Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Journée internationale de lutte contre la corruption : renforcer l’autorité de l’Etat et maximiser les sanctions pour abolir ce fléau !

Journée internationale de lutte contre la corruption : renforcer l’autorité de l’Etat et maximiser les sanctions pour abolir ce fléau !

This post has already been read 392 times!

Au siège de l’Ambassade de Grande Bretagne en RDC s’est tenue, mardi 11 décembre 2018, une activité basée sur le développement d’éventuelles causes de la corruption dans le monde. Organisé pour marquer la journée internationale de lutte contre la corruption, l’événement a connu la présence des ambassadeurs Suisse, Pays-Bas, Canada, Royaume-Uni ainsi que certains chefs d’entreprises du secteur privé national qui, pour la plupart,  portent un intérêt particulier et considérable à la question de la corruption. Cette mi-journée d’échange s’est articulée autour de la réalité et de l’évolution de la RDC en la  matière. Plus de deux heures durant, les panélistes et participants ont réfléchi sur les pistes de solution ou remèdes pouvant servir à sortir le pays de Lumumba de ce fléau qui le ronge depuis plusieurs années. Mis sur pied, à  l’initiative de l’ambassade de Grande-Bretagne, du Global Compact ainsi que du secteur privé anti-corruption, ce rassemblement  a eu pour but de sensibiliser les personnes afin de prendre en compte, de manière sérieuse et efficace, cette réalité, la corruption.

‘’Depuis plusieurs années déjà, le monde et même la RD. Congo célèbre la journée internationale de lutte contre la corruption. Et à chaque fois, de nouvelles mesures sont prises en vue de contraindre cette façon d’agir encrée dans les veines congolaises. En RDC, un pacte national de lutte contre la corruption a été signé sous le mandat de l’ex-Premier Ministre Matata Ponyo. Celle-ci  était étoffée des règles de bonne conduite applicable et à appliquer à tous.

Hélas ! Depuis son départ, le pacte  est resté en suspend et le pays continue de stagner, voire de s’enfoncer dans son faux rythme, comme l’explique Mme Marie-Chantal Kaninda, Présidente du Groupe de travail de l’initiative du secteur privé pour la lutte contre la corruption dans le secteur privé.

Au cours de son intervention, cette dame a parlé de la corruption comme étant un fléau qui s’est investi et invité dans les pensées, les têtes et même les consciences des congolais comme une habitude, à telle enseigne qu’aujourd’hui le pays est classé parmi les 20 les plus corrompus  au monde.

Les lois étant mises de côté, les principes oubliés, les mœurs abandonnées à leur triste sort, dit-elle, aujourd’hui l’impunité bat son plein dans le chef de la nation allant de la hiérarchie au petit peuple. ‘’ La corruption en RDC persiste parce que la passivité est devenue le second comportement de la population ainsi que des autorités nationales ; l’Etat lui-même ne joue pas pleinement son rôle de régulateur‘’.

Toutefois, additionne-t-elle, rien n’est encore perdu, car la corruption n’est pas une culture propre au Congo-Kinshasa, surtout que le mot n’a pas été créé ni utilisé pour la première fois en RDC.

Face à ce problème de conscience et de moralité, deux optiques se présentent ainsi en vue de sortir le pays de la mentalité corruptrice. La  première et la plus importante d’ailleurs serait celle d’insérer, dans le programme des cours de la maternelle à l’université, les matières relatives à la sensibilisation et la lutte contre la corruption. La seconde serait celle de renforcer l’autorité de l’Etat, maximiser les sanctions et remettre l’Etat au centre de ses fonctions, que la loi soit appliquée et suivie à la lettre.

Au sommet de sa déclaration, Marie-Chantal Kaninda, active pendant 20 ans de service en RDC sans être corrompue et sans corrompre,  a appelé les mamans à renforcer l’éducation de base des enfants et de s’y mettre dans le cadre de  la lutte contre la corruption. Ainsi, le pacte national renferme 4 piliers à savoir, l’intégrité, la bonne gouvernance, le respect de la dignité humaine et des biens d’autrui ainsi que la transparence.

Gracia Kindji

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com