Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Médias : Seth Kikuni interpelle le CSAC !

Médias : Seth Kikuni interpelle le CSAC !

This post has already been read 858 times!

Jusqu’où irait Seth Kikuni Masudi dans sa lutte pour l’impartialité de la chaine mère en RDC? Cette question taraude les esprits. En effet, ce candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018 a, au cours d’une descente lumineuse effectuée  au siège  du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), hier,  n’a pas manqué d’interpeller les autorités de cette institution d’appui à la démocratie et comme organe spécialisé destiné à réguler les médias. D’entrée de jeu, celui qui se considère comme étant candidat de la rupture avec l’actuelle classe politique, muni d’un mémorandum, n’y est pas allé par quatre chemins. «Nous exigeons le respect et l’application strict des lois de la République en matière de l’Audiovisuel et de la communication par le CSAC», a-t-il souligné avec insistance.

Oui, l’initiateur du mouvement ‘’UFM’’, a été reçu par le Président du CSAC, en la personne de Tito Ndombi, qui était accompagné de son Vice-président Alain Nkoy et Chantal Kanyembo. Ensemble, ces responsables  n’ont pas manqué de porter une oreille attentive quant aux préoccupations avancées par Seth Kikuni Masudi. Tenant mordicus à ses recommandations, ce prétendant du rajeunissement de la classe politique a protesté avec la toute dernière énergie sur ‘’la prise en otage de la RTNC ‘’ par le Pouvoir en place, faisant de cette institution publique un instrument de propagande des actions d’un seul regroupement politique, ‘’en l’occurrence le Front commun pour le Congo’’.   Comme si cela ne suffisait pas, Seth Kikuni demeure contre le culte de personnalité du Chef de l’Etat tel que constaté, à l’en croire, durant des journées entières sur la chaine nationale et plusieurs autres chaines d’obédience du pouvoir en place.

Quid de ces exigences ?

Le respect et l’application stricts des lois de la République en matière de l’audiovisuel et de la communication par le CSAC reste en première posture. Dans ce listing, il faudra également noter la demande de la suspension pour une durée indéterminée de l’émission Congo Histoire animée par les communicateurs de la Majorité Présidentielle Lushima et Makolo Kotambola. Pour le Candidat de la rupture, ces deux personnages incitent la population à la haine tribale et s’écartent constamment du cahier des charges. Le Président de l’UFM en appelle à l’accès égal aux médias publics de tous les acteurs politiques aussi bien de la Majorité présidentielle que de l’Opposition surtout, durant toute la période électorale. En effet, parmi les préoccupations précitées, Seth Kikuni Masudi sollicite aussi du CSAC, en tant qu’institution d’appui à la démocratie, des émissions et des débats télévisées de tous les candidats Président de la République afin que ces derniers expliquent au peuple congolais leur projet de gouvernance de la RDC dans les prochaines années.

Toutefois, ce candidat Président de la République met en garde, au cas où toutes ces exigences énumérées ne sont pas réalisées dans les plus brefs délais. «La liquidation pure et simple de la RTNC à travers une vente aux enchères et la restructuration du CSAC seront mise en application dans les 100 premiers jours de la Prise du pouvoir de l’initiateur du Plan d’Urgence pour la République», a-t-il fait savoir avec conviction.

Réaction du CSAC

De son côté, Tito Ndombi, le numéro 1 du CSAC,  a fait savoir à ce dernier que la question concernant l’accès aux médias de service public par les acteurs politiques toutes tendances confondues est une problématique sine qua none, surtout en cette période où le pays est engagé dans un processus électoral. « Nous avons expliqué à Monsieur Seth Kikuni ce que nous, à notre niveau, avions entrepris de faire en organisant une rencontre au cours de laquelle nous avions invité tous les responsables des médias autour d’une journée de réflexion sur le pluralisme dans les médias », a signalé le Responsable du CSAC, avant de renchérir : « nous avons fait une recommandation que nous avons remis à tous les médias y compris les médias publics, fixant la manière d’assurer en cette période l’accès équitable dans les médias ».

Merdi Bosengele