdict final que le même Corneille se chargera de dire le 19 septembre prochain, avant de continuer son bon homme de chemin qui contient ces dates que même lui, ne peut désormais plus changer.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com