Starting-block!

Starting-block!

This post has already been read 6688 times!

‘’L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ; il coule, et nous passons ! ‘’, S’exclamait l’écrivain Alphonse de Lamartine dans son célèbre poème Le Lac. La maxime, des siècles plus tard, reste d’actualité car toujours et encore une évidence. Sur la scène politique congolaise où depuis l’accession à l’indépendance la démocratie a commencé sa navigation, cet adage est encore vrai, surtout s’il faille s’appesantir sur le processus électoral actuel. Chaque minute, le sablier se vide peu-à-peu pour mener le Congo-Kinshasa devant les urnes, un rendez-vous chronométré par les prévisions du calendrier électoral. Il ne reste plus que trois mois d’ici ce jour de portée historique quand on sait qu’il fixera le sort d’une première passation de pouvoir entre un président sortant et un tout nouveau, fraichement élu.

Si ce décor peut faire sourire quiconque et même les Lumumba et autres pères de l’indépendance, il sied de noter que les détails, dans lesquels se cache toujours le Diable, crispe ce sourire, le rendant quasiment jaune. Tenez ! Le bloc-de-départ (starting-block en anglas ndlr) pour le sprint électoral est complet depuis la publication des listes de candidats retenus à tous les niveaux. Mais, la certitude de savoir si la course aura bel et bien lieu dans un climat de plus apaisé reste une question à réponse à choix multiple où l’histoire, après les pronostics les plus fous comme les plus éclairés, face à cette problématique, risque de livrer un ABR, savoir qu’aucunes de ces réponses n’étaient bonnes.

Y aura-t-il élections le 23 décembre 2018 ? Si oui, ces joutes auront-elles atteint au moins la masse critique de l’acceptable ? La machine à voter trouvera-t-il un consensus politique et quid du fichier électoral ? Et, à propos de cet équipement, le lot de machines sera-t-il livré à temps ? Le Gouvernement va-t-il financer le processus électoral jusqu’à son terme et saura-t-il sécuriser les prochaines élections?  L’Opposition va-t-elle rester sur la voie du non-boycott et ne va-t-elle pas imploser suite au défi du choix d’un candidat commun ? Face à ce tohu-bohu politique en perspective, faudra-t-il dialoguer, à nouveau, pour une petite transition comme le veulent certains politiques ? Si par l’absurde cette thèse s’applique et qu’un nouveau glissement il y a, est-ce que la problématique d’un troisième mandat au Président Kabila ne peut-il pas, ex-nihilo, resurgir au cas où l’option dauphin cessait de paraître le moindre mal? Belle brochette non exhaustives d’ailleurs d’interrogations qui font cogiter dans tous les sens.

Oui, la ligne de  départ a, désormais, tous ses sprinteurs tant à la présidentielle qu’à la députation provinciale ou encore nationale et que l’opinion s’attend au top départ lors de la campagne, mais, au starting-block, les parties prenantes au sprint électoral de décembre s’interroge autant que les supporters ainsi que les spectateurs.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com