Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Report des élections 2018 : Seth Kikuni décoche !

Report des élections  2018 : Seth Kikuni décoche !

This post has already been read 728 times!

*C’est une trajectoire courageuse et  à haut risque à laquelle s’est engagé l’un des Candidats Présidents, pour l’élection présidentielle du 23 décembre 2018. Seth Kikuni Masudi  vient,  en effet,  de tenter de se placer au-dessus de la mêlée, afin de départager les uns  et les autres. Ainsi, a-t-il  levé le voile sur toutes les  discussions qui se font en sourdine autour de la  fameuse machine à voter, du ténébreux fichier avec des électeurs fantômes sans  empreintes  digitales et l’épineuse question de la crédibilité des élections. Sur toute la ligne, considérant qu’il n’y a eu aucune avancée sur le plan des préalables majeurs, Seth Kikuni propose carrément le renvoi des élections aux calendes grecques. Pour lui, en effet, la CENI et les prenantes se doivent de se triturer les méninges pour rajuster le tir, dès à présent, au lieu d’y à vau-l’eau, pour bousiller inutilement de l’argent et puis, regretter plus tard lorsqu’il sera question de la déflagration du spectre de la contestation.    Ce jeune entrepreneur, voit, à sa manière,  ce processus électoral sombrer mieux qu’on avance, faute d’un consensus préalable, ni d’un minimum de solutions aux recommandations formulées, à la fois, par la classe politique, les experts de l’OIF, les candidats à la Présidentielle, la société civile et les Evêques.   Celui qui se considère, désormais,  comme  le Candidat de la rupture   sollicite, sans ambages, le report sine die des élections.

«Je vous propose de réunir toutes les parties prenantes aux  scrutins, en particulier,  les candidats à la présidentielle 2018  sur la date et les modalités de la tenue effective des élections qui seront, cette fois-là, crédibles, transparentes et apaisées, plus consensuelles », a demandé Seth Kikuni. Cependant, le Président de la Céni, quant à   lui,  ne l’entend point  de cette oreille. Bien au contraire, «le 25 décembre 2018, le jour de la fête de Noël, les congolais se réveilleront avec le nom du nouveau Président de la République», a rassuré dernièrement, lors d’une intervention musclée au CEPAS, à la Gombe,   Corneille Nangaa.

En tout cas, il  persiste et signe : « Les élections auront lieu,  le 23 décembre 2018, avec la machine à voter ».

A tout dire, le Président de l’UFM  n’a plus d’autres choix, si ce n’est que de s’engager totalement dans  ce processus. Cela, surtout après avoir dépensé près de 220 milles dollars américains, comme il l’avait- laissé entendre, lui-même,  à l’occasion d’un   point de presse.

Réponse du berger à la bergère

La Centrale électorale campe sur sa position de maintenir les dates inscrites dans son calendrier électoral. «La Céni ne peut se permettre un report dont vous semblez ne pas mesurer les conséquences sur les responsabilités et la légitimité de nos institutions ainsi que la consolidation de notre jeune démocratie. Il y a donc ni justification légale, ni contraintes techniques  pour donner une suite favorable à pareille demande qui risquerait de plonger le pays dans l’incertitude», conclut  Corneille Nangaa, dans sa réponse aux élucubrations, apparemment, abracadabrantes de Seth Kikuni.

Merdi Bosengele