Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

De Kindu à Lubumbashi : le calvaire de Martin Fayulu !

De Kindu à Lubumbashi : le calvaire de Martin Fayulu !

This post has already been read 2114 times!

Après la mésaventure de Genève, dès son retour au pays, l’attaquant de pointe de la coalition ‘’Lamuka’’, Candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018, avait été accueilli à Kinshasa, cette-fois-là, par le gaz lacrymogène, qui était pourtant destiné à disperser la population venue accueillir le Candidat numéro 4. Or, ce n’était que le début du commencement. Si cette étape était résolue, le deuxième épisode, concernant  l’arrivée de quatre engins affrétés pour la campagne électorale, s’est avéré un peu plus tard, difficile pour le ticket de Lamuka. Car, sur 4 engins, seulement un seul avait obtenu le feu vert. De quoi susciter plusieurs inquiétudes en cette période de campagne électorale.

Qu’à cela ne tienne, lors de sa récente tournée dans la partie Est du pays, ce prétendant à la magistrature suprême, apprend-on, a subi un calvaire qui ne dit pas son nom. D’une part, selon un haut cadre de la coalition ‘’Lamuka’’, l’Avion qui transportait l’équipe de campagne de Martin Fayulu, a été empêché d’atterrir à Kindu. Cette situation gênante avait, par ailleurs, bouleversé le chronogramme tracé par le Directeur de campagne du candidat numéro 4, dans la mesure où le meeting n’avait plus sa raison d’être. Faudrait signaler, à quelques jours de clôture de campagne électorale, et de la tenue des élections en République Démocratique du Congo, le climat politique demeure de plus en plus  nébuleux. D’autant plus que le rude périple du candidat numéro 4, à la présidentielle du 23 décembre 2018, a été constaté une fois de plus à Lubumbashi où les sympathisants étaient venus accueillir comme il se doit, leur leader. Ces derniers ont été contraints de regagner leur domicile respectif, après avoir été dispersé manu militari par les forces de l’ordre. Que faire ? Cette question vaut son pesant d’or. Entretemps, l’amertume ne cesse de monter du côté de la coalition Lamuka

Rétrospectif

Pour rappel, le Candidat numéro 4 est arrivé à Lubumbashi hier, mardi 11 décembre 2018. Déjà, selon  maints observateurs, une forte présence de la police était remarquable dans la ville.  Premier acte, à en croire les cadres de ‘’Lamuka’’, les forces de l’ordre avaient empêché le cortège de Fayulu d’accéder  à la Cité des jeunes, dans la commune de Kampemba, où était prévu son meeting. Comme si cela ne suffisait-il pas, selon les sources concordantes et dignes de foi, plusieurs jeeps et des policiers étaient présents à l’entrée de la Cité des jeunes, sur le boulevard Sendwe. «Le cortège a tenté de contourner sans succès cet obstacle volontairement placé à cet endroit. Fayulu, Bazaïba et toute la délégation sont actuellement à la résidence de Gabriel Kyungu», a élucidé un sympathisant présent,  sous couvert de l’anonymat.  La candidature de Fayulu fait-il peur au régime en place ? Difficile à affirmer, du moins, quelques ténors de la coalition Lamuka, n’ont pas manqué de condamner cet acte.

Réactions

Alors que l’opinion l’attendait le moins, après l’épisode de Kindu, celui de Lubumbashi a fait couler encre et salive. Au regard de ces écueils, qui furent un véritable chemin de la croix, Kyungu wa Kumwanza pense que cela traduit une expression de « peur » dans le camp du pouvoir en place. « Ils ont peur, ils ont une frousse bleue. Ils ont dit que Fayulu n’est pas connu à l’Est, et encore moins au Katanga. Maintenant où sommes-nous? L’Est et le Katanga sont tombés en faveur de Fayulu. Le changement viendra de cet homme», a déclaré Kyungu wa Kumwanza, allusion faite au candidat Martin Fayulu. Pierre Lumbi Okongo, Directeur de campagne de Martin Fayulu a, quant à lui,  accusé le pouvoir en place de planifier l’arrêt du processus électoral. «Ce qui s’est passé à Kindu et aujourd’hui à Lubumbashi nous démontre à suffisance que ce pouvoir est aux abois. Il cherche par tous les moyens à arrêter le processus électoral. Il se rend compte que l’ampleur d’adhésion à la candidature de Martin Fayulu est telle que même la machine ne pourra pas tricher. C’est cela la réalité. Ils veulent arrêter le processus électoral», a t-il déclaré.

Merdi Bosengele

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com