Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Séisme !

This post has already been read 10652 times!

Les trois scrutins combinés, la présidentielle couplée aux législatives nationales et provinciales du 30 décembre 2018, provoquent un séisme politique sans précédent en RD Congo. Beaucoup d’animateurs et membres des institutions du pays sont appelés à céder leurs fauteuils à d’autres qui ont longtemps trimé au chômage.

Le premier d’entre eux, Joseph Kabila, quitte officiellement le Palais de la Nation dès ce mardi 22 janvier 2018 à l’issue de la double cérémonie de passation de pouvoir et de prestation de serment de Félix Tshisekedi, proclamé 5ème Président de la RDC par la Cour Constitutionnelle.

Le Premier ministre aussi et un grand nombre de ses ministres et vice-ministres plient bagages incessamment. D’ores et déjà, Bruno Tshibala a libéré sa somptueuse résidence de Ngaliema pour que le nouveau Président de la République puisse s’y installer. Au Parlement, un séisme politique inédit  s’opère ce samedi 26 janvier sous la présidence provisoire du patriarche Gabriel Kyungu, le doyen d’âge. Beaucoup d’élus du peuple de la législature passée sont mis dehors. Une nouvelle reconfiguration du paysage politique se dessine, plusieurs clans disparaissent. Parmi lesquels ceux de Bahati, Kengo, Tshibala, Olenghankoy, Badibanga, Luhaka et consorts.

Une grande mutation s’annonce également au sein de la Garde Républicaine, de l’administration de la Présidence de la République, des entreprises publiques, des Forces armées, de la Police, des services de sécurité, etc. Issu du FCC, Majorité présidentielle élargie, le nouveau Premier ministre sera, sans nul doute, connu dans la dernière semaine de ce mois de janvier 2019. Pourquoi une telle vitesse dans l’installation des institutions ?

Pendant ce temps, Martin Fayulu, le candidat malheureux, la Coalition LAMUKA, l’Eglise catholique, une frange de la Société civile, plusieurs membres de la communauté africaine et internationale, montent au créneau pour fustiger le «hold-up électoral». Les ministres des Affaires Etrangères de l’Union européenne se réunissent, ce lundi, à Bruxelles, pour prendre position sur le contentieux électoral congolais. Tandis que le Conseil de Sécurité des Nations Unies statue, le lendemain, sur la crise postélectorale en RDC. Déterminés, Fayulu et les siens annoncent des descentes dans la rue incessamment.

Dans cette atmosphère politique agitée, maintes alliances se font et se défont. Encore plus inquiétante, c’est l’annulation de la visite à Kinshasa d’une délégation de haut niveau de l’Union Africaine, avec à sa tête le Rwandais Paul Kagame. Les prochains de ce nouveau régime Tshisekedi s’annoncent palpitants et pleins de bouleversements.

Quant au peuple congolais, c’est la misère noire qui le préoccupe au quotidien. Avoir accès à l’eau potable, l’électricité, les soins de santé, l’éducation, la nourriture, un environnement sain, … Malheureusement, ces meilleures conditions de vie sociale ne sont pas mentionnées dans les agendas cachés des politiciens congolais qui ont coutume de s’empoigner pour le pouvoir. Le pouvoir pour le pouvoir ne mène à rien. Tout est vanité. Le peuple d’abord, disait Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com