Attrape-nigaud !

This post has already been read 29121 times!

Un peu comme un artiste, le jeu politique rd-congolais ne manque pas d’inventivité tous les jours. Les acteurs se perdent dans leur propre scénario et tentent d’en improviser d’autres. Ce qui démontre tout de suite leur amateurisme. Au fait, par une simple observation non participante, il se fait apercevoir que les opposants congolais, toutes tendances confondues, se marrent dans un cercle paradoxal qui décrit un parallélisme entre le but poursuivi et les techniques mises en place pour y parvenir.

Tenez ! Après avoir été aux affaires pendant près de 20 ans, chacun ayant un moment d’apogée différent, les membres de la Majorité présidentielle couplée aujourd’hui au Front Commun pour le Congo, n’ont qu’un objectif en tête : conserver le pouvoir. Que ce soit par des voies démocratiquement tentées ou frauduleusement vraisemblables. Dans tous les cas, ils sont quasi armés pour la bataille des élections le 23 décembre prochain. Cependant, pour faire face à un pouvoir qui maîtrise les finances et les institutions, et qui, au dessus de tout, a davantage fait sombrer le pays dans un chaos des plus infernaux, quoi de plus normal que de former un bloc aussi solide, voire plus fort, pour briser le château exécrable. C’est ainsi que les opposants, dès le départ, avaient proposés d’unir leurs forces en vue d’affronter valablement le candidat de la continuité. Un exercice difficile certes, surtout pour des acteurs farcis d’ego, mais toutefois, réalisable.

Malheureusement, sur les 20 candidats qui sont d’office des opposants, plusieurs différents groupes se sont formés par manque de cohésion. Ce qui rend déjà moins possible la démarche en question. D’abord, les 7 leaders qui se sont réunis le week-end dernier à Genève pour aboutir à une candidature commune. Ils y étaient presque… jusqu’au revirement de deux d’entre eux. En effet, les opposants Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi se sont servis de leurs ‘’bases‘’ pour sortir de l’Accord de Genève autour duquel Martin Fayulu a été désigné candidat commun de l’opposition. Les cinq restants, réunis hier, toujours à l’étranger, restent fidèles audit accord et en appellent au bon sens des deux mauvais élèves.

Il y a également le groupe réuni à Kinshasa qui, eux, se cherchent également un dénominateur commun. Le schéma semble déjà biaisé mais la volonté y est tout de même. Pour les deux camps, la ‘’machine à voter ‘’, le fichier électoral et plusieurs autres préalables font toujours objet de contestation du processus électoral.

Bien entendu, il reste certains autres qui foncent en solitaire sans avoir besoin d’une assistance particulière.

Il est clair qu’à ce jour, l’opposition n’a pas réussi son pari puisqu’elle semble y aller en ordre dispersé. Rien n’est acquis d’avance même pour le pouvoir, il faut le dire.

Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi qui, sauf imprévu, regagnent la capitale ce samedi, se sentent aujourd’hui pris au piège. Après s’être exclus dudit accord, une option de rapprochement stratégique est en vue entre les leaders de l’UNC et l’UDPS qui ont retourné leurs vestes sous pression de leurs militants respectifs. Mais, laquelle des bases va accepter de laisser la place à un autre leader que le sien ? Le trou se referme peu à peu… entre tenue et report des élections, ils sont pris au piège.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com