Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Processus Électoral. Machine à voter : un plus grand commun diviseur !

Processus Électoral. Machine à voter : un  plus grand commun diviseur !

This post has already been read 651 times!

Elle divise moins qu’elle n’unit les acteurs politiques. Parfois, cette machine à voter  fait même oublier qu’elle n’était qu’un moyen pour organiser les élections  et non, une  fin en soi. Et, curieusement, elle  cristallise tout au risque de tout chambarder.

*S’il fallait remplacer  cet engin,  les scrutins électoraux auront toujours lieu ? Les Kinois s’interrogent. Apparemment,  la réponse à cette question se trouve être un mystère au même titre que celui de la venue du Christ.  Car,  Christ revient bientôt, dit-on, pour les croyants,  cette promesse finira par s’accomplir alors que pour les non-croyants,  c’est un mythe. D’aucuns avancent que le processus électoral qui prenait un bon court,  se place actuellement sur une grosse pente à haut risque. Entre le marteau et l’enclume, le processus électoral serait sans doute coincé quelque part. Comment le décrypter ? On dirait que le code secret n’est pas encore à la portée des personnes dites avisées, dans le sens où comme de  nombreux kinois, certains décideurs politiques seraient toujours dans l’impasse, face à cette situation.  ‘’Les deux chemins’’, ce texte de français-lecture, cette récitation de la quatrième primaire aurait rattrapé les mauvais élèves qui ne l’avaient  pas bien assimilé.

Avec tous les risques que présenteraient la machine à voter, faut-il prendre à gauche, à droite ou bien rester là jusqu’au soir en attendant la solution du ciel.

Fort heureusement,   pour certains et malheureusement,  pour les autres, le temps de la manne est passé.  Il y a longtemps que la manne ne tombe plus du ciel, depuis l’époque de Moïse. Comme qui dirait aux problèmes des Congolais, la solution est entre les mains des Congolais.

Le déluge pourrait-il arrivé ou pas ?  Tenez ! Le 22 novembre approche alors qu’il n’y a  toujours pas de consensus sur plusieurs points.  Le 23 décembre pourrait de même arriver dans cette même  incertitude désarçonnante.

Où se trouve l’arche de Noé pour qu’il abrite le processus électoral ?  Où est-on et va-t-on ? Telles sont des questions auxquels les communs des mortels sont exposés.

Au cas où les élections n’étaient pas effectives que deviendrait la patrie de Lumumba ? Si les partis allaient aux scrutins avec la machine à voter qu’adviendra-t-il du fichier dit corrompu ? Et si les élections étaient boycottées ou empêchées,   à quand les prochains scrutins ? Si la Céni  acceptait  de remplacer la machine à voter  en ce temps qui reste, soit 22 jours pour le début de la campagne et 52 jours pour le scrutin,  serait-elle prête à  organiser les élections  à temps surtout que le financement ne peut provenir que du Gouvernement qui avait déjà qu’il ne se rabattrait que  sur ses propres ressources, puisqu’il s’agit d’une question de souveraineté ?

A chacun de mettre ses lunettes pour voir  de près l’évolution de  ce processus de   ses propres yeux ! Va-t-il se réaliser ou pas ?

Gracia Kindji

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com