Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Devant le Conseil de Sécurité des NU : Nikki Haley insiste sur la tenue des élections cette année !

Devant le Conseil de Sécurité des NU : Nikki Haley insiste sur la tenue des élections cette année !

This post has already been read 768 times!

Dans sa déclaration lue devant le Conseil de Sécurité, la représentante des Etats-Unis d’Amérique à l’Onu a, en effet, porté son tout dernier regard sur l’évolution du processus électoral en République Démocratique du Congo. Devant ses pairs, l’Ambassadrice Nikki Haley a tenu à rappeler la nécessité de la tenue des joutes électorales cette année, au sein de la patrie de Lumumba où le report à deux reprises du scrutin n’a cessé de faire couler encre et salive notamment, sur  l’échelle internationale. A l’en croire, devant la Représentante spéciale des NU en RDC, Nikki Haley a affirmé haut et fort que la démocratie est en train de s’installer progressivement en RDC, en allant étape par étape, et cela a été rendue possible notamment, à travers la renonciation du Président Kabila, à se représenter pour un énième mandat pourtant interdit par la Constitution. Dans son speech, Nikki Haley a appelé à la tenue des élections cette année, tenant mordicus à l’almanach publié par la CENI, organe habilité à organiser les élections en RDC. «Aucune excuse pour l’échec ou le report des élections », a-t-elle fait savoir dans son allocution d’adieu. Nikki Haley  a profité de l’occasion pour glisser un message fort à la population congolaise. Ci-après, in extenso, l’intégralité de la déclaration de Nikki Haley.

LA DECLARATION DE L’AMBASSADRICE NIKKI HALEY

Je vous remercie, Monsieur le Président. Je remercie la Représentante spéciale, Mme Zerrougui, ainsi que Mme Mbela, de leurs exposés et de leurs  observations.  Je voudrais aujourd’hui adresser mes commentaires à mes collègues, mais surtout au peuple congolais qui approche des élections avec de grandes conséquences pour son avenir. Lors d’une session Arria sur le Congo en février dernier, le ministre congolais des Affaires étrangères a déclaré qu’il fallait se rendre au Congo pour bien comprendre la situation de ce pays.

J’ai visité le Congo. J’ai rencontré ses dirigeants et écouté son peuple. J’ai parlé à des mères, des pères et des enfants dans et hors des camps. Leur message était sincère et indubitable. Ils veulent une vie meilleure. Et ils veulent une voie dans leur propre avenir.

Il y a aujourd’hui des voix qui disent aux Congolais que la démocratie n’est pas le moyen de réaliser leurs espoirs pour-eux-mêmes et leurs familles. Ils veulent vous faire croire que le gouvernement représentatif est trop risqué et trop inefficace. Ils vous demandent de continuer à faire confiance au gouvernement qui ne vous est pas redevable. Ces voix sont fausses.

La démocratie peut être salissante. Elle peut être imprévisible. La démocratie est un processus. Elle ne dépend pas d’un seul événement ou d’une seule décision. Elle est le résultat d’année, de décennies parfois de siècles d’actions et de décisions. La démocratie est le travail ardu qui consiste à permettre au peuple d’exprimer sa volonté de manière juste et sûre-et à lui donner la confiance que ses décisions seront respectées.

Mon pays, les Etats-Unis, a plus de 200 ans d’expérience avec la démocratie. Il nous a fallu beaucoup de temps pour inclure tous les Américains dans le vote. Et notre démocratie est encore loin d’être parfaite. La démocratie demande du temps et des efforts, mais l’histoire nous montre qu’elle en vaut la peine. Les démocraties sont plus prospères. Elles sont plus pacifiques, moins corrompues et plus novatrices.  Et surtout la démocratie honore le désir de chacun d’entre nous de construire une vie digne et autonome. Non seulement pour nous-mêmes, pas même pour  nos enfants, nos petits-enfants et nos arrières petits enfants à venir. C’est pourquoi beaucoup de gens ont lutté et ont tant sacrifié au fil des années pour le droit de tenir leurs gouvernements responsables.

Le processus démocratique est en cours au Congo. Il a commencé avec les Accords de la Saint-Sylvestre, construits sur la base de la constitution de la RDC. Il s’est renforcé avec le calendrier électoral qui a établi un processus clair pour les élections du 23 décembre 2018. L’accord du Président Kabila sur le fait qu’il ne se présenterait pas aux élections a pris de l’ampleur.

Aujourd’hui, la démocratie au Congo est prête pour son plus grand test.  C’est une opportunité historique. Pour tout le pays qui lutte pour se gouverner, le transfert pacifique du pouvoir est un moment décisif. C’est le moment où toute la théorie du gouvernement représentatif passe à l’arrière-plan, et où les décisions des personnes réelles dans des situations réelles dans des situations réelles sont au premier plan. L’abandon pacifique du pouvoir de la capacité et de la volonté des hommes et des femmes de mettre de coté leurs intérêts personnels et leurs agendas et de donner la priorité au peuple. Les plus de 80 millions de Congolais dépendent aujourd’hui de la réussite de cette épreuve.

Le Gouvernement congolais a été très clair sur le fait qu’il  tient des élections le 23 décembre et qu’il le fait sans l’aide de la communauté internationale. Nous respectons leur droit souverain de prendre cette décision. C’est une décision aux conséquences énormes pour le peuple congolais.

Nous avons passé deux ans au conseil de sécurité, réitérant la nécessité d’élections libres, justes et crédibles le 23 décembre. Toutes les parties savent ce qu’elles doivent faire. Le Président Kabila comprend son rôle. Le gouvernement de la RDC comprend ce qui doit être fait. La Commission électorale nationale indépendante connait les préparatifs qu’elle devra effectuer dans les six semaines à venir. Il n’y a aucune raison pour l’échec. Aucune raison pour retarder. Tout ce qui reste, c’est que les dirigeants de la RDC montrent la volonté de suivre la voie démocratique qui a été tracée devant eux. Le monde entier regarde ce que sera l’héritage du président Kabila.

Pourquoi le peuple congolais alors que, alors que vous apprêtez à faire ce saut décisif dans votre avenir, mon message est le suivant : la vie, la liberté et la poursuite du bonheur sont votre droit inné et celui de tout être humain. Vous avez le droit de les réclamer. Des les demander pour vous-mêmes et vos petits-enfants à venir. Sachez qu’il y a des gens dans le monde entier qui soutiennent votre succès. Et de savoir que les prières et les vœux du peuple Américain sont avec vous.

Je vous remercie.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com