Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Problème, tout de même !

This post has already been read 14540 times!

Croire obstinément en la tenue des élections le 23 décembre 2018 n’était qu’une illusion farfelue.

Les analystes avaient présagé un probable report, noir sur blanc, bien avant les mots de Nangaa qui ont froufrouté toute la soirée d’hier dans les tympans, comme du déjà entendu. Pour bon nombre des politiques, cette semaine de plus ou de trop imposée  par la CENI a des fortes chances de se métamorphoser en un délai qui, comme les cieux, ne laisse pas entrevoir le moindre petit soupçon de son bout.

Il y a un peu plus d’une semaine, lorsqu’un des principaux entrepôts de la Centrale électorale à Kinshasa avait pris feu, la date longtemps déclarée scellée du 23 décembre était désormais aperçue sous un œil d’incertitude mitigé. L’on se souviendra que Corneille Nangaa avait confirmé la tenue des élections au jour initialement prévu, sous prétexte que malgré le déficit des matériels causé par l’embrasement de l’entrepôt, la prévention était leur seconde nature. Ce qui paraissait être un élémentaire détail facilement remédiable, apparaît aujourd’hui comme un problème, tout de même.

Evidemment, l’erreur est humaine et nul n’est parfait… Les techniciens avérés de la CENI n’ont pas pu se rendre compte que le ‘’stock tampon‘’ devait subir notamment, les repensassions des machines à voter et que cela prendrait du temps, que les bulletins de vote étaient désormais insuffisants et nécessiteraient une nouvelle commande depuis le pays de fabrication des MAV, et que le déploiement de tous les matériels de vote dans les 75 881 bureaux de vote devenait pratiquement impossible au vu des jours restants. Une chose est sûre, le déploiement total des kits électoraux ne pourra pas se faire à travers les 26 provinces du territoire dans les conditions de routes dont l’impraticabilité ne dit pas son nom, en moins d’une semaine. Sept jours de plus qui ne feront qu’empirer les choses ne sont en soi qu’un problème, tout de même.

Le jour de cet incendie, puisque c’est sur cela que la CENI s’est appuyé pour reporter les scrutins, le Front Commun pour le Congo a pointé du doigt la coalition Lamuka qui, selon lui, concoctait déjà un plan diabolique contre les machines à voter qu’elle ne voulait ni voir, ni entendre parler. Quelques jours après, Fayulu et son équipe d’exilés et d’invalidés ont finalement décidé de se soumettre audit système de vote dont ils ont constaté l’irrémédiabilité on ne peut plus tard. Hier, Nangaa et Cie ont étalé au grand jour leur impossibilité  d’organiser les scrutins le 23 décembre prochain, principalement à cause des matériels destinés à la ville de Kinshasa. Donc, sans ce revirement de Lamuka, l’échec probant de l’organisation de la tenue des joutes électorales à la date prévue leur aurait été attribué à coup sûr. Aujourd’hui, personne n’a raison et tout le monde a tort… problème, tout de même. Le tumulte du bal des hypocrites.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com