Journal la Prospérité

Après Bemba et Muzito. Présidentielle 2018 : Gizenga et Moka éliminés de la course !

This post has already been read 628 times!

*Au total, 21 candidats sont ceux qui prendront part à la prochaine élection présidentielle du 23 décembre prochain, sur les 25 candidats dont les dossiers ont été reçus par la CENI, à en croire, le verdict devenu irrévocable  rendu hier, dans la soirée, par   la Cour Constitutionnelle. Au juste, 4 des 6 candidats qui ont été lésés par la sentence de la CENI sont écartés définitivement de la course. Par contre, deux d’entre eux  dont les requêtes ont été déclarées non fondées au niveau de la CENI ont été, par contre,  relancés. Dans le cas d’espèce,  Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba Gombo, Antoine Gizenga et Jean-Paul Moka  sont, en l’occurrence, les 4 victimes qui,  selon la Constitution et les lois congolaises,  ont épuisé toutes les voies de recours  pour plaider leurs cas. Tandis que  Samy Badibanga Ntita et Marie-Josée  Ifoku figurent aux premières loges des  heureux candidats  qui ont dû, finalement,  trouver gain de cause après  leurs dossiers aient été examinés au peigne fin devant la Haute Cour. 

A l’issue des audiences du lundi 3 août et mardi 4 août dernier, la Cour Constitutionnelle du Congo-Kinshasa a dû statuer sur tous les contentieux en matière des candidatures à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.

Ces décisions irrévocables de la plus Haute Cour du pays seront mises en œuvre par la Commission Electorale Nationale Indépendante, lors de la publication des listes définitives pour les candidats retenus  à la présidentielle jumelée aux législatives nationales et provinciales  du 23 décembre 2018.

A tout dire, 4 candidats ont été évincés de la course sur les 6 demandeurs dont les requêtes ont été jugées recevables. Ainsi, Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba Gombo, Jean-Paul Moka et Antoine Gizenga sont-ils  définitivement écartés de la rude compétition qui concourra, le 23 décembre prochain, à l’élection du successeur de Joseph Kabila dont le deuxième et dernier mandat constitutionnel était arrivé à terme depuis le 20 décembre 2016.

Dura lex,  sed lex,  dit-on. La loi est dure. Mais,  c’est la loi. Les invalidés ainsi confirmés devront se raviser pour réorienter leurs voix autrement et se relancer dans la lutte en misant sur leurs collègues  maintenus sur la liste.  Cependant, deux autres  ont été réhabilités  pour cette élection à venir. Il s’agit de Samy Badibanga Ntinta et Marie-Josée  Ifoku, la seule et unique Femme engagée dans cette   course.

Lors de la publication des listes définitives des candidats qui seront retenus pour les prochains scrutins généralisés, la Commission Electorale Nationale Indépendante est, désormais, instruite. Les deux candidats qui ont, tous, été élagués de la course au niveau de la CENI pour double nationalité sont relancés et peuvent, tout compte fait, affûter leurs armes pour affronter le candidat du Front Commun pour le Congo, FCC, Emmanuel Ramazani Shadary, ainsi que d’autres potentiels candidats indépendants comme ceux délégués par des partis et regroupements  politiques de l’Opposition.

Le temps passe si vite, faut-il qu’on se le dise. C’est donc,  d’ici trois mois que les électeurs enrôlés par la CENI feront le choix de leurs candidats en guise de la succession aux animateurs des institutions actuelles, du moins, au niveau de la tête du pays jusqu’aux chambres de représentants.

La Pros.