Haut Katanga & Maïs : Joseph Kapika opte pour le réajustement du prix

Haut Katanga & Maïs : Joseph Kapika opte pour le réajustement du prix

This post has already been read 307 times!

Le prix du maïs est passé quasiment du simple au double dans le Haut Katanga, soit de 14.500 FC à 27.000 FC le sac, secouant par ce fait sérieusement le panier de la ménagère. Pour contenir cette avalanche de surenchère et de spéculation, Joseph Kapika opte pour l’équilibre du prix réel afin de prévenir la rupture.  

A son arrivée à Lubumbashi, le dimanche dernier, à la tête d’une délégation composée du ministre d’Etat ministre du commerce extérieur et celui de l’agriculture, Joseph Kapika, ministre d’Etat en charge de l’économie nationale, a convoqué une réunion en mode d’urgence pour faire un état des lieux de la situation. Comme précédemment avec les opérateurs pétroliers, il a opté pour une solution médiane.  D’abord, par le dialogue et, ensuite, proposé une solution durable. Autour de la table, les ministres du commerce, de l’agriculture, le Gouverneur de la province du Haut Katanga, Célestin Pande Kapopo, et la délégation de  la Fédération des Entrepreneurs du Congo du Haut Katanga.

Constat : les causes profondes de cette surenchère est l’exportation de maïs par la Zambie. Cette situation a eu de répercussion au Katanga. La dépréciation de la monnaie à hauteur de 30% a concouru aux déséquilibres sur le marché. Cet état des lieux a poussé le Ministre d’Etat à regarder le problème en face et trouver une solution. ‘’Il faut analyser la structure de prix pour trouver un prix d’équilibre qui permettra aux opérateurs économiques de continuer à produire afin que le produit importé soit vendu à un prix abordable. Le prix sera réajusté ’’, a soutenu Joseph Kapika.

La FEC est au banc des accusés pour la hausse de prix du maïs et de la farine de maïs provenant du pays voisin : la Zambie. ‘’Elle n’a pas joué franc jeu avec le gouvernement car, elle profite de la rareté de maïs importé pour se lancer dans la spéculation’’. Le sac de maïs est passé de 14.500 Fc à 27.000 Fc.  De manière durable, pour résoudre cette question de cet aliment de base dans le Katanga et le Kasaï, Kapika se bat pour la subvention de l’agriculture. ‘’Ce secteur doit être subventionné par l’Etat, en octroyant des crédits aux agriculteurs’’.

Dans sa défense, la Fec du Haut Katanga se dit non coupable. Par contre, elle demande la révision drastique des taxes qui pullulent le long du passage des marchandises. Elle sollicite de l’Etat congolais  la suppression de celles-ci afin de faire face au prix de maïs  zambien qui a augmenté.  La Fec déplore la fraude de marchandises qui entrent au Katanga sans payer les taxes. Alors que les producteurs des minoteries, membres  de la FEC, paient les taxes et partagent  les mêmes marchés avec les commerçants fraudeurs.

Avec tous ces éléments dans sa gibecière, Joseph Kapika a, après cette réunion, a pris le bâton de l’inspection. Il est descendu personnellement à Kasumbalesa pour s’en rendre compte, une fois de plus, sur les réalités à la frontière. Contrôlant son horloge, Joseph Kapika et sa délégation se sont rendus à Kasenga, localité situé à 60 km de Lubumbashi pour visiter  toutes les fermes et minoteries qui alimentent en maïs et farine le Haut-Katanga.

C’est toujours dans ce cadre qu’il a inspecté, personnellement, la quantité des stocks de maïs de différents producteurs locaux afin de mieux cerner le problème et de donner une solution à court terme et à moyen terme. La solution est d’appuyer activement les producteurs locaux en vue de sortir la province du Haut-Katanga, dans un futur proche, de la dépendance des maïs venant d’ailleurs. Ce matin, il a pris le chemin de Kolwezi, chef-lieu de la province de Lualaba pour la même mission d’inspection.

Peter Tshibangu

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com