Après son passage hier à la CENI. Machine à voter : la solution Shekomba est là !

Après son passage hier à la CENI. Machine à voter : la solution Shekomba est là !

This post has already been read 824 times!

A 20 jours du lancement de la campagne électorale en République Démocratique du Congo, Alain Daniel Shekomba, candidat à la présidentielle du 23 décembre prochain, n’est guère convaincu de l’usage de la machine à voter.  Reçu le jeudi 1er novembre courant avec ses experts informaticiens par Nangaa et ses techniciens, la discussion d’environ 6 heures de temps a abouti à une insatisfaction du côté Shekomba. Pour ce dernier, il vaut mieux utiliser la machine à voter comme un simple écran affichant les différents numéros et photos de candidats servant aux électeurs de porter leur choix manuellement sur le candidat sur un bulletin papier à placer directement dans l’urne. ”Si je dis aujourd’hui que nous allons voter manuellement, ça veut dire que nous allons juste regarder sur le numéro et la photo qu’apparaissent sur l’écran de la machine à voter correspondant au numéro et à la photo du candidat. Puis, le lecteur écrit sur le bulletin de vote”, a clairement indiqué Alain Daniel Shekomba au sortir de  cet échange avec le bureau technique de la Commission Electorale Nationale Indépendante.

Il s’agissait d’un débat de démonstration du savoir. Ayant duré au moins six heures, soit de 10 heures à 16 heures 30 minutes, l’entretien entre les différents techniciens des camps Shekomba-Nangaa a débouché à une insatisfaction. La machine à voter aide à magnétiser les bulletins de vote de trois scrutins par le système  du vote à la compilation, renseigne cet aspirant à la magistrature suprême. D’où,  est-il important, avec le  travail abattu  par la centrale électorale, que chaque  électeur, lors du vote, écrive librement sur le bulletin,  les noms et numéros  de son élu, renchérit-il. Nonobstant le dépeçage de la machine à voter lors de cette réunion technique des experts, Alain Daniel Shekomba signale que le code de source  du logiciel qui tourne dans la machine à voter leur a échappé puisqu’il n’a pas été dévoilé. ‘’Il y a deux sortes de capots. Le capot physique appelé Hardware dont nous avons ouvert  et il y a rien n dedans, les gens ont vu, c’est un simple moniteur. Mais,  il y a aussi  le capot logiciel. Nous n’avons pas eu le code source de l’application, la topologie ou l’architecture du réseau. Non plus la base des données des électeurs sans  empreintes digitales’’, a lâché Alain Daniel Shekomba.

Lambert Saïdi

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com