Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Electrochocs ?

Electrochocs ?

This post has already been read 7308 times!

La fièvre électorale est là depuis quelques temps sur la scène politique. Les politiques en sont tellement atteints que la logorrhée est de rigueur. Loin de l’agora politique, une autre fièvre est d’actualité en sourdine. Et, de fois, les viseurs manquent de s’y poser. Tenez ! Deux mérites d’être épinglées par-dessus tout. Primo, la sécurité des citoyens. Si Kuluna et autres malfrats font rage, créant des stupeurs malgré des efforts de la Police à l’ouest du pays, à l’Est, l’insécurité est à un autre niveau. Oui, loin des simples badauds aux armes blanches et soucieux de soulager des paisibles citoyens de leurs biens, là-bas, c’est de leurs vies que des congolais courent le risque d’être soulagés par des hommes en armes bien souvent venus des pays voisins.  Les récents massacres survenus à Beni sont une preuve patente que ce sujet reste d’actualité. Il n’y a pas longtemps, en plein Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, des corps sans vie ont été découverts avec effroi. Est-ce le fruit d’excès dans la lutte contre l’insécurité ? Est-ce des actes de criminels même en uniformes ? Les services habilités font des enquêtes et l’opinion s’interroge. Secundo, une fois encore, la situation socioéconomique du pays devient une épine aux pieds des congolais. En effet, avec la hausse, même légère des prix des carburants à la pompe, plusieurs craignent de voir le panier de la ménagère déjà mis à mal avec la dévaluation du Franc Congolais face au dollar hier dans les 920 et, aujourd’hui, dans les 1623 l’unité. Si la fièvre électorale fait jaser les politiques, surtout avec les sujets qui fâchent à l’instar du fichier électoral et de la machine à voter, le congolais lambda souffre de la fièvre du devenir, du lendemain qui ne se résume qu’en une donne : qui voter ce 23 décembre ?  Le ton des élections à venir devient dès lors corsé puisqu’aux côtés des vues des politiques, il faudra placer les appréhensions des électeurs. Vote sanction ! Le mot revient souvent, surtout pour les opposants qui compte utiliser tout ce réceptacle des non-réalisés pour couler les candidats du Pouvoir. Mais, seulement, ont-ils été bon élèves ? Quid de ceux qui ont livré le glissement par deux fois au Pouvoir au nom d’une compensation au Gouvernement ? Jusque-là, Opposition et Front Commun pour le Congo sont dans des postures du choc de logique. Les élections sont dites irréversibles par le tandem FCC/CENI alors qu’à l’Opposition l’on demande une retouche du processus électoral par sa crédibilisation. Avec le décor qui se plante pour la population congolaise, il faut craindre le vrai choc des urnes par l’expression d’une volonté de retouche martiale de la scène politique entière. Les douleurs du peuple produiront des électrochocs dans les urnes.

La Pros.

Tags:

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com