Joseph Mba Maluta : ‘’le 23 décembre 2018, ce sera moi le Président de la République élu‘’

Joseph Mba Maluta : ‘’le 23 décembre 2018, ce sera moi le Président de la République élu‘’

This post has already been read 308 times!

Il n’est peut-être pas le plus en vue en cette période de campagne électorale, ni moins d’ailleurs. Sans parti politique et sans aucune alliance quelconque, Joseph Mba Maluta, pasteur et éducateur de métier, ne voit pas les clés du Palais de la Nation lui échapper. Il sort aujourd’hui la tête de l’eau pour exprimer son ras-le-bol qui est également celui du peuple congolais privé de ses droits et ses besoins les plus élémentaires. Se confiant au Journal La Prospérité hier, mercredi 5 décembre 2018, celui qui porte le numéro 10 à l’élection présidentielle de décembre prochain a affirmé sa ferme volonté de lutter impérativement contre la corruption, la faim et la violence qui, selon lui, sont à la base du mal congolais. Prenant ses piédestaux sur l’appel de l’Eternel lui confiant la mission de la reconstruction de la RD. Congo, Maluta entend se frayer son propre chemin pour atteindre son objectif. ‘’Mais, pourquoi je dois devenir Président ? Pour avoir des milliards ou pour la gloire ? Non, pour le peuple qui souffre‘’.

Combattre la famine

‘’En ce moment, nul n’est sans ignorer que la RD. Congo est dans le chaos, et je considère le peuple congolais comme des dépourvus parce qu’il ne mange pas bien ‘’, a balancé d’entrée de jeu, Joseph Maluta. Il s’inquiète du fait que la grande partie de la population se nourrit une fois par jour et le soir en plus. ‘’Et quelle nourriture ? Deuxièmement, il y a des gens qui s’endettent tous les matins d’un pain qui coûte 200 FC. Il y a des mamans qui font du porte-à-porte, munies d’un cahier comme si elles donnaient cours, alors qu’elles viennent recenser. Chose que je n’ai jamais vu dans aucun pays. ‘’

Si l’on résout le problème du social ou du bien-être du congolais, c’est le déclic du redressement de la République Démocratique du Congo. C’est ce que pense, à haute et intelligible voix, celui qui se fait appelé ‘’le don de Dieu pour son peuple‘’. Et c’est cela sa mission dans ce pays. Dans le cas contraire, il ne se présenterait pas comme postulant à la magistrature suprême. ‘’Nous sommes en difficulté. Il y a de ces personnes qui passent des jours entiers sans manger. Allons-nous laisser en suspend ce problème qui est très primordial et qui détruit le peuple ? Le dynamisme se construit sur la table, dit-on. Les enfants trouvent refuge dans la rue. Il y a actuellement plus de 200.000 « shégués » (enfants de la rue), plusieurs « kuluna » (délinquants). Ils ne sont tous pas nés comme cela, mais sont arrivés dans cette situation à cause des circonstances de la vie. Il faut combattre la faim, il n’y a pas d’autres mécanismes… Même les sportifs congolais manquent de dynamisme notamment, à cause de la situation que le pays traverse‘’, a martelé le présidentiable n°10.

Aucune frayeur…

Maluta veut faire les choses différemment, ça c’est sûr. Déjà, selon lui, son programme n’est pas chiffré ‘’parce que je ne veux pas intimider le peuple avec des montants imaginaires. Le Congo est comme une maison que vous voulez louer. Avant d’y entrer, vous connaissez déjà les coûts de réparation ? Mais non… Il faudra voir ce que la maison possède et ce qu’elle manque avant tout. Et pour ceux qui entrevoient d’entamer le mandat avec une dette extérieure se créent un problème majeur qui va davantage détruire le peuple. Nous nous allons évaluer tout cela quand je serai élu Président. Ce qui est sûr, le Congo a de l’argent qui, malheureusement, s’en va dans les poches des individus. La corruption pénalise cette Nation. Nous allons récupérer cet argent de la corruption et faire en sorte que le pays puisse produire et vendre à l’extérieur‘’, a-t-il lâché, sans mâcher les mots.

Electron libre

En ce qui concerne un probable ralliement à un candidat ou une plateforme électorale, le pasteur Maluta entend faire cavalier seul, comme au départ. ‘’Je ne veux pas m’associer avec n’importe quel parti politique ou une association quelconque dans laquelle se trouve un candidat Président comme moi. Ma vision est totalement différente de ce qui se passe ici actuellement. Je ferai une alliance pour chercher quoi ? Je suis un leader, j’ai reçu un message et je suis resté ferme et intacte dans ma vision. Le 23 décembre 2018, ce sera moi le Président de la République élu‘’. Ce n’est pas parce qu’on a un grand parti politique, insiste-t-il, qu’on va diriger le Congo. Ni parce qu’on possède plusieurs titres de Doctorat. Ce sont ces gens intelligents qui ont participé à la destruction du pays. Le Congo a besoin d’un homme qui a le cœur et la passion pour le diriger et l’intelligence pour l’orienter, a-t-il fait savoir.

Ayant fait sa part des choses au nom de celui qui l’envoi, il estime maintenant que la balle est entre les mains du peuple. ‘’Dieu a fait sa part de donner la vision, et l’homme doit faire la sienne : choisir. Quand on choisit mal, on gémit, quand on le fait bien, on est dans la joie. Il y a des gens qui souffrent aujourd’hui parce que hier ils ont mal choisi‘’.

Une vision de Dieu ?

Mba Maluta ne se lance pas dans cette aventure de manière hasardeuse. ‘’Mon objectif est de devenir Président de la République Démocratique du Congo parce que j’ai reçu un appel de Dieu il y a des années. Au départ, j’ai même lutté contre cela parce que je ne voulais pas, mais en fin de compte, il m’a confirmé qu’il s’agissait bel et bien de moi, l’homme qu’il avait choisi. Ensuite, j’ai demandé à Dieu des signes concrets qui puissent me confirmer cette lancée, et il me les a montrés. Tous les signes étaient positifs, raison pour laquelle je suis dans cette course à la présidentielle aujourd’hui‘’.

Prédiction ou fausse route ? Dans tous les cas, il est convaincu de son appel. ‘’J’avais prié. Et concernant les élections qui devaient avoir lieu en 2016, humainement j’ai dit à l’Eternel que je ne pouvais pas, je me sentais limité, surtout avec mes nombreux engagements… écoutez ce qu’il m’a répondu : « si c’est toi, je veux que la tenue des élections changent d’année et soit programmée pour 2018 ». Effectivement, c’est ce qui s’est passé. Alors c’était le premier signe pour moi. Je me suis dit pourquoi pas ? Allons-y ! ‘’.

Il tire, cependant, son exemple de certains pays occidentaux où deux forces opèrent parfaitement. ‘’Dans les pays comme les Etats-Unis, il y a la politique et il y a Dieu. Et c’est ce qui constitue leur force. Les Présidents américains ne manquent pas d’honorer la présence de Dieu et de le citer au début comme à la fin de leurs différentes allocutions. La Bible est une force pour leur nation et nous le voyons. Pour moi, c’est un exemple à suivre. Mettre ensemble Dieu et le Congo donnera un résultat positif‘’.

Maluta, le pasteur

Joseph Maluta est né en 1965 en République Démocratique du Congo dans une famille de neuf enfants, converti au christianisme en 1986 à l’église Foi Audacieuse de l’apôtre Tambwe Lukoki. Il est marié à la Missionnaire brésilienne Rita de Maluta. Fondateur de l’ONG Afroeurobrasil, il développe un travail caritatif solide avec des grands projets dans le domaine de l’éducation, du sport et de l’aide sociale. Il est également Docteur Honoris Causa dans la Faculté Kyrios au Brésil.

Boris Luviya

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com