Journal la Prospérité

Rencontre CENCO-Edgar Lungu : Voici la plaidoirie des Evêques congolais à la SADC

This post has already been read 400 times!

Les Prélats Catholiques, parrains de l’Accord du Centre Interdiocésain de 2016, viennent de séjourner en territoire Zambien, chez Edgar Lungu, Président en plus de son pays, de l’organe politique et sécuritaire de la SADC. Objectif ? Plaider auprès de ce dernier en vue d’attirer son implication ainsi qu’au-delà sa personne, la SADC, pour la tenue effective des élections crédibles et pacifiques au Congo-Kinshasa.  Veuillez pénétrer le compte rendu de la rencontre CENCO-Edgar Lungu lundi dernier tel que présenté dans les lignes qui suivent.

PLAIDOYER DE LA CENCO AUPRES DE SON EXCELLENCE MONSIEUR EDGAR LUNGU, PRESIDENT DE LA ZAMBIE ET CHAIRMAN DE LA TROÏKA DE LA SADC SUR LA POLITIQUE, LA SECURITE ET LA DEFENSE.

EVALUATION DU PROCESSUS ELECTORAL EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

INTRODUCTION

Nous, Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), en tant que parrains de l’Accord de la Saint Sylvestre (Accord du 31 décembre 2016), sommes préoccupés par l’état actuel du processus électoral de notre pays.

Nous sommes convaincus que, seules les élections crédibles, transparente, apaisées constituent la solution et l’unique voie de sortie pacifique de la crise sociopolitique que travers notre pays depuis 2016.

Considérant l’importance et le rôle de la SADC dans la région, nous voulons partager avec vous, en tant que Chairman de la Troïka de la SADC sur la politique, la sécurité et la défense, nos préoccupations concernant l’évaluation du processus électoral en République Démocratique du Congo dans la conviction qu’avec vos collègues de la SADC, vous pouvez aider le peuple congolais à sortir de cette crise et à gagner le pari de l’organisation des bonnes élections crédibles, transparentes, inclusives et apaisées, le 23 décembre 2018.

  1. POINTS POSITIFS
  1. INQUIETUDES

La CENCO recommande à la SADC d’accompagner le peuple congolais et le processus électoral particulièrement sur les points suivants :

CONCLUSION

Si les questions soulevées ci-dessus ne trouvent pas des bonnes réponses, nous risquons, soit de ne pas avoir les élections le 23 décembre 2018, soit avoir des élections biaisées. Dans l’un ou l’autre cas, faute d’élections crédibles, inclusives et apaisées, la République Démocratique du Congo risque de basculer dans la violence voire le chao qui peut embraser toute la sous-région des grands-lacs.

Kinshasa, le 07 septembre 2018

Mgr Fridolin AMBONGO

Archevêque Coadjuteur de Kinshasa

Vice-président de la CENCO

Mgr Marcel UTEMBI TAPA

Archevêque de Kisangani

Président de la CENCO