Candidat Président de la République. Programme d’action : Jean-Philibert Mabaya dévoile les 12 piliers pour le redressement de la RDC

Candidat Président de la République. Programme d’action : Jean-Philibert Mabaya dévoile les 12 piliers pour le redressement de la RDC

This post has already been read 375 times!

Candidat Président de la République pour le compte du regroupement politique Arc-en-Ciel du Congo, Jean-Philibert Mabaya Gizi Amine a dévoilé son programme d’action. C’était au cours d’une cérémonie organisée hier, mardi 18 septembre 2018, au centre Nganda dans la commune de Kintambo, à Kinshasa.  Le candidat de l’ACC a axé son programme sur 12 piliers. Il s’agit, entre autres, de la restauration de la paix, la sécurité, l’unité et la cohésion nationale en tenant compte des riches diversités culturelles que regorgent la RDC ; la construction d’une démocratie participative et l’instauration d’un Etat de droit ; la promotion de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’artisanat ainsi que l’accès aux soins de la santé et services sociaux de base ; l’impulsion de la croissance et du développement économique notamment, par la relance de l’agriculture, pêche et élevage ; la promotion des investissements par l’amélioration du climat des affaires ; la construction des infrastructures ; la lutte contre la pauvreté, laquelle dépend de la promotion des investissements ; la protection de l’environnement ; l’impulsion d’un développement équilibré des provinces ; la garantie de la promotion de la femme, de la famille, de l’enfant et de la mise en œuvre effective de la parité ; l’encadrement des jeunes et la promotion des sports et loisirs ; et enfin l’engagement des réformes structurelles pour la rénovation de l’Administration publique. Dans le même ordre d’idées, Jean-Philibert Mabaya a parlé de sa vision pour la République Démocratique du Congo. A en croire ses propos, les élections prévues ce 23 décembre devraient permettre à la RDC le passage d’un Etat potentiellement riche à un Etat réellement riche, au service de l’homme, de tout l’homme et de tout homme.

«C’est le sens du combat que mènent les membres de l’Arc-en-ciel du Congo en tant que regroupement politique, des forces, des énergies et des moyens pour faire de la RDC un Etat de droit réellement démocratique, indépendant et souverain, uni et indivisible, laïc, social et prospère. C’est tout le sens de mon engagement, en tant que candidat choisi par notre regroupement politique pour briguer la magistrature suprême», a-t-il déclaré. En ce qui concerne le volet économique, Jean-Philibert Mabaya chiffre son programme à 100 milliards de dollars pour cinq ans. Déjà, soutient-il, dès la première année, nous allons ramener le budget de l’Etat à 12 milliards de dollars, c’est-à-dire 10 milliards des recettes internes et deux milliards des recettes externes.

«Dans 5 ans, nous sommes en mesure de mobiliser 95 à 100 milliards de dollars américain», a-t-il soutenu devant l’assistance.

La restauration de l’autorité de l’Etat

La restauration de l’autorité de l’Etat reste l’axe permanent de l’action de Jean-Philibert Mabaya Gizi Amine. Sans détour, ce candidat président de la République pense redonner à la RDC l’image qu’elle mérite.

«L’objectif principal pour l’ACC est de construire une nation congolaise solide et prospère au cœur de l’Afrique. La restauration de l’autorité de l’Etat demeure l’axe permanent de notre action. Aussi, l’ACC prône un fonctionnement équilibré des pouvoirs publics dans le respect de la Constitution. En effet, point n’est besoin de rappeler que la restauration de l’autorité et du prestige de l’Etat passe d’abord par l’acceptation du cadre de vie que nous nous sommes défini en tant qu’Etat. Voilà pourquoi, nous prenons solennellement devant le peuple, l’engagement de respecter la constitution dans toutes ses dispositions et dans tous ses fondamentaux», a-t-il expliqué.

Il y a lieu de souligner que sur le plan économique, la vision de Mabaya à l’horizon 2030 est de promouvoir en RDC une économie nationale fondée notamment, sur la primauté de la production nationale dans les secteurs agricole, industriel, agroalimentaire, manufacturier sur les importations ; la transformation de nos produits avant toute exportation ; la politique salariale définie en fonction du pouvoir réel d’achat du citoyen congolais ; la culture pour toute activité économique, d’une vision à long terme  du bénéfice ; la construction maximale de l’activité économique à l’amélioration de la qualité de vie des citoyens congolais et, enfin, la réduction progressive dans les domaines agro-alimentaire et textile de toute concurrence des produits d’importation sur les produits locaux.

Restauration de la paix, sécurité et souveraineté 

Après avoir étudié minutieusement la situation sécuritaire du pays avec des foyers de tension et la résurgence de 183 groupes armés actifs dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu, Sud-Kivu, de Maniema, Tanganyika et du Haut-Katanga auxquels s’ajoutent ceux des pays voisins, l’ACC a trouvé une solution.  Pour restaurer la paix, la sécurité et la souveraineté, le candidat Jean-Philibert Mabaya propose la restauration permanente de l’autorité de l’Etat ; la réorganisation des FARDC et la PNC pour en faire des services réellement républicains ; la réforme des services de sécurité ; la sécurisation des frontières ; la valorisation de l’autorité coutumière ; la restauration de l’administration publique ; et la mise en place de structures de dialogues intercommunautaires.

En ce qui concerne la démocratie et l’Etat de droit, le candidat de l’ACC envisage remettre le processus démocratique lancé depuis 1960 sur les rails en vue d’un nouvel élan ; promouvoir les libertés fondamentales et le respect de la constitution et des lois de la République comme seul leitmotiv de l’action publique ; faire respecter les institutions au regard de leurs pouvoirs constitutionnels ; sanctionner toute pratique malheureuse d’instrumentalisation des services de sécurité, de la justice, de la PNC et des FARDC ; etc.

Au sujet de la justice, Jean-Philibert va améliorer les conditions de travail et de vie de tout le personnel judiciaire ; mettre en place des critères rigoureux de recrutement et des promotions des juges et magistrats ; exclure de la corporation des juges et magistrats véreux ; parachever la réforme du secteur judiciaire ; Créer, en sus des trois ordres des juridictions existantes, une  cour spécialisée chargée de juger les crimes les plus graves tels le génocide, crimes d’agression et autres crimes contre l’humanité ; accorder une autonomie de gestion au Conseil supérieur de la magistrature en lui dotant d’un budget propre et conséquent.

Une administration de développement pour la RDC

«Depuis belle lurette, l’option a été levée de doter la RDC d’une administration de développement. Malheureusement, on n’y est pas encore arrivé. Cela explique l’existence du problème d’hommes et celui d’ordre structurel. C’est l’absence d’une vision réelle. L’administration publique de la RDC se caractérise par, entre autres, l’absence d’une politique claire en matière de recrutement et de mise à la retraite des agents ainsi que l’encadrement de rentiers ; la politisation à outrance, le tribalisme, le clientélisme et l’inféodation de l’administration ; l’indiscipline et le mauvais rendement des agents de la fonction publique et le déficit d’éthique professionnelle et le règne des antivaleurs», a-t-il déploré. Face à tous ces maux, Mabaya Gizi Amine promet de s’engager à humaniser la fonction publique par l’approche qualité ; faire respecter l’éthique, l’intégrité et la déontologie professionnelle ; dépolitiser l’administration publique ; appliquer rigoureusement le régime disciplinaire ; et promouvoir le dialogue social avec toutes les parties prenantes tels que les délégués syndicaux.

Kevin Inana    

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com