Journal la Prospérité

Road-book

This post has already been read 398 times!

L’ensemble des notes qui décrivent le parcours de l’épreuve de décembre reste jusqu’à ce jour, non bougé. Synonyme, une fois de plus, du maintien par la Commission Electorale Nationale Indépendante de ses préalables. Quel que soit le nombre d’intempéries qui se hisseront sur chacun des flancs de leur route, Nangaa et ses complices garderont solidement les regards rivés vers l’horizon 23 décembre. Et pour rien au monde, ils n’oseront hocher les têtes, pour assouvir les désirs de ceux qui contestent l’affection qu’ils ont appris à nourrir, depuis un laps de temps, à l’égard de la machine à voter.

Ce seul résumé rend, en peu de mots, cette affirmation qui supporte plus de 98% de poids de chances qu’a la CENI d’organiser les joutes électorales de décembre prochain avec le même road-book bien que contesté de fond en comble par l’opposition. L’on aura tout tenté. Mais, sur la feuille de route, Yobeluo Nangaa multiplie plus d’efforts qu’hier, pour accomplir sa mission. Celle d’organiser effectivement les élections en décembre de cette même année.

D’ailleurs, le 4 septembre dernier, devant la presse alors qu’en séjour en Corée du Sud, le patron de la centrale électorale congolaise a pincé les cœurs des facilement irritables, en affirmant que la très contestée machine à voter permet à la RDC de faire des économies, facilite le vote et fiabilise le processus, alors que dans le sens opposé l’on pense tout le contraire. Drôle de scénario.

Pendant ce temps, de part et d’autre, c’est la débandade. A Kinshasa, ce sont les annonces de come-back des uns et des autres qui assombrissent le beau paysage qu’a ce scandale géologique depuis la catastrophique dernière levée de voile par la Cour Constitutionnelle.

Pour ce qui est de la continuité ou pas de ce processus, il faut encore attendre que le temps révèle les prochaines cartes. Car, si pour la CENI le chemin ne présente aucun obstacle pour atteindre cette date aux allures historiques, il va de soi de dire que le 19 septembre prochain a des chances d’être chaud bouillant dans la capitale congolaise. L’on se rappellera que le Comité Laïc de Coordination avait lancé un nouvel ultimatum que connaîtra sa fin le même 19 septembre durant lequel la CENI compte afficher les listes définitives de candidats à la nationale et à la présidentielle de décembre.

Jusque-là, ce ne sont que des partis et regroupements de l’opposition qui pipent leurs mécontentements à l’égard du verdict concocté par la Cour aux candidatures des leurs, c’est-à-dire, Bemba et Muzito.

Très prochainement l’on devra se questionner et très vite solutionner ce débat de faux documents que certaines bouches fouilles-merdes ouvrent contre le Président de l’Udps, Félix Tshisekedi.

Si l’arène est devenue cet espace de tartarinade pour les uns, il faut maintenant, il est temps, de rappeler aux autres, l’impact des décisions institutionnelles qui découleront de l’élocution de leurs allocutions sur les acteurs politiques en cette période où, les armes sont affûtées dans les Etats-majors des partis politiques pour prendre à bras le corps ces scrutins houleux de décembre.

Restera-t-il intact ce road-book de la CENI ? L’on se questionne. Pour en savoir plus, il faut prendre son mal en patience et voir ce qu’il sera après toutes ces annonces fatidiques que dispose l’agenda de l’avenir du pays.

Marco Mongolu