Eureka clair-obscur ?

Eureka clair-obscur ?

This post has already been read 29354 times!

J’ai trouvé ! Voilà ce que veut dire ce mot tiré du grec. Selon la tradition, ce terme est passé à la postérité de manière criante avec la légende du savant grec Archimède qui l’aurait lancé au moment où il finit par percer le mystère des lois qui régissent la poussée que les objets subissent, selon la densité, quand ils sont plongés dans l’eau (ou un autre liquide). L’effet eurêka, ainsi, est compris comme l’instant euphorique de soudaine compréhension et de certitude après une phase de tension.

Ce vendredi 24 août 2018, aux Bureaux de Réception et de Traitement des Candidatures -BRTC- ledit effet devra être au rendez-vous. Pas seulement. En effet, quoique pas une invention congolaise, à la découverte des secrets des listes provisoires de candidats jugés recevables pour la députation nationale comme la présidentielle (que la centrale électorale coiffée par Nangaa est censée dévoiler) aujourd’hui, l’effet eurêka sera clair-obscur.

Eh oui, puisqu’il y a aura de ceux qui se retrouveront comme des heureux élus et ceux, hélas, dont l’examen des dossiers liés au dépôt de leurs candidatures seront abasourdis de voir qu’ils ont été cachetés irrecevables et ainsi estampillés inéligibles. Le petit mot vient donc de sortir de nouveau des placards : inéligible.

De plus en plus, des empoignades scientifiques ainsi que des guéguerres politiques se livrent aux rythmes d’attaques et contre-attaques autour de ce terme. Rien d’anormal, c’est là les effets pervers de la quête de l’impérium dans une période pré-électorale.

Seulement, dans un pays où des sujets de controverses, de contradictions et de disputes houleuses couvent telles des usines à gaz prêtes à exploser, la question sur les uns et les autres de candidats devrait être traitée avec doigté. En effet, même si la non-quête d’un troisième mandat pour le Président Kabila a douché la crise, il faudra noter que le malade Congo-Kinshasa garde toujours de la température de sa fièvre politico-électorale contractée depuis le 19 décembre 2016.

L’avenir politique d’une vingtaine de candidats à la  présidentielle ainsi que d’une flopée de ceux prétendants à la députation nationale est suspendu sur le verdict qui sortira des cuisses de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI. Encore et encore, après les bruits de couloir, l’on se pose la question si Bemba sera invalidé suite à sa condamnation pour subornation des témoins ? Encore et encore, l’on se pose la question de savoir si quelques candidats venus de la diaspora ne seraient pas détenteurs d’une double nationalité et donc devront être écartés ? Que dire des rumeurs sur Félix Tshisekedi et même Ramazani Shadary ? Mystère toujours et encore. Mais, quoi qu’il en soit, ce vendredi, du moins de manière provisoire avant le coup de sifflet final de la Cour Constitutionnelle, l’opinion sera fixée. Et, chaque camps politique sera catapulté d’un côté ou d’un autre de l’eurêka clair-obscur que devra enregistrer la scène politique congolaise aujourd’hui.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com