Enjeux de l’heure-RDC: les journalistes placés devant leurs responsabilités

Enjeux de l’heure-RDC: les journalistes placés devant leurs responsabilités

This post has already been read 323 times!

«Médias et les enjeux de l’heure : Rôle, attitude et responsabilité des journalistes pendant la compagne électorale» est le thème de la 3ème Journée Déontologique de la Presse organisée par Journaliste en Danger, en collaboration avec le CSAC et l’UNPC, à Kinshasa. Cette rencontre est conçue, à la fois comme un lieu de réflexion et d’échange des vérités entre des gens qui pratiquent la même profession et partagent  la même passion pour leur métier. ‘‘L’idéal est qu’à l’issue de cette journée historique, nous puissions prendre un nouveau départ. Que les professionnels de médias s’engagent à concilier la pratique de leur métier avec les exigences de leur Code d’honneur’’, a souligné Tshivis Tshivuadi,  Secrétaire Général de JED.   

Au cours de ces assises, les participants ont saisi l’occasion de parler des obstacles et des pesanteurs qui peuvent nuire à la profession. Ils ont aussi soulevé certaines questions parfois gênantes sur les attitudes  et comportements que doivent adopter les journalistes pour qu’ils soient respectés et surtout évitent les dangers.

Parmi les sujets évoqués, on a, entre autre, l’intrusion des hommes politiques de tous bords dans le secteur des médias où ils interviennent, parfois en tant que journalistes ou responsables éditoriaux.  L’instrumentalisation de la RTNC au profit d’un seul courant politique et d’opinion ; la politisation à outrance des médias et certains journalistes avec des qualificatifs du genre : « journaliste engagés » ou « journalistes patriotes » ; les insultes entre confrères dans certaines émissions audiovisuelles et le statut des « journalistes-candidats » aux différentes élections qui s’annoncent au pays.

Quelques têtes couronnées de la presse congolaise sont également intervenues et ont proposé des pistes des solutions aux différentes préoccupations  pertinentes qui ont fait l’objet des discussions lors de ces assises.

De son côté, le Vice-président du CSAC appelle les journalistes à respecter scrupuleusement  la loi suprême du pays (Constitution) et les dispositions légales de la presse. ‘‘Pendant cette période, il faut traiter les questions politiques ou électorales avec beaucoup de délicatesses  et en toute responsabilité. Faisons un effort de développer une attitude de sobriété ; donner la parole à tous les courants politiques…’’, insiste Alain NKOY, en invitant les médias à marcher, selon les Directives du CSAC.

Concernant la confiscation de la chaîne nationale, il a rassuré son organe de régulation qu’il va essayer d’en discuter avec le gestionnaire de cette chaîne publique pour mettre fin à cette main mise du pouvoir public.

Par ailleurs, le professeur émérite JC Ekambo a mis un accent sur les notions du journalisme politique en période électorale. Pour lui, le journalisme politique est un métier d’arbitrage et d’observation entre les forces politiques. A cet effet, il recommande aux professionnels de médias de porter toujours trois sortes de lunettes pour mieux observer l’espace politique pendant ce moment crucial de l’histoire. Puisque son travail consiste à faire le décryptage et l’analyse, le journaliste doit regarder l’événement sous trois dimensions, à savoir : anthropo-ethnique, idéo-partisane et sociopolitique.

Quant au statut de «journaliste-candidats», il l’invite à bien négocier son départ ou son retour auprès de son employeur ou au niveau du syndical de l’entreprise des médias où ils travaillent.

Toutefois, les participants suggèrent aux collègues engagés en politique de se retirer de la profession lorsque la campagne électorale sera officiellement lancée par la CENI.  Car, il a été démontré que lorsqu’un journaliste s’engage de faire la politique, il doit cesser d’intervenir en tant que tel. Et surtout, il perd son impartialité.

Par ailleurs, Kibambi Shintwa a saisi l’occasion pour rappeler quelques principes fondamentaux de  fonctionnement des médias qui peuvent aussi épargner les patrons de médias de tomber dans les travers. Aux journalistes, il les appelle à équilibrer l’information afin d’éviter certaines attaques ou violences pendant cette période. Pour le Président de l’ANEAP, il est important de mutualiser les intelligences non seulement au niveau de la corporation mais aussi de la rédaction.

L’essentiel de cette 3ème journée déontologique était de sensibiliser et dire aux professionnels de médias comment doivent-ils se comporter pendant l’exercice de leur métier et surtout comment couvrir cette période électorale, conformément à la déontologie professionnelle.

Jordache Diala

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com