Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

A travers les PDE. PEQPESU-FPMA : cap sur l’efficacité opérationnelle des établissements

A travers les PDE.  PEQPESU-FPMA : cap sur l’efficacité opérationnelle des établissements

This post has already been read 721 times!

Il ne faut pas nécessairement passer par la case Université pour avoir un travail décent. Oui, cela se confirme davantage avec la forte implication du Ministère de la Formation Professionnelle, Métiers et Artisanats (FPMA) qui lutte bec et ongle afin de parvenir à la création d’une classe moyenne à même de soutenir l’économie et la lutte notamment, contre la pauvreté, le chômage et le banditisme urbain. C’est dans ce cadre que, le vendredi 16 novembre 2018, ont été signés les Plans de Développement des Etablissements (PDE) de l’ETP. Ce, dans le cadre du programme du Gouvernement financé par la Banque Mondiale pour le compte du Projet d’Education pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux niveaux Secondaire et Universitaire, PEQPESU.

C’est une phase qui constitue le point de départ de la mise en œuvre de la transformation de l’Enseignement Technique et Professionnel. Il s’agit, en effet, de 15 plans au total dont 1 avait précédé les 14 autres qui ont fait l’objet de la cérémonie sanctionnée par la remise de la Convention du Partenariat Public-Privé aux différents partenaires concernés. Le Ministre de la FPMA, Pierrot Uweka, avait chapeauté ladite cérémonie à côté du Chef de l’UTA, Jean-Claude IKWA.

En RDC, les entreprises sont confrontées à une pénurie d’ouvriers et surtout de techniciens hautement qualifiés dans les secteurs porteurs de croissance. L’un des préalables au changement est donc la transformation des opportunités qu’offre la RDC en facteur de développement pour la transformation du capital humain. Ces Plans constituent un investissement qui permet d’améliorer, de façon significative, la qualité et la pertinence des formations, ainsi que l’efficacité opérationnelle des établissements.

Il est question ici d’un projet de modernisation des programmes des cours dans les filières techniques et professionnelles, d’équipement en matériels pédagogiques et didactiques modernes pour les bibliothèques, les salles des cours, les salles d’informatique, les ateliers et laboratoires ainsi que l’amélioration du mode de gestion des écoles techniques et professionnelles.

Le PDE est un document établi par chaque école concernée, par la direction et le comité de gestion de ces écoles qui, elles, ont exprimé leur besoin pour trois secteurs, à savoir : la réhabilitation des locaux, la modernisation des programmes et le changement de manque de gestion de ces écoles.

Elaboration

Dans le processus d’élaboration, il s’agit d’une étude économique sur les potentialités des douze provinces ciblées dans trois secteurs porteurs d’emploi notamment, l’Agriculture, les Bâtiments et Travaux Publics ainsi que les Mines et industries extractives.

Il y a également l’élaboration du nouveau modèle de gestion et de fonctionnement basé sur le principe de responsabilité et la participation du monde de travail, ainsi que l’élaboration de nouveaux programmes avec l’approche par compétence où on retrouve l’analyse de la situation de travail, les guides pédagogiques et les guides d’organisation pédagogiques et matérielles.

Dans la mise en œuvre, l’on retrouve plusieurs actions à réaliser pour un budget de 22.500.000 USD dont les études pour les infrastructures, la réalisation des travaux de réhabilitation et de réaménagement, mais aussi l’acquisition des équipements et des supports didactiques.

C’est un satisfecit pour les préfets venus des provinces étant donné que ce projet concerne 12 provinces.

Cet acte traduit, en effet, ‘’le début de la matérialisation de la réforme initiée par le Président de la République dans ce secteur stratégique de l’Education et de la Formation. Il confirme davantage que le Ministère de la FPMA est bien celui qui est en charge de l’enseignement secondaire technique et professionnel. Qui, plus est, témoigne également du nouveau modèle de gestion et de fonctionnement caractérisant les écoles techniques et professionnelles sur les aspects administratif, financier, pédagogique, pratique professionnelle, en inférant les compétences et non les simples connaissances‘’, a lâché le Ministre de tutelle.

Cette avancée a également une touche du Chef du gouvernement qui a mis fin à tout débat sur les compétences, en déclarant que l’Enseignement Technique est indissociable de la Formation Professionnelle. Et qu’ainsi, les écoles techniques et professionnelles sont sous tutelle du Ministère de la FPMA.

Réformes

Le PEQPESU s’occupe de trois volets qui sont l’Enseignement Primaire et Secondaire, l’Enseignement Supérieur et Universitaire ainsi que l’Enseignement Technique et Professionnel dont il est question. C’est un projet de six ans financé à hauteur de 200 millions USD, dont 130 est un crédit et 70, un don.

Les réformes engagées dans le cadre de la stratégie sectorielle de l’éducation et la formation sont appuyées et se mettent progressivement en place. L’éducation doit véritablement répondre aux besoins de la société. Le problème d’accès des jeunes exclus du système éducatif, celui de la qualité étant donné la faiblesse d’apprentissage et pédagogique peu favorable souvent déconnecté de la réalité de l’emploi, ainsi que le problème de gouvernance et pilotage du système important pour apporter le changement structurel nécessaire à la transformation du pays au service de la jeunesse. Tout ceci constitue les axes majeurs de la stratégie sectorielle de l’éducation de la formation 2016-2025 adoptée par le Gouvernement et tapissée par ses partenaires.

Tactique

La stratégie sectorielle comprend plusieurs objectifs notamment, promouvoir un système éducatif plus équitable au service de la croissance et de l’emploi, créer les conditions d’un système éducatif de qualité et instaurer une gouvernance transparente et efficace.

Pour ce qui est de l’Enseignement technique et Formation professionnelle, les réformes engagées dans le cadre de la stratégie concernent essentiellement la mise en place du cadre partenariat public-privé et l’instauration du plan de développement des établissements. Les différents acteurs du système, préfets, sont donc conviés à s’impliquer résolument dans la réalisation des activités prévues dans ces PDE. Chaque établissement retenu sera jugé par rapport à ses résultats.

Boris Luviya