Journal la Prospérité

Après les recours à la Cour Constitutionnelle. RDC : Constant Mutamba invite les présidentiables déboutés à se plier à la rigueur de la loi !

This post has already been read 549 times!

*Au cours d’une conférence de presse tenue le vendredi 31 août 2018, Constant Mutamba, Président de la Nouvelle Génération pour l’Emergence du Congo, NOGEC, a appelé tous les candidats invalidés dont Jean-Pierre Bemba, Samy Badibanga, Adolphe Muzito et autres à s’humilier devant la force de la loi. Car, a-t-il précisé, ‘’si leurs candidatures n’ont pas été retenues, c’est tout simplement parce qu’elles n’ont pas répondu aux critères  légaux prescrits tant par  la loi électorale que dans la Constitution de la République’’. Par la même occasion, il a aussi invité le peuple à veiller au  déroulement du traitement des contentieux électoraux au niveau de la Cour Constitutionnelle et ce, afin que le droit soit dit tant du point de vue de la forme que du fond.

Juriste de formation et Avocat de son état, Constant Mutamba   estime  que les dossiers des candidatures ont été traités de très bonne manière par la Commission Electorale Nationale Indépendante.

Et ce, spécialement la question des candidatures à la présidentielle notamment,  celle de Jean-Pierre Bemba, Président du Mouvement de  Libération du Congo, MLC, ou celle de Samy Badibanga, ancien Premier Ministre, le numéro Un de la NOGEC a soutenu que les deux politiques sus- évoqués savaient que leurs candidatures étaient à problème.

D’ailleurs, d’une part, pour le cas de Bemba, le président de ce regroupement membre du Front Commun pour le Congo (FCC)   explique   que la CENI s’est alignée dans la même optique que lui, en rapport avec sa déclaration de juillet dernier dans laquelle il avait sous-tendu que la candidature de celui-ci devait, en principe,  être déclarée irrecevable conformément à l’article 10 de la loi électorale. Cet  article renseigne, entre autres,  que les personnes condamnées pour vol, corruption, extorsion,…, ne peuvent être candidats.

D’autre part, en ce qui concerne la candidature  de Samy Badibanga, Constant Mutamba qui s’est spécialisé sur la question de la double nationalité,  pour avoir écrit un ouvrage à ce sujet,    souligne  que cet ancien Premier Ministre ne peut s’en prendre qu’à lui-même. D’autant   plus qu’il a obtenu une nationalité belge alors qu’il était conscient que la ‘’congolité’’ est une et exclusive,  conformément à la Constitution.

«Personne ne doit blâmer la CENI car elle a traité avec compétence les dossiers de chaque candidature. Nous ne devons donc pas nous voiler la face. Jean- Pierre Bemba a été condamné par la CPI (Cour Pénale Internationale) de subornation  des témoins à décharge. Ils ne peuvent pas être de  candidats. Dura lex,  sed lex  », a-t-il insisté.

Quant au traitement des contentieux électoraux au niveau de la Cour Constitutionnelle, Constant Mutamba appelle les juges a bien dire le droit afin que les lois de la République ne puissent pas être bafouées en faveur des personnes qui ne répondent pas aux critères d’éligibilité.

En même temps, il  recommande  au peuple congolais  la vigilance pendant cette période de traitement des dossiers à la Haute Cour.

Enfin, il  félicite  et encourage  la CENI pour le  travail abattu avec tant de responsabilité.

Corneille Lubaki