This post has already been read 10914 times!

Effervescence !

C’est d’une mélopée signée Koffi Olomidé et chantée avec Fally Ipupa que bien de mélomanes ont pu capter le terme effervescence à défaut de l’avoir croisé de manière inoubliable à travers des lectures ou études. Les observateurs habitués de la scène politique congolaise n’ont que trop été habitués à des effervescences. Ici, bien loin d’un terrain où il faille exécuter des pas de danse. En effet, à la vue d’effervescences en politiques, c’est des pas de retrait vers le lieu de réflexion qui se font. Et, une fois de plus, des signes avant-coureurs indiquent que c’est l’heure. Si tous les dicos du monde font rimer effervescence avec bouillonnement, à présent, c’est une certitude qu’à 100 jours du vote ce 23 décembre ça bouillonne au et sur le Congo-Kinshasa.

Verdicts Cour Constitutionnelle sur les cas Bemba et autres pour la course à la présidentielle. Promesse musclée du Mlc et Alliés ainsi que messages de soutien d’autres familles politiques de l’Opposition. Passage des évêques catholiques à Lusaka à quelques jours de la publication de la liste définitive de candidats à la magistrature suprême ce 19 septembre. Visite de Reynders à Luanda un jour après les évêques  catholiques chez Edgar Lungu en Zambie. Série de soutiens à Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à la présidentielle. Déclaration conjointe de leaders de l’Opposition à Bruxelles sur la situation électorale et politique en RDC. Epidémie d’Ebola à l’Est du pays. Roulement des tambours pour la publication de la liste crève-l’œil par la CENI et attente des réactions déjà annoncées à Guterres par le CLC au cas où le processus électoral n’était pas inclusif. Voilà, à tout dire, un tableau du jeu et des enjeux politiques qui se dressent devant et qui comme une carte du Ciel offre matière à penser aux astrologues avérés de la politique congolaise. En un mot comme en mille, il appert que la marmite où devra sortir la potion électorale magique pouvant guérir le mal Congo connaît des bouillonnements autant que la scène politique connaît de l’effervescence.

Face à cet état de chose, comme d’usage, la République de Lumumba-Mzee, Rossy-Deschade devient sujet à moult prescriptions thérapeutiques. Le tandem CENI-Gouvernement camperait sur les élections déjà en marche. L’Opposition crie pour que la molécule électorale proposée soit révisée par divers retouches comme le rejet de la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral, l’inclusivité électorale ainsi que la décrispation politique. Alors que quelques voix appellent déjà à baliser la voie de la transition pour vraiment revoir la molécule électorale de fond en comble, le non bis in idem d’un glissement est clamé plus fort que jamais tant au FCC, à Ensemble, à l’Udps, à l’UNC, MLC et ailleurs. Quid donc de la formule à proposer dans cette cacophonie de prescriptions ? Parrains de l’Accord de la Saint Sylvestre, subodorant la flambée prochaine au-delà de l’effervescence actuelle, les pères de l’Eglise conseillent des harmonisations non-porteuses des germes de report des joutes électorales de décembre. Et, la SADC est d’ores et déjà appelée à contribution.  Faute de ceci, à lire les conclusions des évêques dans leur mémo à Edgard Lungu, en décembre avec des élections à problème ou à cause d’un énième report, il sera difficile de danser cette fin de l’année une bonne musique comme le tube effervescence de Koffi sans accroc. L’alerte est donnée.

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com