Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La Cour va trancher dans quelques heures. Félix Tshisekedi ou Fayulu : Qui succèdera à Kabila ?

La Cour va  trancher dans quelques heures. Félix Tshisekedi ou Fayulu : Qui succèdera à Kabila ?

This post has already been read 864 times!

*Si rien ne change à son agenda, la Cour Constitutionnelle va, enfin, départager ces  candidats dans la course à la Présidentielle, tous deux  issus de l’Opposition. De plus en plus, selon des sources recoupées, cette décision tant attendue pourrait intervenir à tout moment. D’ailleurs, certains n’excluentmême pas  qu’elle le soit aujourd’hui, peu avant la fin du  crépuscule. Chose qu’aucun officiel de la Cour n’a confirmé, du moins, jusqu’ici. Mais, quoi qu’il en soit, dans le microcosme politique, les opinions sont partagées, quant au   verdict qu’elle pourrait prendre et, surtout, sur la persistance des contestations, en dépit de son contenu  qui, pourtant, au regard de la loi, est  exécutoire et imposable à tous. Car, en effet, la Cour Constitutionnelle, siégeant en premier et dernier ressort, une fois qu’elle se sera prononcée, il n’y aurait plus d’autres  voies de recours au niveau de la justice congolaise, pour continuer à revendiquer encore  des droits  en rapport avec ce contentieux lié notamment, à la Présidentielle du 30 décembre 2018.

Déjà, le Ministère Public, avait  déblayé le terrain, le mardi 15 janvier 2019. A la suite de l’audience de ce jour-là, peu avant  que la Cour Constitutionnelle ne prenne l’affaire en délibéré,  il avançait deux pistes pour vider ce contentieux.

Il proposait d’abord, de déclarer le recours de Fayulu irrecevable pour défaut de qualité. Puis, le même Ministère Public demandait à la Cour de déclarer ce recours en contestation des résultats provisoires de la Présidentielle 2018 de M. Fayulu recevable mais non fondé en raison, précisait-il, de manque de pièces à conviction  ou de  preuves tangibles.

Mais, auparavant, les Avocats de toutes les parties avaient été, eux aussi, entendus. Sans compter, évidemment, tous ceux qui étaient intervenus  au nom de l’Udps ou de Cash, tout en se prévalant, par ailleurs,  de la  qualité  de la partie civile à ce contentieux électoral qui devient ainsi un nœud gordien pour l’avenir de la jeune démocratie congolaise.

Ainsi, aujourd’hui, demain jusqu’à lundi,  peu importe l’heure,   la Cour peut surprendre tout le monde, en annonçant solennellement les résultats définitifs. Entre Fayulu et Félix Tshisekedi, l’un d’eux succèdera à Kabila, le mardi 22 janvier prochain. Point n’est besoin d’aller chercher, outre mesure,  le vrai dauphin du Président sortant ailleurs.

Autrement dit, doit-on noter que l’histoire, avec ses vicissitudes  et ses multiples aléas va-t-elle s’écrire autrement ? Oui.  On parlera, certes, de l’alternance réelle ou de façade. Mais, les choses auront pris tout de même une autre tournure. C’est ce  qu’ont compris, apparemment, les Chefs de la Région qui, réunis hier  àAddis-Abeba, en Ethiopie, à  la  conclusion de  leurs cogitations dans le cadre de la SADC et de l’Union Africaine, appelaient ainsiau respect de lasouveraineté, au respect de la Constitution congolaise et des lois du pays.

Comme pour dire qu’en définitive, la décision de la Cour constitutionnelle est plus que déterminante. Au juste, que dira-t-elle d’autre en dehors du décor planté par  le Ministère Public ? Les juges constitutionnels sont-ils  capables aujourd’hui de se défaire des orientations de cet Organe de la loi qui, d’ores et déjà,  laissent  à penser que Fayulu serait incessamment débouté  au profit de Félix Tshisekedi ? Est-ce qu’on peut s’imaginer un scénario qui verrait que Fayulu l’emporte ?  Ce sont-là des questions qui taraudent les esprits. Les gens en parlent dans tous les sens, y compris dans les bus et autres transports en commun. Donc, le débat est si vif qu’un tel arrêt qui suscite autant de passions, mérite bien qu’il soit pris en âme et conscience afin qu’il contribue, au fond,  à l’éclatement  de  la vérité des urnes.

LPM

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com