Eternel malade ?

Eternel malade ?

This post has already been read 10972 times!

C’est préoccupant quand un Etat peut avoir de près ou de loin des blâmes, même masqués derrière un discours politiquement correct de la part d’un parti au Pouvoir dans un autre pays ! L’exclamation était vive hier, mardi 18 septembre 2018, avec cette lancinante phrase qui, autant que la problématique du sexe des anges, a divisé les intellectuels congolais.

En effet, en marge d’une réunion avec le bloc des opposants signataires du communiqué de Bruxelles, un parti, l’ANC de Mandela en l’occurrence, a signé un communiqué qui accorde une caution morale aux avis émis par les précités membres de l’Opposition congolaise où le principe d’élections crédibles, transparentes et apaisées soutenu par cette formation politique aux affaires en RSA, demande que son Gouvernement œuvre avec celui du Congo-Kinshasa pour que ledit principe soit effectif le 23 décembre 2018. Faut-il en rire ou en pleurer ? Faut-il réprimander au nom du nationalisme une telle immixtion quasi injurieuse pour certains membres de l’intelligentsia congolaise ?

Comme d’usage, au Congo des Lumumba-Mzee, Deschade-Rossy… la politique prime sur tout. A cette interrogation qui atteint les tripes de tout un peuple, les réactions les plus variées ont été dégainées par les grandes gueules en off. Mais, l’orientation n’aura été que la résultante logique des couleurs politiques. Pour les uns, au stade actuel des choses et à l’aube de la publication de la liste définitive de candidats retenus ce 19 décembre, tous les coups étaient permis à l’Opposition pour faire valoir ses positions jugées dans cette opinion-ci plus que légitimes. N’est-ce pas que même si aucune preuve n’a été établie à ce stade, les experts internationaux ont fait toute une panoplie de recommandations à la CENI sur la machine à voter ? N’est-ce pas que ça été le cas pour l’OIF aussi quant au fichier électoral où des millions d’électeurs sans empreintes ont été découverts ? N’est-ce pas en sus que la volonté politique de voir des élections non-inclusives et donc pas crédibles puisque boutiquées d’avance transparait au visage du Pouvoir à peine remis du choix d’un dauphin ? C’est sous le miel de ces questions que la pilule ANC comme d’autres passent dans l’entendement commun. Est-ce correct ? La réponse n’est pas évidente à trancher mais elle était déjà toute trouvée pour les communicateurs de la MP/FCC à travers des réseaux sociaux dont certains comparants l’ANC au Pprd se moquaient des opposants. Certains sont allés plus loin pour dire que Lumumba serait prêt à se retourner dans sa tombe s’il voyait cet acte. D’autres, par ailleurs, au-delà de ce jeu de ‘’ j’ai raison et t’as tort ‘’ dénonce la cause de cet état des choses qui ne serait rien d’autre que le fait que la crise politico-électorale de 2011 a transformé la RDC en un malade auprès de qui tout improvisé docteur vient donner une thérapie curative. C’est là, à tout dire, la vraie problématique. Mais, sur la route de la guérison, il y a lieu d’éviter des faux docteurs et infirmiers, même s’ils brandissent la pilule censée guérir.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com