Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Nouvelle ère en RDC. Félix Tshisekedi : un pouvoir, plusieurs défis !

Nouvelle ère en RDC. Félix Tshisekedi : un pouvoir, plusieurs défis !

This post has already been read 609 times!

Jeudi 24 janvier 2019, 14 heures 16’, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est investi Président de la République Démocratique du Congo. C’est une date historique et un instant inoubliable pour le peuple congolais qui, pour la toute première fois depuis son accession à l’indépendance en juin 1960, a vécu une passation pacifique et civilisée de pouvoir entre un Chef d’Etat entrant et un autre sortant, tous deux vivants. Dans son allocution, ponctuée d’une courte pause à cause d’un malaise dont il a été malheureusement victime, le nouveau garant des institutions a promis de libérer tous les prisonniers politiques et améliorer le respect des droits de l’homme dans le pays. Malgré la faible participation des dirigeants africains à la cérémonie d’investiture au Palais de la Nation, il a prêté serment devant les membres de la Cour Constitutionnelle avant que les symboles du pouvoir ne lui soient passés par son prédécesseur, Joseph Kabila. Il s’est montré rassembleur, s’engageant à œuvrer à la réconciliation et ainsi tendre la main à ses deux adversaires malheureux à la présidentielle, Emmanuel Shadary et Martin Fayulu.

‘’Moi, Félix Antoine Tshilombo, élu Président de la République Démocratique du Congo, je jure solennellement devant Dieu et la nation : d’observer et de défendre la Constitution et les lois de la République ; de maintenir son indépendance et l’intégrité de son territoire ; de sauvegarder l’unité nationale ; de ne me laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine ; de consacrer toutes mes forces à la promotion du bien commun et de la paix; de remplir loyalement et en fidèle serviteur du peuple les hautes fonctions qui me sont confiées‘’, a lâché le Président de la République, Félix Tshisekedi sous les ovations de la population majoritairement constituée des militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

Nouvel envol

A 55 ans, il devient ainsi le cinquième Président de la RD. Congo et concrétise, tant soit peu, la volonté de son défunt père, Feu Etienne Tshisekedi Wa Mulumba à qui il a rendu hommage, sur l’estrade du Palais de la Nation, le désignant en tant qu’ ‘’homme d’exception‘’.

Son discours logeait en grande partie les grands points de son programme de société sur lequel il compte s’appesantir à l’instant. Notamment, la lutte contre la corruption et la pauvreté, son cheval de bataille.

Bien au-delà, le nouveau président congolais a promis de libérer tous les ‘’prisonniers politiques‘’ en République démocratique du Congo. ‘’Le ministre de la Justice sera chargé de recenser tous les prisonniers politiques, d’opinion ou assimilés, sur l’ensemble du territoire national en vue de leur prochaine libération‘’, a-t-il annoncé. Mais il sera également question pour lui, à l’entame de sa mandature, d’améliorer le respect des droits de l’homme en RDC. ‘’Sous notre mandat, nous veillerons à garantir à chaque citoyen le respect de l’exercice de ses droits fondamentaux. Nous nous engageons à bannir toute forme de discrimination‘’. C’est dans ce contexte que ‘’le gouvernement initiera une campagne de sensibilisation pour tous les agents de l’État sur leur responsabilité vis-à-vis de nos populations‘’.

Isolement ?

Si les messages d’acceptation de son élection sont tombés avec beaucoup d’hésitations, il n’en est pas moins concernant la participation des Chefs d’Etat à la cérémonie d’investiture de Félix Tshisekedi.

Uhuru Kenyatta, Président du Kenya, était le seul chef d’Etat étranger à avoir effectué le déplacement à Kinshasa. Pour rappel, en 2011, lors de l’investiture de Joseph Kabila pour son deuxième mandat, il n’y a avait qu’un seul chef d’Etat présent, le Zimbabwéen Robert Mugabe.

Dix-sept chefs d’Etat ont été invités, selon le ministère congolais des Affaires étrangères. Tous des Africains, parmi lesquels cinq voisins de la RDC : Tanzanie, Centrafrique, Angola, Burundi, et Soudan du Sud ; l’Egypte aussi qui prend bientôt la tête de l’Union africaine. Plusieurs absents, cependant, ont été listés notamment, le Rwanda et la Zambie qui ont tous deux exprimé des doutes sur les résultats de l’élection.

Ça ne va pas…

Pendant son discours à la Nation, le tout premier, Félix Tshisekedi a souffert d’un malaise probablement dû au stress de ces derniers mois, l’émotion de l’évènement, mais surtout le gilet pare-balles qui a tenté de l’asphyxier quelques secondes.

Il a repris au bout d’une dizaine de minutes sous les cris de joie de ses supporteurs mêlés aux invités officiels sous ces mots : ‘’Un célèbre président de notre pays avait dit en son temps: comprenez mon émotion‘’, allusion faite à la phrase du maréchal Mobutu annonçant la fin du parti unique et une relative ouverture démocratique le 24 avril 1990. ‘’La campagne que nous avons eu à mener etle travail de préparation ont eu raison de ma personne humaine. Je m’en excuse auprès du président de la République et de nos distingués invités», a-t-il lancé.

Une nouvelle page de l’histoire de la République Démocratique du Congo commence.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com