Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : Tshisekedi et l’urgence de la rupture !

RDC : Tshisekedi et l’urgence de la rupture !

This post has already been read 430 times!

Logiquement, l’un est Président de la République, l’autre est la nouvelle figure de l’opposition congolaise. En effet, Félix Tshisekedi et Martin Fayulu, quoi qu’étant fidèles de la même chapelle et anciens partenaires politiques, n’ont plus non seulement les mêmes attributions, mais aussi les mêmes rêves. Pour le nouveau Chef de l’Etat rd-congolais, il est désormais question de signer les ordonnances, rétablir les relations diplomatiques, instaurer la paix sur l’ensemble du territoire national, assurer aux citoyens un environnement social où il fait bon vivre,… Alors que pour le candidat malheureux aux scrutins du 30 décembre 2018, le disque de la gestion du pays ne passe pas encore. Le combat sur la vérité des urnes est de vigueur et prend visiblement une tournure plus importante.

Martin Fayulu enchaine les meetings à travers le pays pour réclamer son dû qui, selon lui, n’est autre que la restitution des véritables résultats des dernières élections en République Démocratique du Congo. Après Kinshasa, Butembo, Beni et Goma, ce samedi 23 février, il se rendra dans les provinces du Bandundu et Kongo Central pour propager le même message et tenter de sensibiliser davantage la population sur ce qu’il considère comme ‘’putsch électoral‘’. Alors que plusieurs le voient déjà dans la peau du nouvel opposant radical, il s’en tient à la nécessité de respecter la volonté du peuple en organisant d’ailleurs de nouvelles élections dans les six mois. Reste à connaître les sources de financement…

De l’autre côté, Félix Tshisekedi, cerné par la grogne sociale dont il ne maîtrise suffisamment pas les contours, entrevoit d’entamer une tournée au niveau national pour prêter une oreille attentive aux différentes exigences du peuple dont il suffit les premiers coups de massue. Il débutera, lui aussi, par le Bandundu comme par hasard incessamment.

Tshisekedi fils s’évertue à diriger un pays avec un Gouvernement assez écarté de sa vision, un Parlement piégé, l’entourage de son devancier et les plaintes innocentes de ceux qui l’ont catapulté au sommet de l’Etat, pressés de voir les premiers actes du changement réel qui n’intervient pas de mèche avec les promesses séducteurs de campagne électorale.

Le pire…

Il est peut-être trop tôt pour y penser, mais le Président de la République Félix Tshisekedi risque de se faire éructer par le peuple congolais, pour peu qu’il s’y attende et visiblement avant la fin du présent quinquennat. Les airs de rupture affichés il y a quelques semaines, avant et après son intronisation à la tête du pays, semblent s’estomper peu à peu et se muer aux allures de la continuité du précédent régime boiteux et médiocre dont la plupart des membres font encore partie du rouage actuel, inachevé. Des discours élucidant dans les infimes interstices le froid entre la RDC et les ses pays amis aux prises de décision frôlant la torpeur du dictat, des langues se délient craignant que le Chef de l’Etat ne s’éloigne des attentes primordiales des congolais notamment, le social, cheval de bataille de son défunt père. En plus, la visite de Joseph Kabila chez ‘’FATSHI‘’ moins d’un mois après avoir jette l’éponge, laisse plus d’un indifférent.

Dans tous les cas, même avec la volonté la plus farouche de propulser le pays dans une dimension planétaire, il faudra obligatoirement l’implication d’une équipe gouvernementale au point. Ce qui n’est pas encore le cas… Il urge la nécessité de former un nouveau Gouvernement en République Démocratique du Congo. Jusque-là, les premiers jours et les premières actions de Félix Tshisekedi s’opèrent par le truchement des membres du Gouvernement laissés par le précédent Chef de l’Etat, toujours chapeauté par l’autre héritier de l’Udps, Bruno Tshibala. Du moins partiellement. Au vu des jérémiades de plusieurs agents de l’Etat qui pullulent et s’intensifient de partout suite à des mois d’impaiement pharamineux, l’actuel Chef de l’Etat récemment élu ainsi que son cabinet formé de manière proportionnelle s’emploient comme ils peuvent à maîtriser le feu de la grogne sociale qui, elle, n’en est qu’a ses racines visiblement.

D’ici ce jeudi 21 février, les élus dont la fonction qu’ils occupent va en incompatibilité avec celle de député, doivent opérer un choix clair. Plusieurs membres du Gouvernement y sont concernés.

Boris Luviya

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com