Journal la Prospérité

RD. Congo : la classe politique veut-elle vraiment sacrifier «son peuple» ?

This post has already been read 430 times!

Tout est possible si la classe politique ne jetait pas historiquement un coup d’œil en arrière en regardant en avant pour se rendre compte que l’irrationalité supplantait la rationalité. Et que le mensonge remplaçait la vérité. Pendant que l’incrédulité engendrait le manque de confiance et la division négative. L’irréalisme, quant à lui, prenait la place du réalisme. Mais, dans l’un ou l’autre cas, ce qui serait plus important c’est d’éviter de tirer une conclusion précipitée de confirmation ou d’infirmation qui ressemblerait à un procès d’intentions, indigne pour un Etat de dit de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social, démocratique et laïc qu’est la République Démocratique du Congo.                                                                                                                                                               La conclusion précipitée risquerait de favoriser le maintien du pays dans une situation d’instabilité politique et d’insécurité sociale, et le peuple croirait à tort ou à raison qu’il était vraiment sacrifié par sa classe politique. Y réfléchir,  et essayer d’apporter une modeste contribution sectorielle à la conversion des mentalités négatives en mentalités positives des Congolais, en général, et de la classe politique, en particulier, serait une bonne manière pour notre classe politique d’éviter de sacrifier «son peuple», avec la prise des positions extrémistes qui risquerait de compromettre les élections libres, transparentes et apaisées, programmées le 23 décembre 2018.                                                                                                                                                                                                                                                                                               Dans ce combat que se livre l’opposition politique et la majorité au pouvoir sur le dos du peuple congolais, il nous semble que les professionnels des médias doivent chercher à vaincre notre classe politique à se départir du comportement versatile qui a conduit le pays là où il est. Pour bâtir un pays plus beau qu’avant, dans la paix, le peuple congolais demande à sa classe politique actuelle d’hériter de l’exploit  du consensus de la Table Ronde et de l’Accord global et inclusif  de la saint Sylvestre, en montrant aux yeux du monde et de son peuple qu’avec sa sagesse, son intelligence et sa maturité politique, elle est à même de résoudre les problèmes cruciaux de son pays en interne d’abord, avant de recourir à l’extérieur en cas de nécessité.                                                                                                                                                                                                                                                                                               Avec la prise des positions divisionnistes et extrémistes de notre classe politique comme cela s’est avéré lors de l’arrangement particulier de l’Accord global et inclusif de la saint Sylvestre, de l’organisation des funérailles dignes pour l’opposant historique de notre pays, de prise de position infondée qui a dicté l’incrédulité à la parole d’honneur donnée par le Président de la République au sujet du respect de la Constitution, et maintenant du désaccord  sur la «machine à voter» qui risque de compromettre la vérité des urnes programmées le 23 décembre 2018, il n’est pas étonnant que le pays se retrouve politiquement et socialement  en ballotage défavorable .                                                                                                                            Nous estimons que le moment est venu pour notre classe politique de montrer au patient et stoïque peuple congolais au nom de qui elle parle, qu’il ne mérite pas d’être sacrifié. Pour être édifié sur la véracité informationnelle  de ce qui se dit  par l’opposition politique et la majorité au pouvoir sur la «machine à voter», et d’éviter de subir la dictature positionnelle de la classe politique, le peuple congolais voudrait connaître la vérité sur l’utilisation ou pas de cette machine pour laquelle il a déjà payé presque la totalité de la facture par l’entremise la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). C’est pourquoi, avant d’infirmer l’utilisation de la «machine à voter» et les conséquences qui en découleraient, le peuple congolais a seulement besoin d’une démonstration télévisée retransmise en direct sur les chaînes de Radio et de Télévision installées en République Démocratique du Congo.                                                                                                                                              Avec ces preuves, le patient peuple congolais devra courageusement accepter de consentir encore des sacrifices pour que toutes les conditions soient réunies pour l’organisation, le 23 décembre 2018, des élections libres, transparentes et apaisées, qui conduiraient notre pays à une alternance constitutionnelle pacifique, telle qu’il l’espère. Aussi, demande-t-il  à sa classe politique de rééditer l’exploit de la réconciliation et de pardon mutuel comme cela fut le cas à la Table Ronde de Bruxelles qui a conduit notre pays à l’accession de son indépendance, et aux assises de la CENCO qui ont permis à «nos représentants» de signer l’Accord global et inclusif de la saint Sylvestre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Sans réconciliation et sans pardon mutuel, le consensus sur la résolution des problèmes susmentionnés serait difficile, si pas impossible. Pourtant avec elle et le pardon mutuel, l’opposition politique et la majorité au pouvoir jetteraient facilement et patriotiquement un pont de stabilité politique et de sécurité sociale, comme nous l’avions  proposé dans la réflexion parue au quotidien «La prospérité» n°4879 du 30 août 2018, intitulée « RDC : l’irréalisme de la classe politique est-il prévisible pour le 23 décembre 2018 ? ». Condamner notre classe politique, c’est bien. Mais l’aider à prouver aux yeux du monde que malgré quelques divergences dues à toute œuvre humaine, elle est  politiquement bien outillée, c’est mieux.                                                                                                                                                                  Avec le consensus qui interviendrait après le culte œcuménique de réconciliation et de pardon mutuel, les problèmes susmentionnés seront résolus. La division positive  l’emporterait sur la division négative de notre classe politique.  Ça serait une façon sage et intelligente  pour notre classe politique d’honorer patriotiquement les mémoires du prophète Simon KIMBANGU, des héros Patrice Emery LUMUMBA et Mzee Laurent-Désiré KABILA, sans oublier l’opposant historique Etienne TSHISEKEDI et autres anonymes qui ont sacrifié leur vie pour ce pays.                                                                                                                                                          Patriotiquement et professionnellement, le moment est donc venu pour que les Congolais, en général, et la classe  politique, en particulier, se sentent interpellés par le contenu des articles 1-5-23-64-67 et 70 de la Constituions de notre pays, si nous voulons qu’il soit bâti plus beau qu’avant, dans la paix. A chacun de nous de prendre sectoriellement conscience sur la protection de notre patrimoine commun mis en ballotage de stabilité politique et de sécurité sociale par notre classe politique.                                                                                                                                                                             Aux professionnels des médias de tout faire pour aider cette classe politique d’œuvrer pour la division positive en défaveur de la division négative, et le peuple congolais ne sera plus sacrifié. Ainsi, sera rationnellement capitalisé le contenu de la devise et de l’hymne national de la République Démocratique du Congo. La stabilité politique et la sécurité sociale sont à ce prix.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Patriotiquement vôtre                                                                                                                                                     Aimé Isidore KAKUSA GULUNDUGA-MULONDO                                                                                                    Haut Cadre à la RTNC-KINSHASA/RD CONGO