Journal la Prospérité

Candidat NOGEC très réclamé. Masina : Thierry Maweja hausse le ton pour un processus électoral irréversible !

This post has already been read 818 times!

*‘’Point n’est besoin de s’éterniser dans les divergences biscornues aux conséquences dévastatrices au détriment du peuple qui, depuis des lustres,  est  fragilisé et laminé  par des  récurrentes crises sociopolitiques et économiques.  Ce n’est que par les élections que le peuple doit arriver à prononcer sa véritable volonté. Nous professons, pour ce faire, qu’il est temps de rajeunir la classe politique. A tout prendre, le processus électoral en cours est inéluctable. Avec ou sans la machine à voter, la NOGEC remportera les élections haut la main ‘’. C’est en ces termes que Thierry Maweja Mukadi, candidat très réclamé de Masina, aussi bien à la Députation provinciale que nationale, lance, ici, un appel pathétique à tous les acteurs politiques afin  de mettre le cap sur les élections du 23 décembre 2018,  pour  permettre aux meilleurs de gagner, dans la transparence et la crédibilité voulues par tous. Ce digne fils de la Tshangu, à Masina, invite  la CENI, le Gouvernement ainsi que  toute la classe politique à cultiver mutuellement un climat de confiance en vue de la réussite de ce processus qui se veut irréversible.  

Processus inéluctable

Altruisme oblige ; il est temps de sauver le pays et l’ensemble du peuple congolais en barrant la route à tout prophète de malheur qui ne jure pas sur l’alternance démocratique.

Pourtant, 113 petits jours séparent les congolais  de la tenue des élections législatives nationales et provinciales couplées à la présidentielle, telles que prévues pour le 23 décembre 2018.

Cet  éveil de conscience qui se veut mieux qu’un simple conseil est de Thierry Maweja Mukadi, candidat dans la circonscription électorale de Masina, aussi bien à la députation provinciale que nationale. Ce natif de la Tshangu, bien loin  de s’être lancé en politique à la recherche du mieux-être, se dit prêt à mourir débout au service de son électorat et de l’ensemble des congolais. «Les problèmes de mon électorat de Masina sont les mêmes qu’ont les congolais de tout bord. Il s’agit vraisemblablement du social, de l’éducation, du logement, de l’inaccessibilité aux soins de santé et consorts. C’est ce qui constitue, par ailleurs, notre cheval de bataille en politique et au niveau de la Nouvelle Génération pour l’Emergence du Congo, NOGEC, formation politique chère à Constantin Mutamba, ce Juriste patenté et chercheur congolais sans égal.  Nous allons aux élections. Avec ou sans la machine à voter, la NOGEC remportera ces élections haut la main », a-t-il laissé entendre.

Un candidat, une vision…

Visionnaire  de par ses convictions, Thierry Maweja Mukadi,   Architecte congolais de renommée transnationale, devenu homme politique par destin, alerte que le boycott des élections qui pointent à l’horizon n’est guère profitable aux milliers des congolais.

Hier,  vendredi 31 août 2018, il  n’a pas manqué de rappeler que les enjeux politiques de l’heure sont de  grandes tailles et qu’il faille se ranger en ordre de bataille pour les joutes électorales  en perspective d’ici la fin de l’année 2018,  balisent  la voie de sortie de l’actuelle crise sociopolitique et économique qui, du reste, est  déplorable.

Le Congo d’abord

«La RD. Congo est le seul  patrimoine commun aux fils et filles du territoire national, de tout acabit. Quoi de mieux que de conserver les acquis de la démocratie et les pérenniser au profit des générations à venir ? Tenez ! Avec la formation politique chère à Constant Mutamba et tous les alliés de la  NOGEC, nous avons un seul choix qui est de rajeunir la classe politique et redorer l’image d’un Congo où il fera beau vivre.

Pour ce faire, le processus électoral en cours est inéluctable. Tous les congolais doivent se l’approprier », a-t-il ajouté.

Donc, à  haute et intelligible voix d’acteur éclairé, il invite tous les acteurs politiques et sociaux à  accompagner la CENI afin qu’elle  organise, le 23 décembre 2018,  de  bonnes élections.

Telle est, au fait, l’unique  voie devenue incontournable sans laquelle l’on ne saurait  éradiquer, de manière durable,  l’actuelle crise sociopolitique et économique, a-t-il conclu.

Jacques Kitengie