Crédibilité, fiabilité et inclusivité… Franck Diongo : ‘‘pas d’élections en RDC sans facteurs correctifs’’ !

Crédibilité, fiabilité et inclusivité… Franck Diongo : ‘‘pas d’élections en RDC sans facteurs correctifs’’ !

This post has already been read 506 times!

*Le Président du Mouvement Lumumbiste Progressiste –MLP- depuis Makala, a saisi sa plume pour rendre hommages aux compatriotes tombés le 19 septembre 2016 lors des manifestations exigeant des élections avant le 19 décembre de cette année-là qui marquait la fin du deuxième et dernier mandat constitutionnel de Joseph Kabila. ‘’Nous totalisons aujourd’hui deux ans, jour pour jour, depuis que nos vaillants compatriotes ont perdu leurs vies en bravant la peur et en réclamant dans une marche pacifique, l’organisation des élections à la fin constitutionnelle de mandat de Joseph KABILA. Que la présente adresse constitue, pour eux, une marque de reconnaissance de leur noble action’’, souligne Frank Diongo dans un document parvenu à La Prospérité. Conscient de ses responsabilités devant l’histoire, obligé de dire la vérité au peuple, Franck Diongo a donné une position claire et limpide face au processus électoral en cours. «En réponse à votre souci sur la question liée à l’organisation des élections par la CENI, il sied de vous rappeler que le processus électoral tel que conduit par cette dernière n’est ni crédible, ni fiable, ni inclusif, ni juste, encore moins sincère. Comme vous le savez bien, quand la racine est fausse, la masse le sera aussi. Ainsi, les prémisses étant terriblement fausses, la suite ne pourra qu’être regrettable. Dans la présentation du décor de ce processus électoral, je relève notamment, une exclusion d’un bon nombre des candidats emblématiques relevant des familles politiques autres que celle de Joseph Kabila et de ses lieutenants », a dit cet élu de la Lukunga. Réagissant par rapport à la machine à voter, celui que les kinois ont surnommé « Héros vivant » pense que cet outil qui s’ajoute sur la liste de facteurs de complication est de nature à conduire le pays vers le chaos et la liquidation soigneusement programmée. Devant l’histoire, Franck Diongo monte au créneau pour alerter la classe politique congolaise, en particulier et, les congolais, en général, sur ce processus déjà « biaisé ». ‘’De ce qui précède, je conseille aux uns et aux autres de ne pas souscrire à des élections prévues dans ces conditions sans qu’il ne soit introduit des facteurs correctifs pouvant rendre le processus crédible, fiable, sincère, inclusif et juste’’, a-t-il alerté.

Diongo n’avait-il pas vu juste ?

Les négociations initiées par la CENCO avaient été refusées par Franck Diongo qui a même refusé d’y prendre part au motif que la population ne trouverait pas son compte. «Vous vous rappellerez que je vous avais déjà prévenu en son temps à l’occasion des négociations du 31 décembre 2016 de la CENCO, pour lesquelles j’avais même refusé d’y participer, estimant que vos intérêts seraient aliénés, en ce que le décor était planté contre notre peuple pour un grincement de dents éventuel», a-t-il rappelé. Profitant de cette occasion, Diongo a également attiré l’attention de la Commission Electorale Nationale Indépendante «sur ces observations et lui demande de revenir au bon sens en conformité avec l’éthique d’un service public réellement neutre et indépendant».

L’alerte de Diongo à la classe politique

« J’invite, enfin, la classe politique de notre pays à prendre conscience que l’enjeu principal d’une élection est l’acceptation ou rejet des résultats, source des contestations, conflit, et déstabilisation du pays. L’élection mal organisée a donc une incidence négative sur la gouvernance avec toutes les conséquences y afférentes», a-t-il lancé un appel pathétique.

Franck Diongo s’exprime enfin sur son arrestation

Il continue à affirmer qu’il ne mérite pas d’être en prison. A en croire ses mots, c’est un coup monté des toutes pièces pour nuire non seulement à sa carrière politique mais aussi à sa liberté. Dans ce document aux allures d’un discours biographique, le Président National du Mouvement Lumumbiste Progressiste a dévoilé noir sur blanc tout ce qu’il a enduré depuis le début de sa carrière politique. A la lumière des éléments sur ce document, il faut dire qu’il s’agit d’un parcours douloureux et tragique. « C’est contre cette détermination de notre peuple que le régime au pouvoir, aidé de ses lieutenants, m’ont infligé un traitement dégradant et humiliant. Ils ont conçu le projet de m’ôter la vie par des machinations et artifices coupables ; ils ont monté une scène de théâtre dans laquelle ils m’ont fait jouer le rôle d’auteur intellectuel des infractions de tortures, arrestations arbitraires et détention illégale de quelques gardes républicaines sans qu’on ait présenté un auteur matériel (ou personne) condamné ou à être condamné pour avoir exécuté mes prétendus ordres.

En considérant ces choses de près, on s’aperçoit clairement que votre humble serviteur que je suis, est victime de la persécution, discrimination et même de la stigmatisation ; scénario maléfique démontrant à suffisance leur acharnement contre ma modeste personne », a-t-il dénoncé.

Parlant des contours de son procès, Franck Diongo parle d’une condamnation programmée. « Il en résulte clairement que l’action en révision de ma condamnation était belle et bien justifiée par rapport aux moyens ci-après : la contradiction de deux décisions judiciaires, du reste, inconciliables ;  la découverte des pièces nouvelles, ici les rapports médicaux concluant en l’absence des tortures prétendument infligées aux trois GR ; les faits nouveaux (les aveux de ces derniers contenus dans les procès-verbaux d’audience devant le TGI/Gombe, la décision de l’Union Interparlementaire d’Octobre 2017 demandant à l’Etat Congolais de me libérer, car mon procès à la Cour Suprême de Justice n’était ni juste, ni équitable, ni contradictoire) », a-t-il argué. Ci-après, son discours intégral.

DISCOURS DE L’HONORABLE FRANCK DIONGO EN RAPPORT AVEC LE DEUXIEME ANNIVERSAIRE DES MARTYRS DE LA DEMOCRATIE DU 19 SEPTEMBRE 2016 ET SON PARCOURS TRAGIQUE COMME HEROS VIVANT

Très chers compatriotes

Nous totalisons aujourd’hui deux ans, jour pour jour, depuis que nos vaillants compatriotes ont perdu leurs vies en bravant la peur et en réclamant dans une marche pacifique, l’organisation des élections à la fin constitutionnelle de mandat de Joseph KABILA. Que la présente adresse constitue pour eux, une marque de reconnaissance de leur noble action.

Je profiterai de cette occasion, pour dénoncer l’acharnement du pouvoir contre ma personne, en ma qualité de votre représentant. D’ores et déjà, Je rappellerai, enfin, à l’attention de la Communauté tant Nationale qu’Internationale que le processus électoral tel qu’il est conduit par la Commission Electorale Nationale Indépendante engendrera des conséquences destructives au détriment de la nation congolaise.

C’est pour moi, un plaisir de vous réaffirmer que je ne suis pas seul, car je suis avec vous ; et comme vous me le dites toujours que vous êtes avec moi tout au long de mes tragédies et afflictions, pour preuve, vous m’avez élevé au rang d’héros vivant. Ce dont je suis fier et vous en remercie.

Vos regrets sont réels et ont même leur raison d’être, vous me les aviez signifiés par vos écrits et au travers de marches pacifiques pour traduire votre indignation contre la parodie de procès à l’issue duquel, je n’ai pas été entendu dès l’instant de mon arrestation par la soldatesque de la Garde Républicaine de Monsieur KABILA jusqu’à ma condamnation par la Cour suprême de Justice, faisant en son temps office de la Cour de Cassation.

Torturé à mort avant ce simulacre de procès, et ensuite cloué sur le lit ou la chaise médicale en pleine perfusion sans être en mesure de parler, ma responsabilité individuelle ne pouvait être engagée à l’absence des témoins à charge et à décharge. Mais étant donné que ni les juges, encore moins leurs manipulateurs n’avaient besoin des preuves, il m’a été imposé un procès expéditif au cours duquel, j’ai été condamné sans y prévaloir ma version de fait.

Très chers compatriotes

Je n’appartiens ni à ma famille biologique, ni à ma famille idéologique, encore moins à moi-même, mais à la société congolaise. Pour paraphraser Patrice Emery LUMUMBA, « ce n’est pas ma modeste personne qui compte mais le bonheur et l’avenir du Congo. », c’est pourquoi j’accepte d’endurer toutes les souffrances atroces qui me sont injustement imposées. Je refuse et refuserai toujours que mon pays soit détruit à la suite de la cupidité, de la cruauté, ni même la méchanceté.

Vous avez appris quelle a été autrefois ma conduite devant la barbarie, la corruption, les injustices du régime de 1965 de Monsieur Mobutu, lequel n’hésita un seul instant de recourir à son appareil répressif constitué essentiellement de sa propre garde pour me torturer et persécuter à cause de mon intransigeance face à son comportement anti-patrie ;

Pendant tout le règne de ce dernier jusqu’à son départ, j’étais toujours sur le ring avec mes gans pour barrer la route à toute personne où groupe d’individus qui s’illustraient par des actes anti-citoyens et de petites vertus ;

Croyant ainsi la dictature Mobutienne définitivement terminée avec la fuite de son géniteur et maître à pensée qui me laissa en prison jusqu’à l’arrivée de l’AFDL le 17 mai 1997; soudain, surgit un autre Mobutu avec les mêmes signes cliniques que le premier annonçant l’odeur d’une dictature similaire ; Je parle de Mzée Laurent Désiré Kabila, contre qui je m’étais farouchement opposé à son système de gestion de l’Etat, l’estimant inadapté au vu de son caractère tyrannique, brutal et impulsif.

Pour lui avoir tenu tête, celui-ci m’arrêta et me mit dans une geôle de sa propre garde au GLM, et de l’autre côté de LIMETE, par ironie du sort, Etienne Tshisekedi sera renvoyé sans égard à Kabeya-Kamwanga dans son village natal.

De longs moments se passèrent durant lesquels je fus exposé à des traitements inhumains ou dégradants de chosification. Il a fallu que Roberton Gareton (envoyé spécial des Nations Unies pour les droits humains) débarquasse pour dénoncer haut et fort mes souffrances pour voir Mzée se rétracter en ordonnant mon élargissement…

Après qu’il soit arraché de la terre des hommes par le destin, Joseph Kabila prit le pouvoir à sa place. Ce dernier qui use toujours des artifices sordides contre notre peuple qu’il maltraite de manière insupportable.

Par plusieurs mots et devant chaque circonstance favorable ou pas, dans mes meetings, au travers de la presse, dans toutes mes interventions à l’Assemblée Nationale, Je n’ai pu m’empêcher de dénoncer cette manière de gouverner pour éviter le chaos et la disparition de notre nation.

Très chers compatriotes ;

Pour faire obstacle à la prise de conscience et le réveil des Congolais, les tenants du pouvoir qui affament et massacrent notre peuple se sont saisis de ma personne avec l’intention de me faire taire et m’éliminer physiquement. Vous le savez tous combien ils ruminent la haine contre ma vie et ma personne. Il suffit de voir comment j’ai été en 2006 invalidé pourtant élu 4ème sur 900 candidats dans la circonscription de la LUKUNGA à Kinshasa. Vous vous apercevrez que la machine inventée pour détruire ma carrière politique était à l’œuvre, il y a belle lurette.

En 2011 élu 1er sur 1500 candidats dans la même circonscription électorale, leurs artifices et méchancetés ont été engloutis dans ma victoire écrasante, Car le peuple s’est résolu de tracer les lignes rouges pour orienter son désir et confirmer sa volonté d’aller vers l’avant.

C’est contre cette détermination de notre peuple que le régime au pouvoir aidé de ses lieutenants, m’ont infligé un traitement dégradant et humiliant. Ils ont conçu le projet de m’ôter la vie par des machinations et artifices coupables ; ils ont monté une scène de théâtre dans laquelle ils m’ont fait jouer le rôle d’auteur intellectuel des infractions de tortures, arrestations arbitraires et détention illégale de quelques gardes républicaines sans qu’on ait présenté un auteur matériel (ou personne) condamné ou à être condamné pour avoir exécuté mes prétendus ordres.

En considérant ces choses de près, on s’aperçoit clairement que votre humble serviteur que je suis, est victime de la persécution, discrimination et même de la stigmatisation ; scénario maléfique démontrant à suffisance leur acharnement contre ma modeste personne.

Le régime de Monsieur KABILA, a décidé de m’imposer comme lieu de résidence et ville d’asile, la prison centrale de Makala qui devient la douzième province de la RDC ; la province des mal aimés, laquelle devient la vingt cinquième commune de la ville province de Kinshasa, celles des affligés.

Bien plus en détention à la Prison Centrale de Makala, ordre avait été donné par le pouvoir à la Commission Nationale Indépendante de ne pas me faire enrôler et identifier en vue d’obtenir ma carte d’électeur servant de carte de carte d’identité, avec le seul et unique objectif de m’empêcher d’être candidat et électeurs aux prochaines élections.

Il n’est pas sans importance de rappeler que pour m’asphyxier politiquement et moralement, le régime a, sans égard à la loi et aux conventions internationales régulièrement ratifiées par notre Pays, décidé de m’interdire les visites de mes proches et de certains de mes Avocats Conseils.

Très chers compatriotes ;

Je ne voudrais pas aller loin dans mon propos sans rappeler à votre mémoire que déjà en 2003 après avoir signé l’Accord Global et inclusif de SUN-CITY où il avait été décidé du partage des responsabilités entre les parties signataires ; j’y ai été écarté sans cause par la seule volonté de Kabila qui détient les raisons de cette exclusion.

Je voudrais à cette occasion faire une fois de plus, un relevé d’irrégularités graves sur ce fameux acharnement auquel se livre le pouvoir contre moi.

Le 19 Décembre 2016, après avoir été copieusement torturé, grièvement blessé et enlevé par la Garde Républicaine, j’ai été, de manière expéditive, jugé sans être auditionné et injustement condamné par la soi-disant Cour Suprême de Justice à cinq ans de Servitude pénale principale, sur une chaise médicale et sous perfusion, comme auteur intellectuel des infractions d’arrestation arbitre et détention illégales suivies des tortures de trois Gardes Républicaines.

À ce jour, il n’existe curieusement aucun auteur matériel (exécutant desdites infractions mises à ma charge, d’autant plus que les quinze membres de mon parti, arrêtés avec moi dans les mêmes circonstances de temps et de lieu n’ont jamais été condamnés comme auteurs matériels des infractions dont je serais, semble-t-il, auteur intellectuel.

Bien plus, il avait été révélé par les médecins de l’hôpital du camp Tshatshi (Garde Républicaine) dûment requis par le Parquet de grande Instance de Kinshasa Gombe que les trois GR n’avaient jamais subi des moindres tortures de la part de quinze co-accusés.

Il en résulte clairement que l’action en révision de ma condamnation était belle et bien justifiée par rapport aux moyens ci-après :

– la contradiction de deux décisions judiciaires, du reste, inconciliables ;

– la découverte des pièces nouvelles, ici les rapports médicaux concluant en l’absence des tortures prétendument infligées aux trois GR;

– les faits nouveaux (les aveux de ces derniers contenus dans les procès-verbaux d’audience devant le TGI/Gombe, la décision de l’Union Interparlementaire d’Octobre 2017 demandant à l’Etat Congolais de me libérer, car mon procès à la Cour Suprême Justice n’était ni juste, ni équitable, ni contradictoire)

En dépit de ces évidences intelligemment exposées et juridiquement prouvées, ma requête en révision a été mécaniquement et politiquement déclarée non fondée par ladite Cour inféodé au régime hors mandat en date du 5 septembre 2018.

Très chers compatriotes ;

Vous vous souviendrez qu’à la deuxième audience de l’ouverture de mon procès en révision, Monsieur Alexis Thambwe Mwamba, Ministre de la justice et garde des Sceaux, pour influer sur la décision à intervenir, avait fait des déclarations tapageuses devant la presse en ces termes : « Franck DIONGO est non libérable ; on aurait pu lui coller l’infraction d’association des malfaiteurs parce qu’en réalité ils étaient nombreux pour attaquer ces Gardes Républicaines. » Il a ensuite ajouté que « si par miracle, on le libérerait aujourd’hui, quelle sera la réaction des militaires ? Ils vont dire que si la justice ne peut pas nous protéger, alors on va régler nos comptes. De ce fait, la condamnation de DIONGO doit être confirmée. »

Il devenait dès lors prévisible que ma condamnation irrévocable était déjà scellée d’avance, en ce sens que le ton utilisé par le Ministre n’avait d’autres motivations que d’indiqué aux juges d’une Cour infectée par le virus de l’immoralité et de la médiocrité la voie à suivre pour aboutir sans tardé au résultat escompté par le régime en place.

Très chers compatriotes ;

A vrai dire, je ne suis pas condamné. Au contraire, ce sont les attentes du peuple qui sont condamnées par cet instrument de l’iniquité au sommet de l’Etat. Raison pour laquelle je vous invite à prendre courage, car aucune forme de développement ne peut être envisageable dans notre pays sans la concorde, la stabilité politique et les respects des droits humains ;

Pour y parvenir, vous avez besoin, vous le peuple à vous lever comme un seul homme et de combattre les forces liberticides qui confisquent notre liberté et nous exposent nuits et jours à la nudité, à la faim et la soif. Car, nul ne viendra le faire à votre place et la menace qui pèse sur notre avenir et contre notre nation est plus vaste que nos ambitions. Nous devons hausser le ton pour barrer la route aux envahisseurs et prédateurs de nos richesses.

Très chers compatriotes

Votre misère ne fait pas parti de votre choix, ni votre volonté, votre humiliation et vos pleurs sont orchestrés par le pouvoir en place. Vous devez refuser et combattre cet état de chose en contraignant par des pressions de tout genre l’oppresseur à dégager. D’où la nécessité de nous souder par une solidarité altruiste, pour créer par nous-mêmes un bouclier anti-dictature en usant des voies légales.

Très chers compatriotes ;

Avant le 19 décembre 2016, j’avais dénoncé et prévenu la communauté tant nationale qu’internationale qu’un projet était conçu et un complot ourdi pour me liquider physiquement. Je l’avais fait avec courage et sans panique. Vous êtes sans ignorer que la prison centrale de Makala a été cassée, occasionnant l’évasion de plus de 8000 prisonniers ; Moi, je suis resté au motif du triomphe de la justice et de la vérité.

Très chers compatriotes ;

J’ai été arrêté dans ma résidence avec plusieurs membres de mon parti, mon bureau a été bombardé, un de mes gardes du corps tué, 12 membres de mon parti ont été tués, plusieurs de mes sympathisants ont été copieusement tabassés et certains portés disparus. Votre mérite a été de dire non à toutes ces formes d’impostures politiques que vous avez bravées.

La nuit a trop duré, le jour approche et que chacun de nous se considère comme digne fils de notre pays sans se laisser intimider par quoi que ce soit. Cette lutte que je pilote en votre nom ne vise que votre bonheur, votre dignité et votre grandeur.

Très chers compatriotes

Vous avez-vous-mêmes vécu le déroulement des procès et observé les violations massives des droits de l’homme et des massacres, du reste, lâches perpétré par ces hommes au pouvoir sans conscience. Et ne cessant pas de mettre le comble sur sa tête comme vecteur principal de nos calamités, la colère du peuple va finir par les atteindre.

Comment pourrions-nous comprendre que 13 personnes soient tuées dans les mêmes circonstances de temps et de lieux sans que le Ministère public organe de la loi, Avocat de la société ne soit amené à rechercher les auteurs de ces crimes et les déférer devant les juges pour que justice soit faite ?

Curieusement, ce dernier va demander la condamnation de celui qui a subi des tortures et autres atrocités par des matraques, coups des poings, bâillonnements etc. Il devient évident d’affirmer par là que désormais nous avons en face de nous, un pouvoir criminel et génocidaire avec une justice aux ordres. Ils sont donc inexcusables.

Très cher compatriotes ;

En réponse à votre souci sur la question liée à l’organisation des élections par la CENI, il sied de vous rappeler que le processus électoral tel que conduit par cette dernière n’est ni crédible, ni fiable, ni inclusif, ni juste, encore moins sincère. Comme vous le savez bien, quand la racine est fausse, la masse le sera aussi. Ainsi les prémisses étant terriblement fausses, la suite ne pourra qu’être regrettable.

Dans la présentation du décor de ce processus électoral, je relève notamment, une exclusion d’un bon nombre des candidats emblématiques relevant des familles politiques autres que celle de Joseph Kabila et de ses lieutenants.

En outre, la fameuse machine à voter qui s’ajoute sur la liste des facteurs de complication est de nature à conduire le pays vers le chaos et la liquidation soigneusement programmée.

De ce qui précède, je conseille aux uns et aux autres de ne pas souscrire à des élections prévues dans ces conditions sans qu’il ne soit introduit des facteurs correctifs pouvant rendre le processus crédible, fiable, sincère, inclusif et juste.

Vous vous rappellerez que je vous l’avais déjà prévenu en son temps à l’occasion de négociation du 31 décembre 2016 de la CENCO, lors duquel j’avais même refusé d’y participer estimant que vos intérêts seraient aliénés, en ce que le décor était planté contre notre peuple pour un grincement de dents éventuelles.

J’attire l’attention de la CENI sur ces observations et lui demande de revenir au bon sens en conformité avec l’éthique d’un service public réellement neutre et indépendant.

J’invite enfin, la classe politique de notre pays à prendre conscience que l’enjeu principal d’une élection est l’acceptation ou rejet des résultats source des contestations, conflit, et déstabilisation du pays. L’élection mal organisée a donc une incidence négative sur la gouvernance avec toutes les conséquences y afférentes.

Très Chers compatriotes

Le Congo est un don béni de DIEU, vous êtes le peuple béni, je ne trahirai ni ma conscience, ni notre lutte jusqu’à ce que vous obteniez gain de cause. Nous devons nous débarrasser de la peur et développer l’amour de sacrifice. L’oppresseur est déjà affaibli et votre détermination a crée un épouvantail dans leur camp.

Tôt ou tard nous allons nous rencontrer pour célébrer notre véritable victoire contre ces forces du mal. Seule la lutte libère.

Que vive la RDC

Que vive notre peuple

Que DIEU vous bénisse

Je vous remercie.

Fait à Kinshasa, le 19 Septembre 2018

Honorable Franck DIONGO

Député National

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com