Diabolo in machina ?

Diabolo in machina ?

This post has already been read 22544 times!

Deus ex machina [deus ɛks makina] est une locution latine qu’on peut traduire par «dieu sorti de la machine», dixit Wikipedia. Le terme est issu des pratiques de la tragédie grecque, où une machine est utilisée pour déplacer sur la scène les acteurs qui jouent les dieux. La machine peut être une grue (mécane) pour descendre les acteurs sur la scène, ou elle peut être une trappe par laquelle les acteurs montent sur scène. Les préparations de déplacement ont lieu derrière la scène. L’idée a été introduite par Eschyle et elle a été souvent utilisée pour résoudre les conflits et conclure le drame. Cette technique est aussi utilisée dans les comédies. Enfin bref, au finish, l’expression deus ex machina a été cristallisée dans l’imaginaire comme étant la locution qui exprime une solution sortie tout droit d’une solution imprévue et imprévisible à un problème plus que prévisible si pas plus que vécu.

En République Démocratique du Congo, loin du deux ex machina, à l’ère de la numérisation et donc de la machine à voter, l’idée d’une préoccupation générale à contrario d’un deux ex machina espérée est le ‘’diabolo in machina ‘’ comprendre que le diable est dans la machine. C’est là, à tout dire, toute la discussion qu’il y a autour de la machine à voter qui semble abriter le diable.

Après les appels à des concertations d’harmonisation de vues par la CENCO puis il y a peu la délégation du Conseil de Sécurité, la perspective de la mise en place d’un comité technique par le tandem CENI-Candidats président semblait mieux projeter l’horizon de ce 23 décembre. Mais, la MAV et ses discordes ont causé un couac terrible mercredi 10 octobre au salon Malumalu où les candidats à la présidentielle 2018 ainsi que les Nangaa, Basengezi étaient censés harmoniser les violons à la lumière des contrechocs des experts des uns et des autres dont certains conviés depuis des contrées lointaines. Avant ce débat technique sur sa dangerosité ou non, le débat juridique sur la MAV et la guerre des nerfs ont causé une fin en queue de poison sans programmation d’une troisième rencontre. Et, par-dessus cela, jusque-là, les violons ne s’accordent pas à tel point que les discordes persistent même entre opposants. Donc, la MAV reste la pomme de discorde par excellence. Qui pourra exorciser cette impasse avant la dead-line du 22 novembre puis du 23 décembre? L’appel à candidature est lancé et il faudra la saisir à temps.

Danny Ngubaa

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com