Les sphères diplomatiques en effervescence. Divergences électorales : la CENCO prône des concertations

Les sphères diplomatiques en effervescence. Divergences électorales : la CENCO prône des concertations

This post has already been read 334 times!

La Conférence Episcopale Nationale du Congo a repris son bâton de pèlerin pour non paître des âmes dans les paroisses, mais œuvrer à apaiser les esprits et concilier les vues dans l’agora politique Rd Congolaise. En effet, après un bref moment de réserve, dans ce virage ultime du processus électoral au pays, les évêques catholiques se remettent en mouvement.

C’est là ce qu’il faille lire du passage récent à Lusaka où Fridolin Ambongo et autres ont demandé à la SADC, via le zambien Edgar Lungu, de s’exercer à ‘’pousser les parties prenantes au processus électoral à trouver  le consensus sur les points des divergences dont l’existence d’environs 6 millions d’électeurs enregistrés dans le fichier électoral sans empreintes digitales ; la détermination de la CENI à utiliser la machine à voter malgré l’absence d’un consensus‘’.

Jean-Marie Bomengola, numéro Un de la CECOS/CENCO depuis Kinshasa, a confié qu’à ce stade, les princes de l’Eglise Catholique sont pour des concertations politiques entre les politiques sur fond de l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre ainsi que le non-report des élections du 23 décembre. Cela, afin que ce rendez-vous soit réellement ce que le peuple espère : la fin du cycle des crises politico-électorales engendrées depuis fin 2016, le 19 décembre précisément.

A peine un jour après la rencontre CENCO-Edgar Lungu Lundi, mardi et, de manière peu bruyante, Didier Reynders, voix parlante de la diplomatie belge, a été à Luanda voir le président angolais Lourenço. Le communiqué conjoint ayant sanctionné les échanges entre les deux sur la situation congolaise confie ‘’que les deux personnalités ont réitéré l’importance d’un processus inclusif qui puisse aboutir à des élections crédibles, libres et transparentes le 23 décembre 2018, conformément à l’Accord  de la Saint Sylvestre et au calendrier électoral, facteurs indispensables pour arriver à une stabilisation durable de la RDC’’. Selon le média Diacenco, un des sites affiliés à la Conférence Episcopale Nationale du Congo, ‘’cette position rencontrerait mutatis mutandis la position exprimée par les évêques de l’Eglise Catholique en République Démocratique du Congo.

Quid de l’harmonisation ?

Les princes de l’Eglise Catholique, souvent bien éclairés par la qualité des études faits ou par l’Esprit Saint dans le décor politique actuel, ne veulent pas s’inscrire dans le cadre d’un nouveau dialogue. Face aux divergences, les dernières qui persistent, la CENCO convie à une harmonisation des vues sans aucunes perspectives de reporter les élections attendues depuis 2016 et fixées depuis novembre 2017 pour ce 23 décembre. La SADC appelée par les évêques catholiques à s’impliquer pour que les parties prenantes au processus électoral puissent trouver le consensus sur la machine à voter/ ou à recourir aux bulletins papiers, le cas échéant, comme c’est prévu dans les lignes 38, 39 et 40 du calendrier électoral, risque avec les dernières manœuvres illustraient notamment, par l’entrée en danse de la Belgique et une réactivation de Luanda d’avoir des soutiens pour qu’une telle démarche parviennent à terme. Ce, d’autant que le bloc Bemba-Katumbi-Kamerhe-Félix Tshisekedi-Muzito, réuni à Bruxelles, ne s’oppose pas à une implication autre que de l’Etat congolais dans le processus.

Danny Ngubaa

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com