Free-style ou tango ?

Free-style ou tango ?

This post has already been read 24372 times!

C’est connu de tous qu’il faut être à deux pour danser le tango. L’adage est même passé à la postérité. Au pays de Lumumba, à voir l’épineux virage de la présidentielle qui se négocie autour de la publication de la liste définitive de candidats retenus pour le sprint final de décembre 2018, analystes politiques et grattes papiers se demandent aisément si les joutes pour la magistrature suprême sera du tango ou, du free-style (entendre ici danse exécutée librement par une personne) électoral. Tenez ! Il y a différents niveaux de lecture de cette problématique.

Primo, à l’Opposition aile dure et une certaine société civile, l’on se pose la question de savoir à la suite de l’invalidation des Bemba, Muzito et autres si le Pouvoir n’est pas en train de baliser la voie à des élections taillées sur mesure, traçant le chemin de la randonnée vers la victoire d’Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du Front Commun pour le Congo aux scrutins du 23 décembre pour succéder à Joseph Kabila Kabange. Car, outre l’invalidation de ces candidats dont l’imposante candidature de Bemba, il y a tout un chapelet de sujets qui fâchent et chauffe au fer rouge l’Opposition remettant en cause la crédibilité même des élections notamment, la machine à voter et le fichier électoral sans oublier la décrispation politique ainsi que la redynamisation de la CENI. Pendant qu’empêché (Katumbi) et exclus (Bemba, Muzito) devraient se voir en Europe, à Limete/Kinshasa les armes s’affûtent à l’Udps pour la campagne. Car, en effet, l’opération 1$ devra être lancée ce vendredi au plus tard ce week-end par Félix Tshisekedi dont la candidature malgré les supputations autour de son cursus n’a pas connu d’invalidation.

C’est de ce dernier trait que le deuxième niveau de lecture s’impose. Si à la lumière des écueils encore perceptibles dans l’actuel processus électoral, grattes papiers et analystes de tout bord s’interrogent si les joutes de décembre vont être un tango électoral (Opposition- Majorité) ou du free-style selon la volonté du Pouvoir en place, il y a lieu de relever la volonté politique de l’Opposition à jouer free-style ou opter pour du tango en traçant un front commun. En effet, si jusqu’à l’aube du verdict de la Cour Constitutionnelle la très mosaïque Opposition congolaise semblait sur la même longueur d’onde, juste après des clivages apparaissent sur fond d’une question : qui sera le candidat commun de l’Opposition? La réponse à présent ne dépend plus des critères d’hier mais ceux d’aujourd’hui déguisés par une seule donne ; quelles sont les candidats retenus ? Le diable habite les détails de cette préoccupation autant qu’il habite les contradictions autour des sujets qui fâchent quant aux élections du 23 décembre. Pourtant, savoir si le 23 décembre ce sera du tango ou du free-style électoral dépend des réponses qui s’imposent et deviennent même pressantes.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com