Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Elections sans Béni, Butembo et Yumbi : vers un report ou une parodie électorale ?

Elections sans Béni, Butembo et Yumbi : vers un report ou une parodie électorale ?

This post has already been read 414 times!

De surprise en surprise, la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI que chapeaute le très verbeux Corneille Nangaa a, officiellement, modifié l’almanach électoral. Dans son annonce du mercredi 26 décembre 2018, elle a confirmé le report, du moins, pour les électeurs de Butembo-Béni et Yumbi, de l’élection présidentielle couplée aux législatives nationales et provinciales postposées au dimanche 30 décembre. L’information est à prendre au sérieux. Les compatriotes de ces trois territoires du pays à l’âge de voter ne le feront qu’au mois de mars 2019 ; tandis que les électeurs de toutes les autres circonscriptions électorales seront face aux urnes ce dimanche 30 décembre. Des réactions fusent dans tous les sens. La coalition LAMUKA chère  à Bemba, Katumbi, Fayulu, Muzito et leurs colistiers hausse formellement  le ton et rejette, en bloc, ce verdict de la CENI. Vers un report ou un simulacre d’élections ?

La SADC et la CIRGL qui ont parlé de la RD. Congo sans elle, mercredi 26 décembre dernier, préconisent carrément le report de ces scrutins combinés maintenus pour ce dimanche 30 décembre, en lieu et place d’une éventuelle parodie électorale qui constituerait un vivier pour alimenter les conflits multiples, du reste, non envisageables aussi bien pour le pays que la région. Pour ces deux organisations régionales qui se disent très préoccupées par la situation politique ainsi que le processus électoral en cours au pays, il va de l’intérêt de la RD. Congo d’organiser des élections crédibles, transparentes et apaisées. Tout compte fait, les électeurs enrôlés à Béni, Butembo et Yumbi sont, officiellement, privés de voter pour le prochain successeur de Joseph Kabila. La CENI précise qu’en tout état de cause, en mars 2019, ces compatriotes rattraperont le rendez-vous manqué. Toutefois, très détendu, Corneille Nangaa a, par ailleurs, confirmé la tenue de l’élection présidentielle couplée aux législatives nationales et provinciales ce dimanche 30 décembre 2018. Il évoque, quant à lui, des raisons fondamentalement sécuritaires et sanitaires (ADF-NALU à Béni-Butembo y compris la maladie à virus Ebola ; des conflits tribalo-ethniques). A tout prendre, elle indique décidément que le prochain Président de la RD. Congo sera connu, provisoirement, le 6 janvier 2019 et qu’il sera confirmé, définitivement, le 15 du même mois pour enfin prêter serment le 18, soit 3 jours après.

Sauve-qui-peut 

Il faut noter que l’Udps qui a pris position par le biais de son Porte-parole affirme qu’elle ne manquera pas au rendez-vous de ce 30 décembre avec ou sans Béni-Butembo et Yumbi. Ce qui est vrai, faut-il indiquer, à trois jours des élections qui n’ont pu avoir lieu le dimanche 23 décembre, les tensions montent dans plus d’un camp politique et de plus en plus, le processus électoral en soi laisse couler encre et salive dans l’opinion eu égard, singulièrement, au vœu du climat de paix, d’inclusivité et de crédibilité auquel maintes voix font allusion. Vraisemblablement, au Congo-Kinshasa où le processus électoral est, quasiment, devenu un miracle plutôt qu’un moyen légal et légitime qui permette la mutation d’animateurs politiques, l’incertitude quant au devenir radieux à l’issue de ces élections d’avance contestée plane. Jour J-3 : vers un report ou une parodie électorale ? Dieu seul sait.

Jacques Kitengie

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com