Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Porte-parole idéale pour les désœuvrés : Gudule Bisengo à la conquête de la Funa !

Porte-parole idéale pour les désœuvrés : Gudule Bisengo à la conquête de la Funa !

This post has already been read 439 times!

Qu’est ce qu’il faut pour mettre fin à l’injustice sociale en République Démocratique du Congo ? Que faudrait-il faire réellement pour instaurer la gratuité de l’enseignement primaire dans ce pays ? Et pourquoi le district de la Funa peine-t-il à décoller ? Oui, il appert que toutes ces questions valent leur pesant d’Or, surtout en cette période cruciale où des milliers d’électeurs iront dès ce dimanche 23 décembre 2018, dans de différents bureaux de vote  afin de se choisir de nouveaux représentants pour le prochain quinquennat. Parmi ces protagonistes politiques, Gudule Bisengo Nsaku, Candidate numéro 463, à la députation nationale de la Funa, se présente comme une solution idéale.

En effet, les capacités intrinsèques de Gudule Bisengo Nsaku se révèlent au grand jour. Faudra signaler que, cette dame de fer a toute une panoplie de qualités qui, d’ailleurs, font d’elle une Candidate complète. Dans cette optique, pourquoi ne pas parler de son dynamisme, son engagement et sa volonté de redonner toujours l’espoir et le sourire sur les visages de sa base de la Funa. Ce faisant, à l’issue d’une descente lumineuse, effectuée le lundi 17 décembre dernier, dans toutes les communes que compose le district de la Funa, la Candidate numéro 463, à la législative nationale de la Funa, à travers un carnaval ahurissant, n’a pas manqué de conquérir sans aucun doute, les 7 communes de sa circonscription électorale. Tour à tour, Kasa-Vubu, Makala, Selembao, Ngiri-ngiri, Kalamu, Bumbu et Bandalungwa, « toutes ces communes étaient tombées sous le charme de Madame Gudule », a signalé un sympathisant.

A en croire Gudule Bisengo Nsaku, il était évident, pour elle, de terminer en apothéose cette campagne électorale, en faisant ce carnaval dans chacune des communes que regorgent le district de la Funa.  Chemin faisant, elle n’a pas manqué de communier avec la population. C’est ainsi qu’elle a fait appelle à cette dernière, de voter le numéro 463, pour révolutionner les choses au Parlement. «Nous croyons que les élections auront lieu, et nous iront à ces joutes électorales avec ou sans la machine à voter», précise la Candidate numéro 463. Cela, avant de renchérir : «Notre cheval de bataille, c’est la lutte contre l’injustice sociale sous toutes ses formes, nous voulons la gratuité de l’enseignement primaire, d’autant plus qu’il existe une loi qui devrait être en application, ce qui n’est pas le cas jusqu’à ce jour. Avec notre venue au parlement, nous comptons révolutionner les choses, voter les lois pour qu’effectivement, nos enfants aillent à l’école sans rien payer».

Dans son speech, Gudule Bisengo Nsaku a laissé entendre que le renouvellement de la classe politique et la passation pacifique du pouvoir sont capitales pour l’aubaine de la RDC au sortir de ces élections qui se pointent à l’horizon. « Le contentieux y en aura, nous voulons mettre fin à ce régime, qui a assez duré, et nous voulons que le renouvellement de la classe politique se fasse, mais aussi avec une passation pacifique du pouvoir», s’est-elle confiée au journal La Prospérité.

Instant profil 

Après avoir imposé son leadership à la Funa, celle que ses sympathisants ont Surnommé ‘’Fungola ya Funa’’, a longtemps travaillé  dans la presse congolaise, et dans quelques institutions de la République, où d’ailleurs son savoir faire ainsi que son intellect ne pouvait pas passer inaperçu aux yeux de commun des mortels. Cette dame de fer, connue pour sa maîtrise à la perfection de la langue de Molière, compte cette-fois-ci, se ranger aux côtés des ressortissants de la Funa, pour révolutionner les choses. Elle veut être une porte-parole des désœuvrés, une solution pour les déçus du système actuel. Confiante en sa force de frappe, la Candidate numéro 463 de la circonscription de la Funa ne jure que par la tenue des élections, avec ou sans la machine à voter, elle est sûr et certaine, qu’elle sera élue au sortir des élections du 23 décembre 2018.

Merdi Bosengele