Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Campagne électorale : moins de meetings publics à Kikwit

Campagne électorale : moins de meetings publics à Kikwit

This post has already been read 494 times!

Depuis que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avait officiellement lancé, en novembre dernier, la campagne électorale sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo (RDC), la ville de Kikwit, province du Kwilu dans le sud-ouest du pays enregistre jusqu’ici,  moins de meetings publics de la part des candidats députés nationaux, provinciaux ou même des candidats présidents de la République pour présenter leurs projets de société.

La plupart des candidats s’expriment souvent par des affiches, des photos placardées par-ci par-là aux murs, poteaux, et via des banderoles placés aux endroits de grandes concentrations populaires.

Une autre façon de battre campagne est le fait de sillonner à travers la ville avec un tableau noir où les partisans des candidats ont écrit des commentaires quasiment attrayants concernant leurs candidats y compris des numéros y afférents.

C’est le cas du jeune Paulin Musakila, 25 ans, qui sillonne, du matin au soir, tableau à la tête sans se fatiguer, accompagné d’un mégaphone  diffusant des chansons préenregistrées relatives au candidat concerné. «Tout le monde doit voter mon candidat pour qu’il devienne député national pour le bien de la ville de Kikwit. Comme vous le savez, peut-être d’autres ne le savent pas encore, ce candidat est un homme intègre, intelligent, dévoué. Au départ il est syndicaliste des enseignants. Qu’est-ce qui va manquer pour lui d’être également syndicaliste des Kikwitoises et Kikwitois à l’assemblée nationale à Kinshasa ? Il n’y a pas de doute», a-t-il déclaré tout jovial.

De son côté, Leonard Mutangu, l’actuel maire de Kikwit, et candidat à la députation nationale, a lancé sa campagne vendredi 7 décembre dernier dans la grande salle Lupemba dans la commune de Lukolela. L’occasion a été grandiose pour que plusieurs personnes fassent des témoignages concernant ce candidat.

Du côté médias, très peu d’aspirants font diffuser des chansons de propagande ou animer des émissions sur les antennes des radios et télévisions de la ville.

«J’ai l’impression que beaucoup de candidats députés ou même des candidats présidents n’ont pas de moyens financiers ou matériels pour battre campagne comme il faut», estime Claude Nkita, un des cadres de la société civile de la ville.

Il sied de retenir que la ville de Kikwit a 126 candidats dont 26 femmes pour la députation nationale et 106 candidats dont 20 femmes pour la députation provinciale.

La CENI, par la voix  de son président national Corneille Nangaa a, lors d’un point de presse avec les patrons des médias à Kinshasa jeudi dernier, confirmé la tenue des élections,  le 23 décembre 2018. La RDC est donc déterminée.

Badylon Kawanda