Bientôt une commission technique. RDC : Nangaa rassure les candidats à la Présidentielle 2018 !

Bientôt  une commission technique. RDC : Nangaa rassure les  candidats à la Présidentielle 2018 !

This post has already been read 552 times!

*Réunion de haut niveau. Discussions franches et  ouvertes sur toutes les questions qui fâchent notamment, sur  la machine à voter, le fichier électoral, les mesures de sécurisation du processus électoral.  Nangaa mieux que quiconque est, donc,  passé aux actes hier, jeudi 4 octobre 2018. Tous les candidats à la Présidentielle, à l’exception de ceux qui se sont faits représentés, ont parlé et émis librement leurs avis et considérations sur le processus électoral. Alors que la CENI, en raison des avancées engrangées dans les préparatifs, a démontré, noir sur blanc, que le train des élections, tel qu’il  avait annoncé pour le 23 décembre 2018, est et demeure  en marche. Sur toute la ligne, le Président de la CENI qui s’est particulièrement montré  confiant en l’avenir du processus électoral en RD. Congo, a étalé sur la place publique, l’essentiel des réalisations qui, en réalité, devraient apaiser les esprits et rassurer tout le monde sur sa crédibilité et la fiabilité des résultats.  Ainsi, à l’issue de ces échanges et  pour vider les divergences persistantes sur les aspects opérationnels, une commission technique pourrait-elle  incessamment être instituée. Autrement dit,  la responsabilité des parties prenantes au processus électoral est toute engagée, s’il faut   garantir sa bonne fin et permettre aux congolais, quels qu’ils soient,  de se choisir les dirigeants qu’ils méritent, le 23 décembre 2018.

Démarche pédagogique

Assurer l’accès à l’information électorale fiable à tous les 21 candidats à l’élection présidentielle est l’un des objectifs de cette première rencontre entre la CENI et les candidats ‘’Président’’ de la République.

Cette prise de contact s’est ouverte, en effet,  par une présentation succincte de l’état des lieux du processus électoral en cours en République Démocratique du Congo.

Du fait de nos responsabilités respectives,  nous sommes invités à  prendre toute la mesure de l’enjeu électoral et la crédibilité des élections dépend de l’implication effective de tous, a indiqué, d’entrée de jeu, Corneille NANGAA YOBELUO, Président de la CENI entouré de tous les membres de l’Assemblée plénière.

En guise de premières documentations électorales fournies aux candidats, on comptera l’Atlas électoral; un recueil des textes légaux ; la liste définitive des candidats ‘’Président’’ de la République ;  le code de bonne conduite des partis et regroupements politiques et enfin,  la liste des électeurs catégorisées en électeurs retenus après l’audit du fichier électoral, les électeurs radiés et les électeurs inscrits sans empreintes digitales ou partiellement lisibles.

Tout en saluant la promptitude avec laquelle les candidats ont répondu à cette rencontre de haut niveau, le Président de la CENI a sollicité le maintien d’un tel cadre d’échanges qui pourraient s’élargir aux membres du Gouvernement,  à la Police nationale congolaise,  au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) en vue, respectivement de l’application des mesures en faveur de la sécurisation du processus électoral dont la mise à disposition, conformément à la loi électorale, d’une garde policière commise aux candidats ; d’avancer sur les modalités de la bonne tenue de la campagne électorale ainsi que le respect des droits et devoirs des parties prenantes.

Exécution du calendrier

Relativement à l’exécution du calendrier électoral,  Corneille NANGAA YOBELUO a noté que les contraintes ont été levées les unes après les autres en parallèle à la réalisation sans faille de toutes les activités programmées. Il a été particulièrement souligné la parfaite collaboration entre les parties prenantes durant les différentes étapes du processus électoral ; l’adoption suivie de la publication progressive de tous les textes légaux ;  la publication de la liste définitive des électeurs, des candidats Président,  députés nationaux et provinciaux.

Les activités techniques en cours au niveau de la CENI se déclinent actuellement en la réception de la quincaillerie électorale,  des matériels énergétiques, des lots des machines à voter,  des bulletins de vote en provenance respectivement de l’Inde,  de la Chine et de la Corée du sud.

Le président de la CENI a rassuré les candidats Président de la tenue effective des élections au 23 décembre 2018.

Report des élections ?

Aussi,  a-t-il coupé cours aux rumeurs infondées donnant pour objet de la présente rencontre CENI-Candidats Président, une discussion sur l’éventualité du report des élections.

Les opérations en cours sur toute l’étendue du territoire national permettront  aux antennes de désengorger les entrepôts en vue de la réception des matériels électoraux,  l’affichage des listes,  l’identification et le recrutement des agents. Les moyens de déploiement mis à notre disposition par le Gouvernement et ceux déjà acquis par la CENI permettront de tenir les délais, a avancé le Président de la CENI.

Le temps coule…

A  81 jours des scrutins,  le Président de l’organe en charge des élections a évoqué les perspectives d’avenir dont l’intensification de la sensibilisation des électeurs à l’apprentissage de la Machine à voter ; la cascade de formation des agents électoraux sur le plan national ; le déploiement des matériels selon un plan logistique rigoureux.

On notera particulièrement le rappel  fait aux candidats de se préparer effectivement aux élections par la formation de leurs témoins.  La crédibilité des prochains scrutins ne sera pas l’œuvre de la CENI seule mais bien de l’implication effective des candidats et de leur capacité  à mobiliser, à  former et à  déployer leurs témoins.

 

Corneille NANGAA YOBELUO a invité les candidats à  consulter et éventuellement confirmer leur photo de candidature devant servir de gabarit sur la liste définitive des candidats. De  même, il a été sollicité la confirmation du logo de leur parti ou regroupement politique.

Vers une réunion technique

Pour conclure sa présentation,  le Président de la CENI a invité les 21 candidats en lice à la présidentielle à élever ensemble les débats politiques, techniques et sécuritaires en vue de la réussite des prochaines  joutes électorales.

Les échanges entre les deux parties ont notamment,  tourné autour de la liste définitive des électeurs, la présence des électeurs sans empreintes digitales, l’évolution des préparatifs techniques des élections, la régularité du financement du processus par le Gouvernement de la République, l’évolution du déploiement des matériels, la machine à voter.

Il a été finalement convenu de la tenue d’une prochaine réunion essentiellement technique en vue d’approfondir les questions complexes dont la machine à voter.

LPM (Avec la CENI)

 

PREMIÈRE RÉUNION DU CADRE DE CONCERTATION ENTRE LA CENI ET LES CANDIDATS PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE (O4 octobre 2018)

INTERVENTION DU PRÉSIDENT DE LA CENI

INTRODUCTION

Madame, Messieurs,

Je vous souhaite, à tous et à chacun, la bienvenue au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante et vous remercie vivement d’avoir répondu à notre invitation pour cette première réunion de concertation entre la CENI et les candidate et candidats Président de la République que vous êtes. Je voudrais ensuite vous féliciter d’avoir rempli toutes les conditions légales relatives à la candidature à l’élection du Président de la République. Je saisis l’occasion pour vous souhaiter, d’ores et déjà, une heureuse compétition que nous voulons saine et organisée, conformément à la loi. Et que le meilleur gagne.

  1. DÉFINITION DU CADRE DE CONCERTATION CENI

– CANDIDATS PRÉSIDENTS

L’objectif de ce cadre de concertation est de vous assurer l’accès à la vraie information électorale. Dans quelques trois mois, en effet, l’un d’entre vous sera investi pour présider aux destinées de la République Démocratique du Congo. Nous devons, vous et nous, du fait de nos responsabilités respectives, prendre la pleine mesure de cet enjeux. Voilà pourquoi 2 la CENI s’oblige à vous donner toutes les informations dont vous aurez besoin au fur et à mesure que le processus avance vers les scrutins du 23 décembre prochain. Ainsi, dès cette séance de prise de contact, nous mettrons à votre disposition : – l’atlas électoral constitué de 26 tomes de cartographies ; – le recueil des textes de lois ; – la liste définitive des candidats président de la République ; – le code de bonne conduite. Nous mettons également à votre disposition des échantillons des listes des électeurs telles qu’affichées dans les sites de vote, en dégageant les différentes catégories, soit les électeurs, les radiés ainsi que les personnes inscrites sans empreintes digitales. Cette séance étant une réunion de prise de contact, nous ne pourrons y épuiser toutes les matières. Nous nous réunirons chaque fois que de besoin, les rencontres pouvant être sollicitées par les candidats ou initiées par la CENI au gré des événements. Par ailleurs, certaines questions nécessiteront des échanges avec les autres institutions, tels le gouvernement et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication. C’est le cas des questions relatives aux droits et devoirs des candidats président de la République, notamment en ce qui concerne la garde policière à leur allouer conformément à la loi, mais aussi les modalités pour la tenue de la campagne électorale, etc. Ceci dit, je m’en vais vous présenter l’état des lieux du processus  électoral à ce jour.

III. ÉTAT DES LIEUX DU PROCESSUS ÉLECTORAL

Activités Etat d’exécution Observation

EXECUTION DU CALENDRIER ELECTORAL

– Exécution à bonne date de toutes les activités prévues – contraintes levées les unes après les autres. – Parfaite collaboration avec toutes les parties prenantes – Assurance technique de la tenue des trois scrutins prévus dans le temps imparti.

CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE

– Loi électorale promulguée – Décision portant mesures d’application de la loi électorale publiée – Loi portant adoption de la répartition des sièges par circonscription électorale pour les élections législatives, provinciales, municipales et locales promulguée – Liste des partis (601) et regroupements politiques (69) publiée – Ordonnance de création des cours d’appel dans les 26 provinces et arrêtés de nomination des magistrats du siège et du parquet pour les cours d’appels ; tout cela suivi de la formation et du renforcement des capacités opérationnelles des magistrats des Cours et Tribunaux. – Proactivité des institutions concernées : Président de la République, Sénat et Assemblée nationale ; – Toutes les lois publiées au Journal officiel ; – Recueil des textes légaux et réglementaires du cadre juridique des élections disponible.

FICHIER ELECTORAL

– Révision du fichier électoral achevée. Total brut électeurs enrôlés : 46 862423 ; – Nettoyage du fichier électoral effectué. Electeurs radiés : 6 500 318 Total électeurs retenus avant audit : 40 362 105 – Audit du fichier électoral par les experts de l’OIF réalisé. · Total électeurs radiés à la suite de l’audit : 337 208 ; · Electeurs retenus sur la liste provisoire : 40 024 897. – Affichage en cours des listes électorales provisoires et des listes des radiés comme prévu dans le chronogramme de la CENI et tel que recommandé par le rapport de l’OIF sur l’audit du fichier. – Consultation des listes provisoires des électeurs affichées en cours ; – Faible présence des témoins des partis politiques et des observateurs pendant la révision du fichier électoral ; -Manque d’intérêt des acteurs politiques pour la consultation des listes électorales affichées, après les avoir pourtant réclamées.

ENREGISTREMENT DES CANDIDATURES

Election Présidentielle : – Liste provisoire : sur 25 candidatures enregistrées, 19 ont été déclarées recevables et 6 ont été déclarées irrecevables par la CENI ; – Liste définitive : 21 candidats retenus et publiés avec indication du numéro d’ordre de chaque candidat. Elections législatives nationales – Liste provisoire : sur 15 505 candidatures enregistrées, 15 222 ont été déclarées recevables et 283 irrecevables ; – Liste définitive : 15 355 candidats retenus et publiés avec indication du numéro d’ordre de chaque candidat. Elections provinciales – Liste provisoire : sur 19 706 candidatures enregistrées, 19 570 ont été déclarées recevables et 136 irrecevables ; – Liste définitive : 19 640 candidats retenus et publiés avec indication du numéro d’ordre de chaque candidat. – Après contentieux : 2 candidatures récupérées. Ce qui a ramené la liste à 21 candidats ; – La liste définitive des candidats président de la République est mise à votre disposition sous deux formats : nominatif et avec photos. – Après contentieux : 19.640 candidats Après contentieux : 19 640 candidats

SENSIBILISATION, EDUCATION DES ELECTEURS ET EDUCATION CIVIQUE

– Sensibilisation en cours de la population sur le mode de vote au 23 décembre 2018 (machine à voter) – Plusieurs cadres de concertation avec les parties prenantes – Code de bonne conduite signé par quelques partis et regroupements politiques. – Faible sensibilisation par les parties prenantes – Faible engouement à la signature du code de bonne conduite

FORMATION ET RENFORCEMENT DES CAPACITE

– Formation des Membres des Centres d’inscription (MCI) réalisée – Formation des Membres de Bureaux Réception et Traitement des Résultats (MBRTC) réalisée – Formation des Préposés au repérage, affichage des listes électorales, désengorgement des entrepôts, identification et recrutement, réalisée ; – Cascade de formation des agents électoraux en cours de préparation. – Formation à venir de 511 901 agents électoraux à former pour les  trois scrutins combinés dont : Ø 524 FEN (formateurs électoraux nationaux) Ø 4 969 FEP (formateurs électoraux provinciaux) Ø 21 699 CCV (Chefs de centres de vote) Ø 21 699 PF (Présidents formateurs) Ø 23 869 TICV (Techniciens informatiques de centre de vote) Ø 431. 679 MBVD (Membres de bureaux de vote et de dépouillement) Ø 7.462 MCLCR (Membres des Centres Locaux de compilation des résultats)

LOGISTIQUE

– Production terminée des machines à voter, des isoloirs, des kits bureautiques des BVD, des urnes et encre indélébile. – 109 containers de 40 pieds et 2 de 20 pieds venant de la chine contentant kits BVD, isoloirs, urnes et encre indélébile : 5 containers sont déjà réceptionnés à Goma, 8 à Bunia et 3 sont partis de Bunia pour Kisangani, 8 à Kinshasa, 48 sont depuis vendredi dernier à Matadi, 39 sont en route pour d’autres hubs. – 180 containers en provenance de Corée du Sud contenant les machines à voter sont en mer. 133 de ces containers arrivent courant octobre dont 24 attendus demain 05 octobre à Matadi. – 15 containers en provenance de l’Inde contenant des panneaux solaires pour toutes les antennes, sont attendus à Matadi à partir du 15 octobre prochain. – Moyens de déploiement terrestres, maritimes et ferroviaires identifiés et privilégiés. – Flotte aérienne en cours de mobilisation (gros porteurs, hélicoptères…) – acquisition matériel roulant : Camionnettes, Camions Kamaz, Moteur Hors bords, Avions, motos, vélos… – Désengorgement et désherbage des entrepôts en cours – Prise en compte des recommandations de la SADC

FINANCEMENT

– Respect du plan de décaissement – Décision du gouvernement d’assurer seul le financement des élections. Ce financement doit être compris en termes de moyens financiers directement mis à la disposition de la CENI, tout comme tout engagement pris par le gouvernement avec les fournisseurs des matériels et des services pour leur acquisition à temps.

PERSPECTIVES

– Intensification de la sensibilisation des électeurs ; – Cascade de formation des agents électoraux ; – Déploiement du matériel électoral vers les sites de vote – Accréditation et formation des observateurs nationaux (internationaux) – Accréditation des journalistes – Accréditation des témoins – Campagne électorale apaisée – Organisation des scrutins combinés à la date du 23 décembre 2018 – Publication des résultats provisoires et définitifs – La crédibilité des élections dépend de la présence des témoins et des observateurs – Campagne électorale précoce

DEFIS

– Comportement des acteurs politiques – Sécurité – Respect des textes légaux – Controverse autour de la machine à voter et du nombre des électeurs sans empreintes – Ebola – Consensus difficile ou impossible à obtenir – Différence entre consensus et unanimité -Les empreintes digitales sont des données internes pour découvrir les doublons.

Madame, Messieurs,

Vous avez constaté que dans cette présentation de l’état des lieux du processus électoral, nous avons relevé les points à controverses. Vous comprendrez que nous ne puissions ouvrir, dans le cadre de cette première rencontre de prise de contact, un débat utile sur ces questions. Nous vous suggérons l’organisation d’une réunion technique consacrée à ces questions, étant donné leur nature technique. Il vous est loisible d’y envoyer vos techniciens, parce qu’il est important que l’éclaircissement d’une question technique reste lui-même technique et non politicien, au risque de nous empêtrer dans le dialogue de sourds.

Madame, Messieurs,

Au regard du tableau que je viens de vous présenter de l’évolution du processus électoral à ce jour, vous comprendrez que nous sommes sur la dernière ligne droite vers les scrutins du 23 décembre 2018. A chacun d’assumer sa responsabilité citoyenne et historique. En ce qui relève de la CENI, elle est prête techniquement pour tenir les trois scrutins présidentiel, législatifs national et provincial à la date prévue par le calendrier électoral.  Si je peux vous donner un conseil, ce serait de consolider la marche vers ces élections en évitant tout ce qui peut les éloigner. Ces élections ont en effet une portée historique qui n’est pas à banaliser : elles offriront à notre pays sa première expérience d’alternance démocratique, lui offrant un président sortant connu de tous et un président entrant qui sera l’un d’entre vous. S’il vous plaît, puisiez-vous jouer votre rôle de façon à ne pas gâcher la fête que le peuple congolais attend au terme de ces élections. Et au-delà de la fête, le développement qui puisse supplanter les interminables querelles politiciennes sur la légitimité des institutions. Que les négociations cèdent la place aux urnes et que les débats cèdent la place aux actions concrètes.

Voilà ce que nous avions à vous dire, s’agissant de l’état des lieux du processus électoral.

  1. QUELQUES POINTS D’ATTENTION
  • Confirmation des photos des candidats et logos du parti et/ou regroupement politique ;
  • Mémorisation du numéro d’ordre, lequel sera utile pour la campagne électorale en vue de faciliter le vote ;
  • Mobilisation des témoins et leur formation (accréditation du 08 novembre au 22 décembre 2018) ;
  • Sensibilisation des électeurs (la CENI répondra aux invitations qui lui seront adressées pour ce faire).
  1. ÉCHANGES

Vous remerciant pour votre attention, j’ouvre à présent les échanges.

 

Zoom sur la légalité de la machine à voter

  1. Au regard des dispositions constitutionnelles

 

Aucune disposition de la Constitution ne détermine les matériels de vote. La Constitution renvoie cette question explicitement à la Loi électorale.

 

C’est le cas des articles 5 et 101 de la Constitution qui donnent pleine compétence à la loi électorale pour toutes les questions en matière électorale.

 

De ce fait, aucune disposition de la Constitution ne peut justifier de fondement à la contestation de la machine à voter.

 

  1. Au regard des articles 47 et 55 de la Loi électorale

 

Ces deux articles disposent, notamment :

 

‘’Le vote s’effectue soit au moyen d’un bulletin papier soit par voie électronique’’. (Article 47 alinéa 1er).

 

‘’Dans le cas de vote manuel, un bulletin de vote unique par scrutin et par circonscription électorale est établi par la Commission électorale nationale indépendante’’. (Article 55 alinéa 1er).

 

Les dispositions légales citées ci-dessus permettent à la CENI de faire usage de l’outil qu’est la machine à voter pour l’impression des bulletins de vote in situ, en toute légalité, étant entendu que le mode de scrutin n’a pas changé. Il s’agit d’un vote à bulletin papier.

 

Le bulletin de vote est unique pour chaque scrutin et pour chaque circonscription électorale. Il peut être pré-imprimé avec les éléments d’identification des candidats ou vierge pour une impression par l’électeur au bureau de vote.

 

  1. Au regard de l’article 237 ter de la Loi électorale

 

  • L’article 237 ter de la loi électorale ne peut servir de fondement pour le rejet de la machine à voter ;

 

  • Les termes « pour les élections en cours » utilisés à l’article 237 ter de la loi électorale est une disposition désuète qui ne peut s’appliquer au processus électoral actuel, le fichier électoral ayant été complètement reconstitué ;

 

  • En effet, l’article 2, alinéa 1 de la loi portant identification et enrôlement des électeurs définit le cycle électoral comme étant une « période pendant laquelle se déroulent de manière ininterrompue les activités préélectorales, électorales et postélectorales pour les scrutins locaux, municipaux, urbains, provinciaux, législatifs et présidentiel sur la base d’un même fichier électoral. » ;

 

  • Le processus électoral en cours étant fondé sur un nouveau fichier électoral constitue par conséquent un nouveau cycle électoral totalement différent de celui visé par l’article 237 ter de la loi électorale adoptée en 2015 ;

 

  • Il s’ensuit que cette disposition légale, devenue obsolète et sans aucune utilité, ne peut s’appliquer aux prochains scrutins ni justifier le rejet de la machine à voter permettant l’usage de bulletins papiers ;

 

  • La vérité est simple : cette disposition légale confuse et inutile est obsolète et totalement étrangère au processus en cours porté par un nouveau calendrier électoral et, par-dessus tout, fondé sur un fichier électoral totalement reconstitué avec cette conséquence qu’il s’agit d’un nouveau cycle électoral conformément à l’article 2 de la loi sur l’identification et l’enrôlement sus invoqué.

 

  1. Au regard des dispositions des mesures d’applications de la Loi électorale

 

L’article 49 des Mesures d’application de la Loi électorale indique que « le Bureau de Vote est aménagé 48 heures avant le scrutin, à défaut la veille. Chaque Bureau de Vote et de Dépouillement suffisamment éclairé est pourvu de tout le matériel électoral requis et, notamment :

 

 

  • de deux exemplaires des listes électorales  et d’une liste d’émargement ;
  • d’un registre de vote par dérogation ;
  • d’une ou plusieurs urnes pour assurer la transparence du vote ;
  • des bulletins de vote compatibles au nombre d’électeurs attendus ;
  • d’une machine à voter permettant l’impression du choix de l’électeur sur le bulletin de vote ;
  • d’un ou de plusieurs isoloirs ;
  • de l’encre indélébile ;
  • d’un kit bureautique dont le contenue est déterminé par la Commission Electorale Nationale Indépendante ».

 

En outre les articles 52, 62 et 63 de ces Mesures d’application décrivent les activités avant le début du scrutin, pendant le scrutin et après le scrutin, détaillent les moments et modalités d’utilisation de la machine à voter par les membres du Bureau de Vote et par les électeurs.

 

Ces dispositions constituent une base réglementaire de l’utilisation de la machine à voter.

 

  1. La distinction du vote électronique de l’usage de la machine à voter
  • Selon l’encyclopédie ‘’Wilkipédia’’, le vote électronique « est un système de vote dématérialisé, à comptage automatisé, notamment des scrutins, à l’aide de systèmes informatiques;
  • Les normes juridiques, opérationnelles et techniques relatives au vote électronique du Conseil de l’Europe disposent « l’élection ou le référendum électronique qui implique le recours à des moyens électroniques au moins lors de l’enregistrement du suffrage. » tout en définissant l’enregistrement du suffrage comme étant « l’insertion du vote dans l’urne » ;
  • Ainsi par définition, le vote électronique est nécessairement celui par lequel l’enregistrement des suffrages est fait par des moyens électroniques, en l’occurrence à travers une urne électronique qui est un « moyen électronique par lequel les suffrages sont stockés dans l’attente du dépouillement » ;
  • Il découle de ce qui précède que l’enregistrement du vote, c’est-à-dire l’insertion par l’électeur de son choix dans l’urne est une composante substantielle de la détermination du caractère électronique du vote. De ce fait, un choix non enregistré ne remplit pas les critères d’un vote car il faut encore et surtout qu’il soit enregistré par l’électeur pour être comptabilisé lors du dépouillement ;
  • Ceci étant précisé, il est clair et incontestable que le vote effectué avec la machine à voter reste un vote à bulletin papier, l’enregistrement du vote par l’électeur étant fait, non pas au moyen d’une urne électronique (virtuelle), mais bien par le biais d’une urne matérielle (physique) permettant au votant de s’assurer de l’authenticité de son choix ;
  • Dès lors, il faut retenir que la machine à voter met en place un vote à bulletin papier tel que prévu par les dispositions de l’article 47 de la Loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales telle que modifiée à ce jour ;
  • En l’espèce, la procédure avec la machine à voter est exactement la même que celle du vote traditionnel utilisé lors des cycles antérieurs avec pour unique différence le remplacement du gros bulletin pré-imprimé par un bulletin à format réduit qui imprime le choix de l’électeur au bureau de vote ;
  • En définitive, avec la machine à voter, il ne s’agit en aucun cas du vote électronique, mais bien du vote à bulletin papier.

Source : CENI

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com