Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Ni doute, ni affabulations, ni atermoiement,… : les élections auront lieu ce dimanche !

Ni doute, ni affabulations, ni atermoiement,… : les élections auront lieu ce dimanche !

This post has already been read 571 times!

Oui ! Tout pousse à croire que cette fois-ci est la bonne. Car, après le raté du 28 novembre 2016, celui du 31 décembre 2017 ainsi que le tout dernier report à la veille du 23 décembre 2018, date initialement prévue pour la tenue des scrutins selon le calendrier publié depuis le 5 novembre par la CENI, les élections auront indubitablement lieu ce dimanche 30 décembre 2018. Corneille Nangaa, président de la centrale, a confirmé la tenue desdites joutes électorales, au sortir d’une réunion organisée, hier vendredi, sous l’égide de la SADC, avec les coalitions CACH et Lamuka, respectivement représentées par Vital Kamerhe et Martin Fayulu.

En effet, c’est dans la foulée des rumeurs, inquiétudes et même grabuges que la SADC, en institution accréditée pour l’observation du processus électoral, s’est décidée de mettre sur une même table les camps ‘’antagonistes’’, – d’un côté la CENI et de l’autre l’opposition composée de Lamuka et CACH -, afin de discuter, en long et large, sur la faisabilité des scrutins à la deadline du 30 décembre. Ainsi, est-ce donc la paix de brave qui a été consacrée d’autant que les assurances ont été obtenues de la part de Corneille Nangaa pour la tenue des scrutins, en bonne et due forme, à cette inexorable date considérée comme la ligne rouge par plusieurs.

D’ores et déjà, que ce soit la centrale électorale, que ce soit les deux coalitions de l’opposition et même les autres candidats à la présidentielle, ils vont tous signer, ce samedi un acte d’engagement en vue de concourir à une tenue des élections dans la paix, d’accepter les résultats qui seront publiés et d’éviter tout appel à la violence en cas des contentieux à la suite du vote.

Légers couacs !

S’il y a toujours un souci, d’après ce qu’ont révélé Vital Kamerhe et Martin Fayulu, c’est le report des élections pour les villes de Yumbi, Beni et Butembo, pour raison d’insécurité et menace de la maladie à virus Ebola. Car, de l’avis de ces plateformes électorales établies parmi les favoris auxdits challenges électoraux, le mieux est que tous les congolais, parsemés sur toute l’étendue du territoire national, aillent aux urnes, sans discrimination et sans acception. Dans cette optique, les opposants jurent toujours à mener des plaidoyers pour que les électeurs de ces trois villes soient réintégrés dans le processus d’autant qu’il s’agit de leur droit légitime.

En outre, il faut rappeler que la CENI a réduit le nombre des bureaux de vote dans la ville de Kinshasa pour faciliter le bon déploiement des machines à voter. Par ricochet, environ 700 électeurs devront voter dans chaque bureau au lieu de 600 électeurs tel que prévu initialement. Ainsi, il appert qu’il y aura, un tout petit peu, des longues files d’attentes le jour des scrutins.

Corneille Lubaki