Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Sommet de la Francophonie en Arménie. Essor du Numérique : Emery Okundji appelle l’espace francophone à investir en RDC

Sommet de la Francophonie en Arménie. Essor du Numérique : Emery Okundji appelle l’espace francophone à investir en RDC

This post has already been read 478 times!

Ministre congolais des PTNTIC, Emery Okundji se retrouve en Arménie, à Erevan où depuis hier le 17ème sommet de la Francophonie a été conformément au programme ouvert. Intervenant au forum/table ronde sur la souveraineté numérique, il n’a pas manqué de brossé de manière générale la situation de l’évolution des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication dans les pays ayant en partage la langue de Molière épinglant au passage toute l’importance des TIC et abordant les faiblesses constatées dans l’espace francophone face aux anglophones qui seraient on ne peu plus dans le coup même au niveau de l’Afrique. Où, a-t-il dit, les Gouvernements sont en majeure partie encore concentrée sur d’autres besoins ‘’classiques (nourriture, eau potable, santé publique, éducation, routes, etc.) au détriment du développement des TIC’’.  Ainsi, Emery Okundji salue la synergie en mouvement des patrons du secteur du numérique dans l’espace Francophone donne à renforcer en créant un réseautage qui pourrait permettre de dégager une politique commune et d’autres directives aptes à booster le numérique. Faisant dans sa chute un zoom sur la RDC, pays aux dimensions continentales où le Gouvernement sous l’impulsion du Président Kabila met en mouvement l’évolution numérique, Emery Okundji a convié Etats francophones et privés à venir investir et accompagner l’élan en marche des NTICs au Congo-Kinshasa à leur grand bénéfice. ‘’Je lance ainsi un appel aux Etats francophones et aux investisseurs privés de notre espace de venir nombreux afin d’accompagner le Gouvernement de la République dans ses efforts de développer le secteur numérique’’, dixit Emery Okundji.  Parcourez son speech.

 

INTERVENTION DE SON EXCELLENCE EMERY OKUNDJI NDJOVU, MINISTRE DES PTNTIC DE LA RDC AU FORUM/TABLE RONDE SUR LA SOUVERAINETÉ NUMÉRIQUE

(En marge du 17ème Sommet de la Francophonie)

Lancement du Réseau Francophone des Ministres en charge de l’Economie Numérique.

Erevan (Arménie), octobre 2018,

 

Monsieur le Président de la Conférence,

Mesdames et Messieurs les Ministres et Chers Collègues,

Madame la Secrétaire Générale de l’OIF,

Monsieur l’Administrateur Général de l’OIF,

Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers Participants,

 

C’est pour moi un grand honneur de représenter le Gouvernement de la République Démocratique du Congo à cette conférence internationale consacrée au  lancement du réseau francophone des ministres  en charge du numérique, qui a lieu dans ce beau et magnifique pays d’Arménie en marge du XVIIe Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Francophonie.

 

Je tiens à remercier particulièrement  leurs Excellences Monsieur Hakob ARSHAKYAN, Ministre des Transports, des Communications et des Technologies de l’Information de la République d’Arménie, Madame Aurélie ADAM SOULE ZOUMAROU, Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication du Bénin et Monsieur Adama OUANE, Administrateur de l’Organisation Internationale de la Francophonie d’avoir bien voulu associer mon pays, la République Démocratique du Congo, à ces assises.

 

Je voudrais, au demeurant, féliciter plus spécialement le Gouvernement de la République sœur du Bénin de l’initiative qu’il a prise pour la mise en place d’un Réseau francophone des ministres chargés de l’économie numérique ainsi que la République d’Arménie et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) du soutien qu’elles apportent à cette initiative qui s’inscrit dans la vision de la Stratégie de la Francophonie numérique-Horizon 2020 adoptée par les Chefs d’Etat et de Gouvernement lors du Sommet de Kinshasa, capitale de mon pays, en 2012.

 

Il importe de rappeler que l’évènement de ce jour a pour objectif majeur de favoriser l’émergence dans l’espace francophone d’une société de l’information démocratique, inclusive, ouverte et transparente qui contribue à la diversité culturelle et linguistique ainsi qu’à l’intégration de la Francophonie dans l’économie numérique.

 

En effet, de nos jours, il est suffisamment démontré que le numérique est devenu un facteur déterminant de croissance et de développement socio-économique des Nations. Il demeure constant qu’il exerce une influence considérable sur le développement du Commerce, de l’Agriculture, des Finances, de la Santé, de l’Education, bref de tous les domaines d’activités des Nations. L’éclosion du numérique dans les pays francophones, pour la plus part se trouvant en Afrique, présente des atouts pour la croissance et l’amélioration des conditions de vie des populations notamment par les opportunités qu’il offre de création d’emplois et des richesses. Cet essor du numérique améliore également l’inclusion financière, le développement de l’agriculture et de la Santé. Il favorise l’accès aux services essentiels  notamment l’énergie électrique, le transport, les infrastructures routières … dont il devient de plus en plus l’outil indispensable à la prise de décision et à la bonne gouvernance.

 

Cependant, Il y a lieu d’admettre que dans la plus part des pays francophones, plusieurs obstacles ne permettent pas l’épanouissement du numérique. Ils sont principalement constitués par la carence des infrastructures de base des télécommunications (spécialement des réseaux de transmission à fibre optique), de l’énergie électrique, des infrastructures routières,  le niveau faible d’éducation des populations, des langages et contenus véhiculés par le numérique inadaptés à la réalité francophone, le faible pouvoir d’achat des populations et les coûts élevés des terminaux. Les priorités des gouvernements sont généralement adressées aux besoins classiques (nourriture, eau potable, santé publique, éducation, routes, etc.) au détriment du développement des TIC.

 

La mise en place d’un réseau francophone des ministres ayant le numérique dans leurs attributions aidera les pays membres de l’OIF à relever ces énormes défis. Cette plateforme devra servir, pour nous, décideurs politiques, de cadre de rencontre et d’échanges de bonnes pratiques en vue d’accompagner nos pays dans le processus de l’éclosion du numérique comme outil indispensable du développement socio-économique des Nations. Elle permettra également l’émergence des stratégies de mutualisation de nos efforts dans ce secteur. Le réseau aura les mérites de transformer les difficultés numériques d’aujourd’hui  en opportunités de demain.

 

Aussi pourrions-nous dans ce cadre envisager des politiques communes d’investissements en infrastructures de base des TIC dans notre espace, comme certaines organisations internationales, régionales ou encore sous régionales ont été à mesure d’ériger des réseaux internationaux efficaces de transmission.

 

Cette initiative de connectivité de notre espace culturel devra s’accompagner d’une sensibilisation de nos populations à recourir au numérique pour l’amélioration de leurs activités quotidiennes, la création d’emplois et de richesses. C’est ici aussi l’occasion de reconnaître les mérites de l’organisation par l’OIF des hackathons à travers les pays membres de la Francophonie. Ces concours permettent de susciter auprès de nos jeunes entrepreneurs l’esprit de compétitivité et d’innovation dans le numérique en vue de la création des emplois et de richesses. Nous réfléchirons également aux meilleures stratégies d’adapter les contenus véhiculés par le numérique à nos réalités et langages locaux. Il sied de le reconnaître actuellement la prédominance du pole anglo-saxon dans le cyberespace, d’où la nécessité d’implémentation des Points d’Echange dans l’espace francophone.

 

Les pays membres de la Francophonie devront briser les barrières aux échanges technologiques entre eux. Car, l’espace numérique mondial ne connaît pas de frontières. Nous imaginerons les meilleures facilités douanières et fiscales à accorder aux mouvements des équipements et terminaux des TIC dans notre espace.

 

Monsieur le Président de la Conférence,

Mesdames et Messieurs les Ministres et Chers Collègues,

Madame la Secrétaire Générale de l’OIF,

Monsieur l’Administrateur Général de l’OIF,

Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers Participants,

 

Je voudrais vous rassurer que la République Démocratique du Congo, avec ses deux millions trois cent quarante-cinq mille quatre cent neuf (2 345 409) km2 et sa population estimée à quatre-vingt-cinq millions (85.000.000) d’habitants, est fortement intéressée par la mise en place de ce réseau. Ayant largement contribué à son avènement, mon pays espère y jouer un rôle important. Cela est d’autant plus évident que nous comptons tirer profit de tous ces avantages ci-dessus évoqués.

 

 

Déjà, sur le plan interne, mon Gouvernement sous l’impulsion du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, qui vise un Congo émergent, réellement indépendant et numériquement souverain,  s’est investi dans un vaste programme de développement des infrastructures des TIC notamment à travers la construction des réseaux de transmission à fibre optique. Un nouveau cadre légal est en gestation au Parlement  dans le souci non seulement d’adapter notre arsenal juridique à l’évolution technologique mais également et surtout  de garantir la sécurité des investissements étrangers et privés dans notre pays. Je lance ainsi un appel aux Etats francophones et aux investisseurs privés de notre espace de venir nombreux afin d’accompagner le Gouvernement de la République dans ses efforts de développer le secteur numérique.

 

Je vous remercie.

 

Emery OKUNDJI NDJOVU.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com