A l’occasion du 64ème anniversaire de la révolution. L’Algérie s’inquiète de la situation sécuritaire et sanitaire dans l’Est de la RDC

This post has already been read 106 times!

 

L’Algérie a célébrée, mardi 6 novembre 2018, le 64ème anniversaire de la révolution du 1er novembre 1954, date fondatrice de l’histoire contemporaine du pays.  Elle célèbre, à travers cette date, l’héroïsme d’un peuple et aussi, l’occasion de rendre hommage au million et demi de martyrs qui ont consenti le sacrifice suprême pour que l’Algérie restaure son indépendance et retrouve sa souveraineté. A cette circonstance, Mahieddine Djeffal, l’Ambassadeur algérien en RD. Congo a martelé sur la situation sécuritaire dans la partie Est du pays. L’Algérie condamne les attaques récurrentes qui ciblent la population civile dans la région de Beni et espère que les responsables des massacres qui y sont commis seront jugés et condamnés. Toute aussi inquiète  concernant le cas du Virus Ebola dans cette partie du pays et réitère le souhait de voir les congolais passer avec succès le test qui les attend, en gardant à l’esprit le souci primordial de préserver la paix et la stabilité de leur pays, afin de permettre à la RDC et au peuple congolais d’émerger comme seuls gagnants des prochaines joutes électorales. Ci-dessous, l’intégralité du discours de l’Ambassadeur.

 

ALLOCUTION DE S.E.M MAHIEDDINE DJEFFAL, AMBASSADEUR D’ALGERIE A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DU 64ème ANNIVERSAIRE DE LA REVOLUTION DU 1er NOVEMBRE 1954

Honorables députés et sénateurs,

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de missions diplomatiques et consulaires et Représentants des organisations internationales,

Chers compatriotes,

Distingués invités, en vos titres et qualités, toute considération protocolaire respectée,

Je voudrais vous remercier d’avoir accepté notre invitation de venir célébrer avec nous le 64ème anniversaire de la révolution du 1er novembre 1954.

Comme vous l’avez peut-être remarqué, aujourd’hui nous commémorons, avec un léger décalage, le début de la lutte de libération nationale qui, après sept (07) années et demi de lutte et de sacrifices, a permis à l’Algérie d’accéder à l’indépendance et au peuple algérien de retrouver sa liberté.

La commémoration du 1er Novembre 1954, date fondatrice de l’histoire contemporaine de l’Algérie, est pour nous, l’occasion de célébrer l’héroïsme d’un peuple et aussi, de nous recueillir et de rendre hommage au million et demi de martyrs qui ont consenti le sacrifice suprême pour que l’Algérie restaure son indépendance et retrouve sa souveraineté.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

La révolution algérienne a inspiré l’adoption par l’Assemblée Générale de l’ONU de la Résolution 1514-15 du 14 décembre 1960 portant droit des peuples à l’autodétermination. Elle a aussi contribué à l’accélération du processus d’indépendance des pays et peuples coloniaux, notamment, en Afrique. Presque soixante ans après l’adoption de la Résolution précitée, en Afrique, un territoire, le Sahara Occidental, et son peuple continuent à être privés de l’exercice du droit à l’autodétermination.

Le voisinage immédiat de l’Algérie évolue dans un climat perturbé. Cette situation est aggravée par l’implantation de groupes terroristes et d’organisations criminelles dans la région sahélo-saharienne, comme le trafic de drogue, le crime transnational organisé et la traite humaine.

Dans cet environnement troublé, l’Algérie n’a ménagé aucun effort pour mettre ses capacités au service de la paix et de la sécurité internationale, de la coopération régionale, et de la lutte contre le terrorisme. Elle entend contribuer par son propre exemple à l’affirmation de l’image véritable de l’islam, religion de science, de tolérance et de convivialité.

Dans le respect des principes qui guident sa politique étrangère, notamment le principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres Etats, l’Algérie œuvre activement, dans le cas de la Libye, comme elle le fait au Mali, pour aider à l’émergence d’une solution politique qui préserve l’unité, la liberté et la souveraineté de ce pays frère. Cette solution ne peut être que le fruit d’un dialogue inter-libyen national et inclusif pour la réconciliation nationale loin de toute ingérence étrangère.

Excellences,

Mesdames et Messieurs

L’Algérie a, de tout temps, accordé une importance primordiale à la dimension stratégique de son appartenance africaine. Elle n’a ménagé aucun effort pour témoigner sa solidarité et apporter son assistance généreuse aux pays frères qui en avaient besoin. L’Algérie met annuellement plusieurs centaines de bourses d’études universitaires et de formation professionnelle à la disposition des étudiants africains, dont ceux de la RDC.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Avec les résultats extrêmement positifs de la visite officielle effectuée en Algérie, les 28 et 29 avril 2018, par S.E.M Léonard SHE OKITUNDU, Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères et de l’intégration Régionale, les relations amicales entre l’Algérie et la RDC, viennent d’enregistrer un saut qualitatif qui augure, à terme, de leur intensification et de leur diversification dans les différents domaines. La signature, à l’occasion de cette visite, de l’Accord portant création d’une Grande Commission Mixte entre les deux pays et du protocole d’accord sur l’instauration d’un cadre de concertation permanente offre à l’Algérie et à la RDC les arguments juridiques et les moyens pratiques qui leur permettent d’aller de l’avant dans la consolidation de relations bilatérales qui, historiquement, n’ont souffert d’aucun nuage et dont les potentialités et les complémentarités sont loin d’avoir été entièrement explorées.

Du côté algérien, nous sommes prêts, déterminés et impatients d’œuvrer avec nos frères congolais, pour traduire dans les faits les promesses nées de la visite de M. le Vice-Premier Ministre dans notre pays.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

L’Algérie suit avec préoccupation la situation sécuritaire dans la partie Est de la République Démocratique du Congo. Elle condamne avec force les attaques récurrentes qui ciblent la population civile dans la région de Beni et espère que les responsables des massacres qui y sont commis seront, rapidement, appréhendés, jugés et condamnés.

L’apparition du Virus Ebola dans cette partie du pays constitue une autre source de préoccupation pour le sort d’une population meurtrie.

Avant de conclure et, à la veille des importantes échéances électorales auxquelles se préparent la République Démocratique du Congo et son peuple, je voudrais renouveler le souhait de l’Algérie et de son peuple de voir nos frères congolais passer avec succès le test qui les attend, en gardant à l’esprit le souci primordial de préserver la paix et la stabilité de leur pays, afin de permettre à la RDC et au peuple congolais d’émerger comme seuls gagnants des prochaines joutes électorales.

Je vous remercie.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com