Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

TRANSCO : les agents ne jurent que sur le départ de Kirumba !

TRANSCO : les agents ne jurent que sur le départ de Kirumba !

This post has already been read 568 times!

Les bus de la société publique TRANCO étaient quasiment absents sur les rues de Kinshasa ce lundi 28 janvier 2019. Il s’agissait des agents de cette entreprise qui, pour la énième fois, revendiquaient le départ du Directeur Général, Michel Kirumba. Ce serait, à leur avis, la solution adéquate pouvant permettre de régler les différents problèmes notamment, liés au non-paiement des gratifications, primes de performance et de salaire. ‘’Ce n’est pas un mouvement qui commence aujourd’hui, mais depuis le 8 novembre 2018 où un autre mouvement était déclenché à cause du même problème‘’, a laissé entendre M. Jhollyno Kasanga, Vice-président de la délégation syndicale de Tranco.

Il confirme donc que les agents ont un seul mot et une seule demande : le départ de Monsieur Kirumba. ‘’Si ce problème est résolu, le reste suivra de soi ‘’. Lors de la précédente manœuvre de revendication, le Vice-premier ministre en charge des Transports et Voies de communication, José Makila, est intervenu, un cahier des charges a été établi et, malheureusement, aucune réponse n’a émané de cela. ‘’Nous avons également demandé une réunion paritaire avec l’employeur qui, lui, a toujours reporté  jusqu’au point où nous avons trouvé que c’est vraiment du non-respect à l’endroit des partenaires que nous sommes‘’, a lâché M. Kasanga joint par La Prospérité.

Ce lundi, un groupe du mouvement syndical était voir le ministre de tutelle ainsi que le Directeur Général, et il leur a été demande de reprendre du service ce mardi 29 janvier 2019. Ce, avant qu’ils ne soient interpellés à la Présidence de la République pour gérer cette affaire.

Contrairement au salaire que les agents reçoivent assez régulièrement, il y a ce problème de gratification et primes de performance qui demeure. Ce lundi, ‘’ils ont d’ailleurs envoyé quelques primes datant de 2017. Il existe aussi des primes spéciales que les agents surnomment généralement ‘’Boïka, Kaniama,… ‘’, qui n’ont jamais été versés.

Pire, ‘’il y a des versements de nos cotisations à la CNSS qui n’ont plus fait objet de versement depuis 2016. Et la Caisse nationale de Sécurité sociale est en train de revendiquer cela. Il y a donc plusieurs choses qui entrent en compte‘’.

Entre temps, ‘’les agents ne jurent que sur le départ du DG. Et nous, en tant que responsables, nous verrons comment remédier ce problème. Transco est un grand établissement public qui constitue le miroir du social de la République. Avec cette grève, combien d’élèves sont arrivés à l’école en retard ? Nous sommes conscients de cela, mais ce que nous revendiquons, c’est aussi une cause juste‘’, déclare le responsable de la délégation syndicale.

Il faut noter que qu’il y a quelques mois, le DG de Transco, Michel Kirumba a été suspendu pendant trois mois. Il avait repris du service le lundi 12 novembre 2018, à la fin d’une journée de tension sociale. En présence du secrétaire général en charge des Transports et voies de communication et des cadres de cet établissement public de transport en commun, il  promettait de s’investir pour assurer la quiétude et la paix sociale au sein de Transco.

Boris Luviya