Mécanismes de pérennisation du Pont Loange. Batshamba : Bart Ouvry responsabilise le Gouvernement et la société civile

Mécanismes de pérennisation du Pont Loange. Batshamba : Bart Ouvry responsabilise le  Gouvernement et   la société civile

This post has already been read 293 times!

*‘’Je reste convaincu que notre partenaire principal, à savoir,  le gouvernement de la République démocratique du Congo, avec l’appui des organisations de la société civile et des riverains, mettra en place tous les mécanismes non seulement pour l’appropriation mais surtout,  la pérennisation de cet ouvrage au bénéfice de la population congolaise’’, recommande-t-il en guise de conclusion, lors de la cérémonie d’inauguration du Pont Loange, le 31 octobre dernier à Batshamba.  

Discours de l’ambassadeur Bart Ouvry, chef de Délégation de l’Union européenne en République démocratique du Congo

 

Mbote na Beno nyonso !

 

Excellence Monsieur le Ministre d’Etat et Ministre du Travail;

Excellence Monsieur le Ministre des Infrastructures, travaux publics et reconstruction;

Excellences Messieurs les membres du Gouvernement provincial;

Honorables Députés et Sénateurs;

  1. les membres du Cabinet du Chef de l’Etat;
  2. le Directeur d’Arab Contractor;
  3. le Représentant de la Banque africaine de développement;

Mesdames et Messieurs;

Distingués invités.

C’est avec une joie réelle que je me trouve à vos côtés,  ici,  à Batshamba ce jour pour l’inauguration du tronçon de la Route nationale N°1 qui débouche sur le Pont Loange sur financement de l’Union européenne sur une longueur de 104 kilomètres.

Permettez-moi de vous citer quelques phrases de la grande écrivaine britannique, Virginia Woolf :

“Nous devrions prendre la route sans idée définie de l’endroit où nous allons passer la nuit, ni de la date de notre retour ; seul importe le chemin. Plus essentiel encore, quoique ce soit un bonheur des plus rares, nous devrions, avant de nous mettre en route, tenter de trouver un compagnon de voyage qui nous ressemble et à qui nous pourrons dire tout ce qui nous vient à l’esprit. Car nous ne saurions goûter notre plaisir sauf à le partager. ”

Je tire deux leçons de cette citation.

Tout d’abord, seul importe le chemin. Le chemin que nous, Congolais et Européens, parcourons ensemble. Puis, il y a le plaisir de partager, que souligne Virginia Woolf. La route est le fruit d’un partenariat entre Congolais et Européens, le cheminement pour arriver à ce résultat que nous inaugurons aujourd’hui a été difficile mais nous démontrons que des infrastructures de qualité sont nécessaires et utiles en RDC. La RN1 est en ce moment réhabilité depuis Matadi et atteindra bientôt les Kasaï, une partie importante de ces travaux a été financé sur des dons de l’Union européenne. Nous contribuons ainsi au rétablissement du réseau routier national, au renforcement de l’unité physique du pays, à la relance économique de la RDC ainsi qu’à l’intégration régionale en Afrique. Ensemble, nous sommes plus forts.

 

Nul besoin ici de démontrer la valeur de la RN1 financée par l’UE plus d’une décennie:

– c’est un axe ultra prioritaire d’environ 3000 km, reliant l’Ouest de la RDC, à la cote de Banana, au sud-est, à Kasumbalesa, au niveau de la frontière zambienne.

-La RN1 traverse neuf des vingt-six provinces que compte la RDC, avec un trafic des 9/10 de toutes les ressources économiques et près de 4/5 de la population. Elle revêt ainsi un caractère socio-économique important. D’où notre souci d’accompagner les autorités congolaises et des autres bailleurs afin de faciliter les échanges, l’accès aux services de base et le déplacement des personnes et des biens. Aujourd’hui, une voiture, communément appelée Ketch, partie du Kongo central arrive facilement aux portes du Kasaï. C’est un sujet de joie pour la RDC et l’UE !

Excellence,

Mesdames et Messieurs,

A ce jour une route revêtue de 104 Km a été reconstruite ainsi qu’un pont mixte de 34 m jetée sur la rivière Lubwe. Au démarrage du projet, le tracé de la RN1 n’était pas matérialisé, il existait plusieurs tracés créés par les conducteurs selon la praticabilité du chemin (Vous vous souvenez certainement de fameux tronçon dénommé “Mille routes”). Pour éviter ce phénomène, la réhabilitation de la RN1 a permis d’avoir le tracé officiel.

A  l’époque, 2 jours étaient nécessaires à des véhicules 4×4 (et plusieurs jours pour des camions) pour relier Batshamba au pont Loange. Ce matin, nous allons parcourir ce trajet en une heure. Le temps de parcours et le confort ont été sensiblement améliorés. Cette route a permis l’augmentation et la rapidité des échanges, ainsi que l’usage des moyens variés: marches à pied sur les accotements, vélo, moto voitures taxis  et camions et remorques.

Si la route offre bien d’avantages, il y a tout de même des précautions à prendre surtout en matière de sécurité pour les usagers. Cet ouvrage, réalisé dans un milieu sablonneux  et  dans une région où les orages sont particulièrement violents, est très vulnérable à l’action érosive.  De ce fait, il a fallu assurer la stabilisation des talus par la végétalisation et les descentes d’eau, les bordures et des fossés longitudinaux.  Pour sauvegarder cet ouvrage et les bienfaits qu’il procure, son milieu et les activités humaines nécessitent de mettre rapidement en place un accompagnement socio –  environnemental et des mesures de sécurité, tel que prévu dans la Convention de financement.

La sécurité routière constitue un autre souci majeur:

-Les véhicules qui dépassaient difficilement les 20 km/h traversent les agglomérations actuellement à plus de 100km/h, constituant un danger pour les riverains et le bétail;

– Le  chargement excessif des camions accélère la fatigue de la route et expose au renversement;

Pour assurer la longévité de cet ouvrage, des mesures de sécurité sont nécessaires à savoir :

-Installation des dispositifs de réduction de la vitesse et des points de contrôle de charge;

– Sensibilisation des usagers et riverains  à la signalisation, au code de la route et aux pratiques de maintien de la route;

-Formation à l’entretien routier.

Pour conclure, Mesdames et Messieurs, je reste convaincu que notre partenaire principal, à savoir,  le gouvernement de la République démocratique du Congo, avec l’appui des organisations de la société civile et des riverains, mettra en place tous les mécanismes non seulement pour l’appropriation mais surtout,  la pérennisation de cet ouvrage au bénéfice de la population congolaise.

Que vive la coopération entre la République démocratique du Congo et l’Union européenne.

République démocratique du Congo Oyé.

Union européenne Oyé !

Matondo miingi.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com