Entre les lignes !

Entre les lignes !

This post has already been read 10483 times!

A dater de ce mercredi 12 septembre 2018, il ne reste que trois mois et une dizaine de jours pour atteindre le 23 décembre consacré depuis le 5 novembre 2017 comme b-day de la tenue des élections en RDC. Depuis 2016, pour rappel, la quête de l’urne est dans les regards. La décongestion électorale serait donc annoncée sous peu. Mais, seulement, cette année, même si la navigation n’est pas à vue vers l’alternance, le chemin vers cet horizon rêvé semble butter à bien de difficultés d’ordre essentiellement politique.

Durant ce dernier virage, véritablement, les derniers bras de fer et tractations sont engagés sur la scène politique et pas qu’entre le duo habituel Majorité-Opposition. D’où, des certitudes et incertitudes planent encore à une centaine de jours sur l’effectivité des élections ce dimanche 23 décembre. Un politique connu s’écriait-il, à peine quelques jours, que comme la guerre de Troie dans la Grèce antique, les joutes électorales de fin 2018 n’auront pas lieu. Ce n’est pas de toute évidence une parole d’évangile mais la question est reprise en chœur. Oui et non se suivent sur les lèvres démontrant que malgré les certitudes des actes posés par le tandem Gouvernement-CENI pour l’organisation des élections, les options politiques qui piétinent encore laissent un épais nuage de brume à l’horizon.

Si, c’est une idée largement acceptée, le choix d’un dauphin par le Président Joseph Kabila a décrispé la situation, des gestes supplémentaires sont attendus surtout après la non-participation de Katumbi à la présidentielle ainsi que le débarquement des Bemba, Muzito et autres. De ce fait, de plus en plus, les actions consacrant la crédibilité des élections ainsi que par devers son inclusivité sont espérées à l’Opposition et même ardemment par la CENCO qui a repris son bâton de pèlerin. Mais, crédibilité et inclusivité c’est quoi ? Plusieurs posent la plume et le doigt mais la réponse est que c’est selon. Une fois encore après interprétation de la Constitution et différence entre subornation et corruption, de nouvelles pommes de discordes sont engendrées avec une panoplie assourdissante de sous-points avec un seul risque : ces dessous là ne peuvent-ils pas cacher des subterfuges aptent à permettre le bis repetita des reports sans fin des élections ces deux dernières années ? En tout cas, s’il faut parler de l’écartement absolu de la machine à voter comme voulu par l’Opposition avant de prendre part aux élections, il peut être dit si selon bien d’analystes qui se fient aux propos de Nangaa au Conseil de Sécurité de l’ONU devant les Nikki Haley et compagnie. De l’Europe où se retrouve le trio Bemba-Katumbi-Muzito, à Kinshasa où la floraison des ‘’opposants ‘’ candidats retenus pour la présidentielle se trouve avec le duo Kamerhe-Bemba, l’option anti-machine à voter aux cotés de la problématique d’un choix ou non d’un ‘’candidat commun’’ s’ajoutent comme sujets à réflexion. Halte au jeu de dupe, à la MP/FCC comme à l’Opposition, il faudra que les politiques lisent bien entre les lignes parce que le peuple attend des élections non-porteuses des germes de conflictualité ce 23 décembre.

La Pros. 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com