Halte à la satanisation!

Halte à la satanisation!

This post has already been read 7991 times!

Satan (hébreu : שָׂטָן śāṭān, « ennemi » ; grec ancien : Σατανᾶς Satanâs ; araméen : sāṭānā’ ; arabe : ﺷﻴﻄﺎﻥšayṭān) désigne un être apparaissant dans le judaïsme, le christianisme et l’islam. De Méphistophélès à Zabolo, ce personnage est plus que connu sous ce trait en tant qu’opposant de Dieu et ce que le Très Haut incarne : amour, pureté,… ; le bien.

Depuis la crise même post-2011, au pays des Lumumba-Mzee, Deschade-Rossy, grattes papiers et observateurs scrutant jeu, enjeux et joueurs de la scène politique congolaise muée en arène de gladiateurs se demandent : qui est ange, qui est démon ? Depuis la vitesse de croisière imprimée par le processus électoral, la question se mue petit-à-petit en qui est le Satan. Bien oui. Tenez! Le débat sur l’inéligibilité de Katumbi, Bemba, même de Félix Tshisekedi plus loin Ramazani Shadary comme ce qu’il faudra retenir de Joseph Kabila n’est rien d’autres que la bataille de satanisation mutuelle. Les conseils avisés consignés dans l’art de la guerre du chinois Sung Tse sont bel et bien d’actualité au Congo-Kinshasa. Puisque les requins envahissent l’eau car, l’odeur du pouvoir à s’emparer par les urnes a carrément versé un peu de sang dans la piscine de la scène politique Rd Congolaise. Du débat sur la congolité à celui de l’inégibilité, les labos tournent à plein régime, fomentant des melting-pots et autres astuces.

Sans être Dieu, les uns les autres se chassent ‘’du paradis’’ d’où devrait sortir l’heureux élu président. Mais, il ne faut pas se méprendre. Cette donne n’est pas qu’à ce niveau ; même si c’est là que les passions se délient le plus. En effet, même dans la course à la députation fusse-t-elle provinciale ou nationale, ce décor est d’actu. Si le peuple est faiseur de Roi, les politiciens s’illustrent plus en cette période de  précampagne en des véritables faiseurs des diables. La candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary devrait être invalidée au nom de ceci, au nom de cela ! Loin d’être un simple débat d’un groupe whatsapp ou des amis sur Facebook, le sujet est passé au devant de l’écran avec des interventions des politiciens bien connus de la place. Finalement, la CENI révélera que les dispositions sus-évoquées étaient élaguées dans la nouvelle loi électorale dans laquelle seuil de représentativité et autres ont été ajoutés.  Si, même au feu de ce débat, plusieurs observateurs n’imaginait pas voir la centrale électorale coiffée par Nangaa comme la Cour Constitutionnelle invalider la candidature de celui choisi par le Président Kabila, à présent, à quelques jours du dévoilement de la liste de candidats recevables pour la présidentielle, des scènes cauchemardesques laissent croire que les Bemba et autres challengers pourrait être déboutés. Katumbi quant à lui, sursataniser selon ses sympathisants, n’espère plus qu’un œil ouvert se voir concourir pour ce poste pour lequel il aura tant dépensé. Une fois encore, dans cette ère de la diabolisation mutuelle, le suspense  dans un pays où tout peut arriver pousse plus d’un à revoir sa copie. Mais, par-dessus tout, il y a lieu de crier halte à la satanisation mutuelle.

Même si l’opposition mutuelle est une nécessité, le sprint vers le Pouvoir résulte d’un débat sur les idées et non sur les personnes.

Tags:

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com